À emporter, CD, Musique symphonique

Enregistrements précieux de compositeurs au clavier

Plus de détails

Jean Françaix (1912-1997) : Concerto pour piano et orchestre ; Concertino pour piano et orchestre. Francis Poulenc (1899-1963) : Aubade, concerto chorégraphique pour piano et dix-huit instruments. Manuel de Falla (1876-1946) : Concerto pour clavecin. Béla Bartók (1881-1945) : Contrastes pour violon, clarinette et piano. Jean Françaix, Francis Poulenc, Béla Bartók, piano ; Manuel de Falla, clavecin ; Marcel Moyse, flûte ; Georges Bonneau, hautbois ; Émile Godeau, Benny Goodman, clarinette ; Marcel Darrieux, Joseph Szigeti, violon ; Auguste Cruque, violoncelle. Orchestre Philharmonique de Paris, direction : Nadia Boulanger. Orchestre Philharmonique de Berlin, direction : Leo Borchard. Orchestre des Concerts Straram, direction : Walther Straram. 1 CD Dutton CDBP9778. Code barre : 765387977825. Enregistré entre janvier 1930 et mai 1940 à Paris, Berlin et New York City. ADD. Pas de notices. Durée : 74’16.

 

Cet intéressant programme «The Composers Play» pourrait s’appeler en partie «The French Composers Play», puisqu’il met surtout à l’honneur, par sa durée, la musique française dans les années 30. Intéressant, il l’est également par l’opportunité d’entendre dans chaque cas l’auteur au clavier, et s’il a existé par la suite des enregistrements de ces œuvres par divers interprètes, force est de constater que rares sont ceux qui ont pu approcher le jeu des compositeurs non seulement par la sûreté technique, mais surtout par l’esprit, la verve et le punch qu’ils ont su insuffler à leurs créations.

Tout en ne voulant pas tomber dans les clichés, disons que la musique de (1912-1997) nous apparaît comme un jeu sonore au badinage lumineux qui n’empêche nullement l’habilité et la pureté d’une écriture audacieuse, volontiers primesautière et ironique. Nous avons ici une opportunité unique de voir côtoyer le célèbre Concertino pour piano (1932) et le moins connu Concerto pour piano (1936), non seulement avec l’auteur excellent pianiste, mais aussi sous la direction pour le premier de Leo Borchard dont nous avons déjà eu l’occasion de vous entretenir, et pour le second de la grande qui a formé tant d’excellents musiciens, dont beaucoup de compositeurs américains.

Plus connue, cette Aubade, concerto chorégraphique pour piano et dix-huit instruments que (1899-1963) écrivit en 1929. Voici d’ailleurs comment l’auteur lui-même commente la genèse de son œuvre : «Le vicomte et la vicomtesse de Noailles m’avaient demandé, en 1929, d’écrire un ballet pour une fête donnée en leur hôtel de la place des Etats-Unis. J’eus l’idée de composer un concerto chorégraphique mettant en valeur, simultanément, une danseuse et un pianiste. Mes amis ayant mis à ma disposition dix-huit musiciens, ce qui était magnifique pour une soirée privée, l’apport d’un piano corsait encore les possibilités sonores. C’est ainsi que naquit cette œuvre amphibie.» Pianiste admirable formé par son maître Ricardo Viñes, Poulenc est entouré ici des membres de l’ sous la direction de son créateur, , formation mythique qui a tant accompli pour la musique française autour des années 30… et pour le label Columbia par la même occasion.

L’ascétisme, l’austérité et les difficultés techniques du Concerto pour clavecin, flûte, hautbois, clarinette, violon et violoncelle (1928) de (1876-1946) a amené Wanda Landowska, sa dédicataire, à lui préférer le Concert Champêtre (1928) de Poulenc, qui lui était également dédié. Aussi c’est Falla lui-même qui le grava pour la Columbia française, en compagnie de partenaires français choisis, les 2 et 7 juin 1930. La Revue Musicale de juillet 1930 en relata les circonstances de façon éloquente ; en voici l’essentiel : «… la première cire du Concerto n’est pas jugée satisfaisante. Le son du clavecin est noyé dans celui des bois et des cordes, bien que Falla ait donné toute sa puissance, et, malgré la difficulté technique, n’ait utilisé que le clavier inférieur de son instrument, plus sonore. […] Il faut recommencer. Un moment plus tard, tout semble aller pour le mieux, quand Falla se lève d’un bond, l’air désespéré : il a sauté une note. Darrieux le console, l’assurant que nul n’est exempt d’une faute, même légère. « Oui, je sais, dit Falla avec son petit accent rapide, nous sommes tous en danger ». Et l’on reprend. On recommencera ainsi pour chacune des trois parties du Concerto, jusqu’à l’exécution parfaite : en tout une quinzaine de cires. […] La séance n’a pas duré moins de quatre heures…»

Nous avons déjà évoqué les Contrastes pour violon, clarinette et piano (1938) de (1881-1945) lors d’une chronique de l’admirable album Supraphon consacré à l’œuvre avec violon du maître hongrois. Avoir ici l’enregistrement des créateurs de l’œuvre à notre disposition est une véritable aubaine, sachant que les gravures de Bartók pianiste ne sont pas légion et que ses partenaires, Benny Goodman (qu’a priori on n’attendait pas dans ce répertoire) et l’illustre Joseph Szigeti œuvrent dans le plus pur esprit chambriste.

Si l’on précise enfin que les transferts de ces précieux documents par Dutton sont immaculés, on comprendra aisément que ce programme passionnant nous est offert dans des conditions d’écoute idéales ; en série économique, au surplus.

Plus de détails

Jean Françaix (1912-1997) : Concerto pour piano et orchestre ; Concertino pour piano et orchestre. Francis Poulenc (1899-1963) : Aubade, concerto chorégraphique pour piano et dix-huit instruments. Manuel de Falla (1876-1946) : Concerto pour clavecin. Béla Bartók (1881-1945) : Contrastes pour violon, clarinette et piano. Jean Françaix, Francis Poulenc, Béla Bartók, piano ; Manuel de Falla, clavecin ; Marcel Moyse, flûte ; Georges Bonneau, hautbois ; Émile Godeau, Benny Goodman, clarinette ; Marcel Darrieux, Joseph Szigeti, violon ; Auguste Cruque, violoncelle. Orchestre Philharmonique de Paris, direction : Nadia Boulanger. Orchestre Philharmonique de Berlin, direction : Leo Borchard. Orchestre des Concerts Straram, direction : Walther Straram. 1 CD Dutton CDBP9778. Code barre : 765387977825. Enregistré entre janvier 1930 et mai 1940 à Paris, Berlin et New York City. ADD. Pas de notices. Durée : 74’16.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.