Plus de détails

Aldo Ciccolini. Enregistrements EMI 1950-1991. Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Domenico Scarlatti (1685-1757), Piotr Illyitch Tchaïkovski (1840-1893), César Franck (1822-1890), Vincent d’Indy (1870-1931), Serge Prokofiev (1891-1953), Sergei Rachmaninov (1873-1943), Igor Stravinski (1882-1971), Alexandre Borodine (1833-1887), Anton Arenski (1861-1906), Dimitri Kabalevski (1904-1987), Erik Satie (1866-1925), Frédéric Chopin (1810-1849), Franz Liszt (1811-1886), Isaac Albéniz (1860-1909), Enrique Granados (1867-1916), Federico Mompou (1893-1987), Manuel De Falla (1876-1946), Jean Sébastien Bach (1685-1750), François Couperin (1668-1733), Gioacchino Rossini (1792-1868), Edvard Grieg (1843-1907), Modeste Moussorgski (1839-1881), Emmanuel Chabrier (1841-1894), Claude Debussy (1862-1918), Déodat de Séverac (1872-1921), Robert Schumann (1810-1856), Johannes Brahms (1833-1897), Franz Schubert (1797-1828), Jules Massenet (1842-1912), Maurice Ravel (1875-1937), Françis Poulenc (1899-1963), Reynaldo Hahn (1875-1947), Gabriel Fauré (1845-1924). Henri Druat, clarinette ; Roger Lepauw, alto ; Paul Tortelier, violoncelle ; Jeanine Micheau et Mady Mesplé, soprano ; JeanChristophe Benoit et Gabriel Bacquier, baryton ; Nicolai Gedda, ténor ; Aldo Ciccoloni, Gabriel Tacchino, Alexis Weissenberg ; piano ; Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, Orchestre national de la Radiodiffusion française, Orchestre Philharmonique de Liège, Orchestre de Paris, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Orchestre National de l’Opéra de Monte-Carlo, Royal Philharmonic Orchestra, Orchestre National de Belgique : Serge Baudo, Georges Prêtre, Enrique Batiz, Jean Martinon, André Cluytens, Sylvain Cambreling, Paul Strauss, Constantin Silvestri. 1 coffret de 56 CD EMI. Référence et code barre : 50999 685824 25. Enregistré entre 1950 et 1991. Notice de présentation en : anglais et français. Durée : 68h22.

 

EMI lui devait bien cela ! À l’aube de ses 85 ans, sa chère maison de disque offre à un gros coffret regroupant la totalité de ses enregistrements ! Cinquante six disques bien remplis au service de la musique ! On retrouve bien sur des intégrales majeures et indispensables : Satie, Déodat de Séverac, Debussy, Saint-Saëns, mais on redécouvre aussi d’autres gravures oubliées de Chopin, Schumann, Chabrier ou encore quelques Bach…EMI nous offre aussi des raretés comme des sonates de Mozart ou un album Debussy de 1969, jamais édités en CD ou une version inédite des Tableaux d’une exposition, enregistrée en 1976.

est né à Naples, en août 1915, d’un père typographe et passionné de musique alors que sa mère lui inculquera les solides valeurs de : «travail, discrétion et goût du silence». Attiré par le piano, le jeune garçon prend des cours avec une excellente pédagogue de Naples, avant de renter, à l’âge de neuf ans, au Conservatoire de la ville alors dirigé par Francesco Cilea. Sous la houlette de Paolo Denza, un élève de Busoni, il apprend à exécuter chaque matin, la fugue de la sonate «Hammerklavier» de Beethoven. La seconde guerre mondiale met un arrêt brutal aux rêves du pianiste qui s’est engagé dans la croix rouge. Après le décès prématuré de son père, Ciccolini doit subvenir aux besoins de sa famille et enfile les cachets dans des bars. Sur les conseils de sa mère, il se présente au concours Long-Thibaud, et, remporte le premier prix devant Paul Badura-Skoda, Youri Boukoff ou Pierre Barbizet… Il est aussitôt engagé pour une tournée en Amérique et enregistre son premier disque : des sonates de Scarlatti.

L’artiste s’installe à Paris et s’intègre dans le milieu culturel et rencontre ou collabore avec les plus grands géants de la scène : Marguerite Long, Alfred Cortot, Yves Nat, Wilhelm Furtwängler, Elisabeth Schwarzkopf, Charles Munch, Ernest Ansermet, Pierre Monteux… Sa discographie décolle multipliant les prix et récompenses internationales et les best-sellers discographiques inattendus : le directeur d’EMI ne pensait vendre à peine plus de 200 exemplaires d’un premier album Satie ; 4000 seront vendus en une semaine ! Naturalisé français, en 1971, l’artiste devient professeur au Conservatoire de Paris ; il y forme la jeune génération dont Jean-Yves Thibaudet ou Nicholas Angelich.

Au fil de ces disques, l’oreille reste émerveillée par le don du pianiste à suggérer des couleurs mêlées à une saine pudeur devant toutes les intentions du compositeur. On peut certainement rêver Debussy plus charnel ou Déodat de Séverac plus impressionnistes, mais Ciccolini sait trouver le ton juste entre subjectivité et respect du texte ; Chabrier est ainsi cerné avec un côté franc et bourru mais si élégant tel un mauvais garçon à l’apparence soignée. La musique russe à laquelle l’artiste accorde un «charme indéfinissable fait de nostalgie, d’insatisfaction chronique de tendresse et de tristesse lancinante» est bercée sous des doigts passionnés.

Le grand répertoire est une autre terre de prédilection du musicien avec quelques galettes consacrées à Liszt des Années de pèlerinage et des Harmonies poétiques et religieuses, pièces dont Georges Cziffra, grand lisztien du catalogue Emi, ne voulait pas graver ! On n’oublie pas Chopin, Schubert, Schumann et Mozart que Ciccolini adore….

Le texte de présentation, assez bref mais passionnant, donne la parole à l’artiste qui explique sa passion ou ses liens avec tous ces compositeurs. Sa parole n’est jamais lourde et pédante mais toujours concise et tape juste avec une économie des mots mais une grande justesse des propos ! Un artiste qui parle comme il joue !

(Visited 484 times, 1 visits today)

Plus de détails

Aldo Ciccolini. Enregistrements EMI 1950-1991. Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Domenico Scarlatti (1685-1757), Piotr Illyitch Tchaïkovski (1840-1893), César Franck (1822-1890), Vincent d’Indy (1870-1931), Serge Prokofiev (1891-1953), Sergei Rachmaninov (1873-1943), Igor Stravinski (1882-1971), Alexandre Borodine (1833-1887), Anton Arenski (1861-1906), Dimitri Kabalevski (1904-1987), Erik Satie (1866-1925), Frédéric Chopin (1810-1849), Franz Liszt (1811-1886), Isaac Albéniz (1860-1909), Enrique Granados (1867-1916), Federico Mompou (1893-1987), Manuel De Falla (1876-1946), Jean Sébastien Bach (1685-1750), François Couperin (1668-1733), Gioacchino Rossini (1792-1868), Edvard Grieg (1843-1907), Modeste Moussorgski (1839-1881), Emmanuel Chabrier (1841-1894), Claude Debussy (1862-1918), Déodat de Séverac (1872-1921), Robert Schumann (1810-1856), Johannes Brahms (1833-1897), Franz Schubert (1797-1828), Jules Massenet (1842-1912), Maurice Ravel (1875-1937), Françis Poulenc (1899-1963), Reynaldo Hahn (1875-1947), Gabriel Fauré (1845-1924). Henri Druat, clarinette ; Roger Lepauw, alto ; Paul Tortelier, violoncelle ; Jeanine Micheau et Mady Mesplé, soprano ; JeanChristophe Benoit et Gabriel Bacquier, baryton ; Nicolai Gedda, ténor ; Aldo Ciccoloni, Gabriel Tacchino, Alexis Weissenberg ; piano ; Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, Orchestre national de la Radiodiffusion française, Orchestre Philharmonique de Liège, Orchestre de Paris, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Orchestre National de l’Opéra de Monte-Carlo, Royal Philharmonic Orchestra, Orchestre National de Belgique : Serge Baudo, Georges Prêtre, Enrique Batiz, Jean Martinon, André Cluytens, Sylvain Cambreling, Paul Strauss, Constantin Silvestri. 1 coffret de 56 CD EMI. Référence et code barre : 50999 685824 25. Enregistré entre 1950 et 1991. Notice de présentation en : anglais et français. Durée : 68h22.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.