À emporter, CD, Opéra

Linda di Chamounix sauvé par Majella Cullagh

Plus de détails

Gaetano Donizetti (1797-1848) : Linda di Chamounix, melodramma semiserio en trois actes. Livret de Gaetano Rossi, d’après la pièce d’Adolphe-Philippe d’Ennery et de Gustave Lemoine La grâce de Dieu (Paris, 1841). Avec : Majella Cullagh, Linda ; Roberto Iuliano, Carlo, Visconte di Sirval ; Chiara Chialli, Pierott ; Giuseppe Altomare, Antonio ; Simone Del Savio, Il Prefetto ; Maurizio Leoni, Il Marchese di Boisfleury ; Alessandra Fratelli, Maddalena ; Livio Scarpellini, L’Intendente del feudo. Orchestre et Chœur du « Bergamo Musica Festival » Gaetano Donizetti, direction : Vito Clemente. 3 CD. Dynamic CDS652/1-3. Code-barre : 8007144 606527. Enregistré sur le vif au Teatro Sociale de Bergame les 11 et 13 septembre 2009. Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation quadrilingue (italien, anglais, allemand et français) ; durée : 69’16’’, 53’15’’et 43’04’’.

 

En dépit de sa relative rareté sur nos scènes, l’opéra de Linda di Chamounix a déjà fait l’objet de plusieurs enregistrements intégraux, qui ont tous permis de mettre en valeur les grandes donizettiennes du XXe siècle. Citons ainsi Margherita Carosio, Antonietta Stella, Margherita Rinaldi ainsi que, plus proches de nous, Mariella Devia ou encore Edita Gruberova, qui ont toutes laissé à la postérité leur portrait de la fragile héroïne de Donizetti ; et cela est bien sûr sans compter sans les dizaines de divas (de Galli-Gurci et Toti dal Monte à Sutherland, Moffo, Sills, Sumi Jo, Kathleen Battle, etc. ) qui ont tour à tour immortalisé dans leurs récitals le célèbre « Oh luce di quest’anima ». Chez les messieurs, les traces laissées par Cesare Valletti et Alfredo Kraus pour les ténors (on mentionnera également un duo récemment enregistré chez Decca par Flórez et par Patrizia Ciofi), Giuseppe Taddei, Renato Capecchi ou Renato Bruson pour les barytons, attestent elles aussi de l’intérêt musical et surtout vocal d’un opéra à la partition attachante et fort bien écrite, mais au livret particulièrement peu crédible de par son invraisemblance dramatique et par son recours inlassable aux ressorts les plus éculés de la convention. Le mélange des genres, qui fait du Marchese di Boisfleury, pourtant le méchant de service, un baryton résolument buffo, s’avère particulièrement peu convaincant dans un contexte comme celui-ci, somme toute plutôt tragique.

L’enregistrement publié cette année par le label Dynamic, effectué sur le vif en septembre de l’année dernière, est tout à fait fidèle à la politique artistique d’une firme discographique qui se fait un point d’honneur à mettre sur le marché du CD et du DVD des ouvrages relativement rares, généralement captés lors de représentations données dans la province italienne. Le niveau artistique et vocal est dans l’ensemble moyen, surtout si l’on compare cet enregistrement avec les grandes réalisations du passé. , Chiara Chialli, Giuseppe Altomare et Maurizio Leoni ne sauraient ainsi rivaliser avec les grandes figures qui se sont autrefois illustrées dans cet ouvrage. On entendra en revanche avec le plus grand plaisir cette véritable « bel cantiste » qu’est la soprano , étonnamment peu connue en France en dépit de la belle carrière qu’elle poursuit en dehors de l’hexagone.

Dotée d’un instrument relativement peu flatteur, qui pourrait parfois évoquer le timbre assez sourd de la regrettée Leyla Gencer, la jeune cantatrice irlandaise déploie à l’infini ses talents de coloriste, son sens aigu de l’ornementation, ainsi qu’une souplesse vocale qui lui permet de varier à l’envi sa palette dynamique et expressive.

Ne serait-ce que pour cette très belle prestation, qui permettra de rappeler que le bel canto n’est pas l’exhibition d’une « belle voix » mais bien au contraire la démonstration d’un art et d’une science de la nuance et de la coloration, on ne saurait que trop recommander l’acquisition de ce coffret, tout à fait attachant en dépit de ses nombreuses imperfections.

Plus de détails

Gaetano Donizetti (1797-1848) : Linda di Chamounix, melodramma semiserio en trois actes. Livret de Gaetano Rossi, d’après la pièce d’Adolphe-Philippe d’Ennery et de Gustave Lemoine La grâce de Dieu (Paris, 1841). Avec : Majella Cullagh, Linda ; Roberto Iuliano, Carlo, Visconte di Sirval ; Chiara Chialli, Pierott ; Giuseppe Altomare, Antonio ; Simone Del Savio, Il Prefetto ; Maurizio Leoni, Il Marchese di Boisfleury ; Alessandra Fratelli, Maddalena ; Livio Scarpellini, L’Intendente del feudo. Orchestre et Chœur du « Bergamo Musica Festival » Gaetano Donizetti, direction : Vito Clemente. 3 CD. Dynamic CDS652/1-3. Code-barre : 8007144 606527. Enregistré sur le vif au Teatro Sociale de Bergame les 11 et 13 septembre 2009. Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation quadrilingue (italien, anglais, allemand et français) ; durée : 69’16’’, 53’15’’et 43’04’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.