Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Intégrale des 10 sonates pour violoncelle et continuo. Philippe Foulon, violoncelle all’inglese. Aria-lachrimae consort : Emer Buckley, clavecin et orgue ; William Walters, guitare baroque et théorbe ; Philippe Le Corf, violone all’inglese. 2 CDs Natives CDNAT 09. Code barre 3760075340094. Enregistré en 2007 à l’église Saint-Louis de Cholet. Livret bilingue français/anglais, durée totale 133’32’’.

 

Depuis toujours, ces œuvres ont attiré les violoncellistes, même les plus romantiques comme Paul Tortelier, ou Pierre Fournier qui les jouaient dans les années 60 en version «orchestre», à la manière de véritables concerti. Depuis, les baroqueux les ont pétries à leur façon, afin de leur redonner une certaine authenticité : Anner Bysma ou encore Christophe Coin ont signé de magnifiques versions, et plus récemment encore, Ophélie Gaillard. Pour l’heure, c’est , déjà remarqué dans Marin Marais, qui se lance dans cette entreprise secondé de son Aria-lachrimae consort. L’originalité de cette nouvelle approche réside dans le choix de l’instrument soliste : le violoncelle «all inglese». Cet hybride étrange qui représente une énigme à lui tout seul, un peu comme l’arpeggione ou la viola pomposa, est doté de cordes dites «sympathiques», c’est-à-dire qui résonnent en sympathie avec celles véritablement frottées par l’archet, et qui se situent sous ces dernières. Cela donne évidemment une couleur particulière au violoncelle, inconnue à ce jour, plus cristalline, peut-être encore proche de la sonorité de la viole de gambe. L’accord des cordes (scordatura) change en fonction des tonalités, y compris bien sûr pour les cordes sympathiques, donnant une couleur différente à chaque fois : une découverte de taille ! Voilà pour l’organe, mais la musique y gagne-t-elle ? Oui, et surtout par l’interprétation passionnante de et de ses continuistes, prêts à tout pour tirer la substantifique mœlle de ces pages emplies d’éloquence. Venise est là, l’âme du prêtre roux bien vivante, on y perçoit même parfois les échos de quelques fandangos ibériques, rehaussés par ce continuo à géométrie variable, véritable caméléon, utilisant tour à tour l’orgue ou le clavecin de , la guitare baroque ou le théorbe de , le violone basse, à l’anglaise lui aussi de , tout cela en fonction du climat de chaque mouvement. Les partitions de ces sonates, éparpillées dans diverses bibliothèques musicales, et dont certaines ne sont même pas répertoriées dans le catalogue RV des œuvres de Vivaldi, forment cependant un ensemble harmonieux et cohérent. Façonnées dans le moule immuable lent-vif-lent-vif, elles constituent un monument édifié à la gloire du violoncelle, instrument de l’avenir, par un toujours lumineux et inspiré.

(Visited 92 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Intégrale des 10 sonates pour violoncelle et continuo. Philippe Foulon, violoncelle all’inglese. Aria-lachrimae consort : Emer Buckley, clavecin et orgue ; William Walters, guitare baroque et théorbe ; Philippe Le Corf, violone all’inglese. 2 CDs Natives CDNAT 09. Code barre 3760075340094. Enregistré en 2007 à l’église Saint-Louis de Cholet. Livret bilingue français/anglais, durée totale 133’32’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.