À emporter, CD et livres Jeunesse, ResBambini

Swing Café, dans l’ambiance des plus grands clubs de jazz !

Plus de détails

Swing Café : 1. Portrait de l’artiste en cigale – Manuello (Carmen Miranda) ; 2. Extrait de son journal – Hot and Bothered (Duke Ellington) ; 3. Au bord des rêves – Creole Love Call (Duke Ellington) ; 4. Adeus meu irmão ! – Tiger Rag (The Mills Brothers) ; 5. En voyage – Chinatown, My Chinatown (Slim and Slam) ; 6. Zazou blues – Shakin’the African (Don Redman) ; 7. Danse entre lesgouttes – Jivin’the Vibes (Lionel Hampton) ; 8. Shopping Swing Loopings – Handful of Keys (Fats Waller) ; 9. En tunnel-saxo – Daybreak Express (Duke Ellington and his Orchestra) ; 10. En cachot-banjo – A Bunch of Rags (Vess L. Ossman) ; 11. Au Swing Café – Minnie the Moocher (Cab Calloway) ; 12. Swing song – Sing me a Swing Song (Ella Fitzgerald) ; 13. Hot and Bothered (DukeEllington) ; 14. Creole Love Call (Duke Ellington) ; 15. Tiger Rag (The Mills Brothers) ; 16. Chinatown, My Chinatown (Slim and Slam) ; 17. Shakin’the African (Don Redman) ; 18. Jivin’the Vibes (Lionel Hampton) ; 19. Minnie the Moocher (Cab Calloway). Texte : Carl Norac. Illustrations : Rebecca Dautremer (assistante : Nejma Bourouaha). Récitante : Jeanne Balibar. Conception et réalisation graphiques : Taï-Marc Le Thanh. Enregistrement voix, montage et mixage : Daniel Deshays. Mastering : Sébastien Noly, Studio Guimick. Editions : Didier Jeunesse. Code barre : 9 782278 058990. ISBN : 978-2-278-05899-0. Octobre 2009. 60 pages. 23€50.

 

«Zazou, petite cigale brésilienne, passe ses jours et ses nuits à chanter sur la plage tout en rêvant de partir à New-York. Après la mort de Miro, son meilleur ami, elle décide de se lancer et embarque sur le chapeau d’une belle dame, à bord d’un bateau. A son arrivée en Amérique, elle découvre Chinatown, les couleurs, la foule, les rires mais aussi la misère et puis, finalement… la musique ! Son nouvel ami Buster lui fait découvrir un endroit secret, caché loin sous la rue : le Swing Café. Là-bas on danse le charleston, le shimmy ou le skeedle loo doo et on parle le swing ! Tout est impro, rythme, son, scat, ça pétille, ça balance : Zazou va pouvoir chanter. Pour elle, la vie à New-York va commencer…»

Coup de maître pour les éditions Didier Jeunesse, avec la sortie de Swing Café ! En effet, cap sur un bien joli voyage musical qui nous permet de redécouvrir les origines d’un genre lumineux : le jazz !

Pour mener à bien ce projet pour le moins ambitieux et surtout, le mettre à la portée des enfants, les éditions Didier Jeunesse ont fait appel à , poète et auteur jeunesse. Après le succès de Monsieur Satie, l’homme qui avait un petit piano dans la tête (2006, Clef ResMusica), nous propose cette fois un magnifique conte musical porté par le personnage d’une petite cigale brésilienne, Esperanza Carmina Belleza, plus connue sous le nom de Zazou (même si dans cet album il s’agit davantage d’une jolie petite dame toute en rondeurs…), qui adore chanter et dont le rêve est de partir à la découverte de l’Amérique. Accompagnée par plusieurs amis insectes de leur état, elle décide ainsi de partir pour le nouveau monde… C’est le début d’une grande aventure !

Carl Norac nous fait don ici d’une écriture fluide, aérienne, très métaphorique et regorgeant de références. Le voyage se fait poétique en même temps qu’initiatique. Et surtout, les mots eux-mêmes deviennent musique… La voix suave et douce de Jeanne Balibar n’est sans doute pas étrangère à cette belle réussite… malgré une légère monotonie parfois, tandis que le texte, lui, déborde d’énergie ! Néanmoins, il s’agit là d’un véritable petit bijou que cette bande sonore du disque, ponctuée par des extraits de morceaux dits «classiques» du monde du jazz. L’on voyage grâce aux belles notes de et son orchestre (Daybreak Express), l’on découvre les débuts du scat avec les Mills Brothers et leur Tiger Rag, l’on danse avec Minnie the Moocher et Cab Calloway, et l’on ne peut qu’accompagner Ella Fitzgerald dès lors qu’elle entonne les premières notes de Swing me a Swing Song… Immersion garantie, aidée en cela par les quelques minuscules «parasites» toujours agréablement présents dans ces extraits musicaux, mais qui fleurent bon les vieux vinyles ! Les versions intégrales de ces morceaux choisis sont d’ailleurs proposées à la fin de ce livre.

Mais nous ne pourrions parler de la réussite de ce livre sans évoquer le travail splendide de l’illustratrice Rebecca Dautremer qui y contribue pour une large part. En effet, l’univers qu’elle crée ici nous renvoie parfaitement à l’imagerie des années 1920 à 1940, avec un joli mélange de design et de peinture, où aucun détail n’est laissé au hasard. Les instruments de musique eux-mêmes deviennent tantôt décors, tantôt accessoires, l’illustratrice jouant avec la notion d’échelle, en cela aidée par la caractérisation des personnages qui sont de petits insectes drôles et vivants. Nous voilà bien partis en voyage, dans une ambiance chaude et feutrée digne des plus grands clubs et cabarets de jazz !

Plus de détails

Swing Café : 1. Portrait de l’artiste en cigale – Manuello (Carmen Miranda) ; 2. Extrait de son journal – Hot and Bothered (Duke Ellington) ; 3. Au bord des rêves – Creole Love Call (Duke Ellington) ; 4. Adeus meu irmão ! – Tiger Rag (The Mills Brothers) ; 5. En voyage – Chinatown, My Chinatown (Slim and Slam) ; 6. Zazou blues – Shakin’the African (Don Redman) ; 7. Danse entre lesgouttes – Jivin’the Vibes (Lionel Hampton) ; 8. Shopping Swing Loopings – Handful of Keys (Fats Waller) ; 9. En tunnel-saxo – Daybreak Express (Duke Ellington and his Orchestra) ; 10. En cachot-banjo – A Bunch of Rags (Vess L. Ossman) ; 11. Au Swing Café – Minnie the Moocher (Cab Calloway) ; 12. Swing song – Sing me a Swing Song (Ella Fitzgerald) ; 13. Hot and Bothered (DukeEllington) ; 14. Creole Love Call (Duke Ellington) ; 15. Tiger Rag (The Mills Brothers) ; 16. Chinatown, My Chinatown (Slim and Slam) ; 17. Shakin’the African (Don Redman) ; 18. Jivin’the Vibes (Lionel Hampton) ; 19. Minnie the Moocher (Cab Calloway). Texte : Carl Norac. Illustrations : Rebecca Dautremer (assistante : Nejma Bourouaha). Récitante : Jeanne Balibar. Conception et réalisation graphiques : Taï-Marc Le Thanh. Enregistrement voix, montage et mixage : Daniel Deshays. Mastering : Sébastien Noly, Studio Guimick. Editions : Didier Jeunesse. Code barre : 9 782278 058990. ISBN : 978-2-278-05899-0. Octobre 2009. 60 pages. 23€50.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.