Plus de détails

Karol Szymanowski (1882-1937) : Harnasie op. 55 ; Mandragora op. 43 ; Prince Potemkine op. 51. Wislaw Ochman, ténor ; Alexander Pinderak, tenor ; Ewa Marciniec, mezzo-Soprano ; Ewa Marczyk, violon ; Kazimierz Koslacz, violoncelle. Chœur et Orchestre Philharmonique de Varsovie, direction : Antoni Wit. 1 CD Naxos 8. 570723. Code barre : 7. 47313 07237. Enregistré en juin et septembre 2007 à Varsovie. Notice trilingue (anglais, allemand et français). Durée : 73’13

 

En parallèle des productions du Roi Roger de Szymanowski à l’Opéra National de Paris et à l’Opernhaus de Bonn et de l’édition de la belle intégrale de son œuvre pour violon et piano par Hyperion, Naxos poursuit son exploration de l’univers du compositeur polonais.

La gestation du ballet Harnasie fut longue. Entamée en 1923, cette partition fut achevée en 1937. Le sujet, situé dans la région montagneuse des Tatras, conte les mésaventures d’une jeune fille forcée d’épouser un paysan local riche mais laid. Elle est sauvée par l’arrivée du brigand Harnas et de ses troupes. Enlevée par ces hommes, elle devient la compagne de leur chef. Convoquant, solistes vocaux, chœur mixte et grand orchestre, ce ballet présente une orchestration luxuriante alliée à une certaine rusticité des mélodies d’inspiration populaire. La pièce oscille alors entre une folklorisation très scientifique et intellectuelle des thèmes et des passages plus impressionnistes. D’une durée d’une grosse demi-heure, cette pièce fascinante et ondoyante possède un impact musical et sensoriel très puissant qui en fait l’un des sommets de la production du compositeur.

Composée en 1923, la pantomime Mandragora fut envisagée comme une musique devant être insérée dans le troisième acte du Bourgeois Gentilhomme de Molière. Ces trois scènes citent l’esprit de la Commedia dell’Arte avec des références à l’esprit du Petrouchka de Stravinsky que le compositeur admirait tant. L’instrumentation, très aérienne et ironique, fait piaffer les différents pupitres de l’orchestre avec une ironie gorgée de couleurs et de sèves parfumées.

En conclusion de ce disque, et ses troupes polonaises nous présentent le bref Prince Potemkine tiré d’une musique de scène destinée à une pièce de l’auteur dramatique polonais Tadeusz Micinski. Cette partition est une variation sur une mélodie populaire de Tatras.

Auteur d’une anthologie sans équivalent de la musique orchestrale de Szymanowski et grand maître des musiques polonaises de Karlowitz à Penderecki, est le chef désigné pour faire briller toutes les facettes de cette musique. Ses troupes polonaises sont au diapason pour transcender les redoutables difficultés instrumentales de ces partitions. Pour Harnasie, il faut aussi citer deux autres excellentes versions : celle de Karol Stryja (Naxos également) et le disque de Simon Rattle (EMI), disponible dans un coffret ultra-économique qui est une occasion rêvée de découvrir Szymanowski.

(Visited 80 times, 1 visits today)

Plus de détails

Karol Szymanowski (1882-1937) : Harnasie op. 55 ; Mandragora op. 43 ; Prince Potemkine op. 51. Wislaw Ochman, ténor ; Alexander Pinderak, tenor ; Ewa Marciniec, mezzo-Soprano ; Ewa Marczyk, violon ; Kazimierz Koslacz, violoncelle. Chœur et Orchestre Philharmonique de Varsovie, direction : Antoni Wit. 1 CD Naxos 8. 570723. Code barre : 7. 47313 07237. Enregistré en juin et septembre 2007 à Varsovie. Notice trilingue (anglais, allemand et français). Durée : 73’13

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.