À emporter, Audio, Musique symphonique

Philippe Gaubert, académique et virtuose

Plus de détails

Philippe Gaubert (1879-1941) : Symphonie en fa ; Les chants de la mer ; Concert en fa. Orchestre Philharmonique du Luxembourg, direction : Marc Soustrot. 1 CD Timpani 1C1135. Code barre : 3 377891 311353. Enregistré en janvier 2008 à la Philharmonie du Luxembourg. Notice bilingue (français, anglais). Durée totale : 70’16’’

 

On savait flûtiste, auteur de méthodes et d’études pour cet instrument, ainsi que de l’arrangement pour flûte et piano du Prélude à l’après-midi d’un faune. On le savait aussi chef d’orchestre à l’Opéra de Paris et à la Société des concerts du Conservatoire, créateur de Padmâvatî de Roussel ou d’Œdipe d’Enesco, professeur au Conservatoire (de Jean Fournet, récemment disparu). De son activité de compositeur, outre quelques piécettes pour flûte, pas grand-chose ne nous est resté. Et pourtant… La musique de , si elle ne révolutionne en rien notre approche de la première moitié du XXe siècle, est celle, brillante et virtuose, d’un honnête créateur doublé d’un maître es-orchestration.

On peut être déçu de l’académisme des trois partitions proposées courageusement par le label Timpani, décidément bien isolé à défendre un répertoire que plus personne n’ose enregistrer. Si la Symphonie en fa, les Chants de la mer et le Concert en fa ont été composés entre 1929 et 1936, on a de la peine à constater que Le sacre du printemps, Jeux ou Le boléro ont déjà été écrits et joués. Philippe Gaubert, chez qui on retrouve de sages accents debussystes, s’inscrit plutôt dans la lignée de Saint-Saëns : de la belle œuvre, de bonne facture, solidement charpentée, superbement orchestrée.

Si ces trois partitions ne sont en rien révolutionnaires, elles n’en sont pas moins admirables, et c’est faire honneur à un des plus grands musiciens du XXe siècle que de les enregistrer. galvanise l’, habitué à ces sentiers musicaux si peu fréquentés. On regrette une certaine sécheresse du pupitre de cordes, largement compensée par l’excellence des vents. L’écriture orchestrale virtuose de Gaubert est ici plus que bien défendue dans une sortie discographique qui permet de se faire une juste idée de ce compositeur.

(Visited 117 times, 1 visits today)

Plus de détails

Philippe Gaubert (1879-1941) : Symphonie en fa ; Les chants de la mer ; Concert en fa. Orchestre Philharmonique du Luxembourg, direction : Marc Soustrot. 1 CD Timpani 1C1135. Code barre : 3 377891 311353. Enregistré en janvier 2008 à la Philharmonie du Luxembourg. Notice bilingue (français, anglais). Durée totale : 70’16’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.