À emporter, CD, Musique de chambre et récital

La découverte d’un nouvel orgue de l’atelier Ahrend

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750): Choral « Christ ist erstanden » BWV 627 ; Prélude et fugue en ré majeur BWV 532 ; Trio « Herr Jesu Christ, dich zu uns wend » BWV 655. Dieterich Buxtehude (1637-1707) : Prélude et fugue en ré mineur BuxWV 140 ; Toccata en sol majeur BuxWV 164 ; Passacaille en ré mineur BuxWV 161. Georg Böhm (1661-1733) : Choralpartita « Ach wie nichtig, ach wie flüchtig » ; Capriccio en ut majeur ; Choralpartita « Freu dich sehr, o meine Seele ». Martin Neu au nouvel orgue Hendrik Ahrend (2007) de l’église Saint-Otto de Herzogenaurach (Allemagne). 1 SACD Audite 92.547. Code barre 4022143925473. Enregistré en mai 2008. Livret bilingue anglais/allemand. Durée totale 72’02

 

Lorsque l’on feuillète la liste des orgues construits à neuf ou restaurés par la firme Ahrend depuis le début des années 70, on s’émerveille du nombre et surtout de l’impact qu’ont eu tous ces instruments sur l’évolution de la facture d’orgue en Europe depuis quarante ans. Souvenons-nous de ces superbes intégrales Bach par André Isoir, ou Buxtehude par Michel Chapuis, rythmées aux accents de ces orgues d’exception. Jürgen Ahrend, le père, génial harmoniste, a montré et tracé la voie, reprise depuis 2004 par son fils Hendrik. C’est ce dernier qui a construit cet instrument de 26 jeux sur deux claviers pédalier, dont on reconnaît immédiatement la marque de fabrique. Le son est d’une clarté et d’une limpidité confondante, capable de faite entendre la moindre subtilité d’une musique construite avant tout sur la polyphonie. Plus près de nous divers exemple de se type sont là pour nous montrer ces qualités d’exception : Toulouse et le musée des Augustins, ou plus récemment le nouvel orgue de Vaison la Romaine. Ces orgues demeurent des «must» incontournables, et reconnus de tous.

propose un récital axé sur trois maîtres liés au répertoire de l’école de l’Allemagne du nord. Le «Stylus phantasticus» se développe avec conviction dans les pièces de Buxtehude, tandis que la subtilité des variations de Böhm permet l’écoute de nombreux jeux de détail. Bach, en grand fédérateur, vient couronner avec magie ce programme. Le jeu de l’organiste est efficace, juste et inspiré, tout ce que l’on peut attendre d’une telle présentation. De plus, la prise de son surround, en support SACD est d’une rare perfection et d’une limpidité à toute épreuve, largement préservée en lecture CD habituelle à deux canaux. Là aussi, on apprécie les progrès énormes réalisés depuis quelques années.

Cet enregistrement représente outre ses qualités musicales évidentes, un élément d’importance dans l’inventaire sonore et dans la connaissance approfondie des orgues de cet atelier, l’orgue entendu ici étant pour nous tous une découverte des plus excitante, et au passage, un bel outil de démonstration pour tester sa chaîne.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750): Choral « Christ ist erstanden » BWV 627 ; Prélude et fugue en ré majeur BWV 532 ; Trio « Herr Jesu Christ, dich zu uns wend » BWV 655. Dieterich Buxtehude (1637-1707) : Prélude et fugue en ré mineur BuxWV 140 ; Toccata en sol majeur BuxWV 164 ; Passacaille en ré mineur BuxWV 161. Georg Böhm (1661-1733) : Choralpartita « Ach wie nichtig, ach wie flüchtig » ; Capriccio en ut majeur ; Choralpartita « Freu dich sehr, o meine Seele ». Martin Neu au nouvel orgue Hendrik Ahrend (2007) de l’église Saint-Otto de Herzogenaurach (Allemagne). 1 SACD Audite 92.547. Code barre 4022143925473. Enregistré en mai 2008. Livret bilingue anglais/allemand. Durée totale 72’02

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.