Bannière-Web-ResMusica-728x90

Matei Varga et Ben Schoeman, piano du bout du monde

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Bucarest, Atheneum George Enesco. 23-XI-2010. Franz Schubert (1797-1828) : Fantaisie en fa mineur pour piano à quatre mains D. 940 ; Robert Schumann (1810-1856) : Andante et variations pour deux pianos op. 46 ; Dinu Lipatti (1917-1950) : Trois danses roumaines pour deux pianos ; Sergei Rachmaninov (1873-1943) : Suite en do majeur pour deux pianos op. 17 ; Maurice Ravel (1875- 1937) : La Valse, version pour deux pianos. Matei Varga, Ben Schœman, pianos

L’Athénée Roumain à Bucarest est un condensé de la salle Pleyel, des théâtres du Châtelet et des Champs-Elysées. A la fois par sa richesse architecturale et musicale. Un lien viscéral à la musique et quarante-quatre ans de communisme le remplissent vite, deux fois plus vite lorsque les têtes d’affiches viennent de loin.

Ce soir, un programme comme il en manque a Paris, pour deux piano, réunit le pianiste Sud-Africain Ben Schœman et , un de ces jeunes talents roumains que l’Occident s’est approprié après l’avoir distingue dans divers concours internationaux.

A l’image du répertoire très diversifié écrit pour deux pianos, le programme est intense et prenant, une sorte de condensé de piano romantique. Doués d’une technique brillante et ce qu’il faut de sens de la scène pour pimenter le spectacle, les deux pianistes ont donné un quatre mains de Schubert lyrique, sombre et tourmenté. Après des variations sous forme de rêverie (Schumann), le duo présente Trois danses de Dinu Lipatti pleines d’entrain et d’accents dramatiques.

Point culminant, la Suite no2 de Rachmaninov (et plus particulièrement la Romance et ses entrelacs volubiles) révèle deux pianistes aux tempéraments complémentaires même fusionnels, qui pensent l’ensemble autant que le détail, qui jamais n’étalent leur aisance d’équilibristes et qui peuvent nous emmener loin dans l’intimité d’un compositeur. Bien que La Valse de Ravel n’ait eu du ballet que l’apparence (Diaghilev), de viennois ou de français que le parfum et que le parodique l’ait emporté sur le naturel, ce duo a de l’avenir. Mélange parfait de singularité et d’intuition musicale partagée, il est porteur d’émerveillement

Credit photographique : © Matthew Sussman

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.