Carmen-banniere-728x90

Cuivres de Sax, bombez le thorax !

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Eugène Bozza (1905–1991) : Concertino ; Claude Pascal (né en 1921) : Sonate en 6 minutes 30 ; Marcel Bitsch (né en 1921) : Intermezzo ; Alain Bernaud (né en 1932) : Humoresque ; Jacques Casterède (né en 1926) : Fantaisie concertante ; Gérard Devos (né en 1927) : Deux Mouvements contrastés ; Roger Boutry (né en 1932) : Tubacchanale ; Henri Tomasi (1901–1971) : Être ou ne pas être. David Maillot, saxhorn, Géraldine Dutroncy, piano. 1 CD Hybrid’music H1813, code-barres 3760069152337. Enregistré au studio Sequenza à Montreuil en juillet 2008. Notice en français. Durée : 63’17.

 

Hybrid’music

Il est des inventeurs géniaux qui ont considérablement œuvré et apporté dans leur domaine, à tel point que l’on pourrait se demander comment ferait-on aujourd’hui sans utiliser leurs créations. Le Belge Adolphe Sax (1814–1894) fait assurément partie de cette phalange exceptionnelle.

Ce fils de facteur (d’instruments à vent) commença par étudier la clarinette, tout en se mettant lui-même à bricoler des prototypes d’instruments, et y devint tellement excellent qu’il fut reconnu comme le meilleur clarinettiste de son pays. Arrivé à Paris au début des années 1840 et après avoir notablement perfectionné la clarinette basse, il met au point une nouvelle famille de bois qui va assurer sa célébrité et qui portera son nom : celle des saxophones (brevetés en 1846). Trente ans plus tard, un compositeur allemand d’opéras lui demande de concevoir un instrument pour ses thèmes : ce sera chose faite avec le tuba wagnérien. Mais la toute première réussite de notre homme dans le domaine de la facture instrumentale aura été la création de la famille des saxhorns (en sept modèles), dont le bugle moderne constitue aujourd’hui le soprano. Dérivés du tuba, ils possèdent une sonorité douce et remportent vite un énorme succès et, depuis plus de cent cinquante ans, font désormais partie des piliers de toute harmonie qui se respecte.

Pourtant, à notre connaissance, cet album semble être le tout premier le mettant autant en valeur, avec des pièces en solo accompagnées du piano. Ces œuvres sont dues principalement à la plume de professeurs du Conservatoire, majoritairement nés entre les deux guerres. Une bonne partie du gratin des spécialistes des instruments à vent est réunie et il faut bien constater que leurs partitions sont toutes très bien écrites (très loin d’une virtuosité inutile et creuse) et mettent admirablement à l’honneur notre saxhorn : la Tubacchanale de est à ce titre une incontestable réussite. Que dire alors des interprètes ? Rien que du bien, également. La pianiste accompagne – c’est-à-dire se met un peu en retrait – très élégamment David Maillot, époustouflant joueur de saxhorns. Ce musicien étonnant est capable de toutes les finesses de timbres et de nuances sur son instrument et, servi par les œuvres qu’il interprète, c’est un régal de l’écouter. Le tout donne donc un album très original qui s’écoutera avec autant de plaisir que d’intérêt.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.