À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Quand Bach transcrit des concertos italiens pour le clavecin …

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : 7 transcriptions de concertos. Vital Julian Frey, clavecin 1 CD Deutsche harmonia mundi. Distribution Sony BMG. Code barre : 8 86971 47182. Enregistrement : 6-8 novembre 2006 à Baden (Allemagne). Notice trilingue : anglais, allemand, français. Durée : 69’13’’

 

Claveciniste dès son jeune âge, s’est perfectionné dans les classes de Robert Hill et de Christine Schornsheim avant de suivre régulièrement l’enseignement de Christophe Rousset et de Gustav Leonhardt. Familier des festivals internationaux, il a également enregistré beaucoup pour la radio.

Dans ce CD consacré à l’art de la transcription de Jean-Sébastien Bach, montre toutes ses qualités de musicien grâce à une sensibilité subtile, un sens précis des tempos, comme le soulignent les mouvements lents, tellement expressifs, des concertos. Certes, on peut être surpris de la vitesse plus retenue des mouvements rapides, mais la beauté qui en résulte justifie le parti-pris de l’interprète. A cela s’ajoute une technique et une articulation très maîtrisées qui rendent la lisibilité du texte d’une clarté et d’une expressivité indéniables. Traits ou ornements passent sans effort, avec un équilibre bien mené entre les voix.

Outre la performance musicale du claveciniste qui charme assurément sur un très bel instrument du Berlinois Michael Mietke, cet enregistrement est intéressant également à plus d’un titre. En effet, il offre un témoignage réussi de ce que les compositeurs étaient parfois obligés de faire pour palier aux difficultés financières des cours amateurs d’art peu fortunées, comme celle de Weimar : au lieu d’inviter des orchestres avec soliste (ici violoniste ou hautboïste), un seul instrumentiste était convié. Pour promouvoir la musique à la mode, en l’occurrence les concertos italiens, il devait passer par le biais de la transcription. C’est ainsi que Bach transpose les techniques du concerto au clavecin dans des œuvres initialement de Vivaldi, Torelli, Alessandro et Benedetto Marcello. Notons d’ailleurs que le compositeur va loin dans son acte de re-création puisqu’il change certaines formules très adaptées aux cordes contre d’autres plus adéquates au clavier, faisant montre d’une maîtrise affirmée du contrepoint en ces années 1713-14. De même, il n’hésite pas à inclure davantage d’ornementations afin de palier les manques du clavecin qui, contrairement aux cordes, ne peut tenir une note. En cela, il s’inscrit dans une pratique de diffusion de la musique qui perdurera au XIXe siècle (cf. par exemple les transcriptions pianistiques de Liszt ou de Thalberg, son grand rival).

Au total, ce CD à la fois témoignage d’une époque et d’une technique peu mise en valeur dans les enregistrements (les transcriptions de Bach tant pour orgue que pour clavecin restent bien méconnues) et manifestation d’un interprète sensible au toucher subtil et chaleureux, saura satisfaire les attentes d’un auditoire curieux et esthète.

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : 7 transcriptions de concertos. Vital Julian Frey, clavecin 1 CD Deutsche harmonia mundi. Distribution Sony BMG. Code barre : 8 86971 47182. Enregistrement : 6-8 novembre 2006 à Baden (Allemagne). Notice trilingue : anglais, allemand, français. Durée : 69’13’’

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.