Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°2 en ut mineur « Résurrection ». Kate Royal, soprano ; Magdalena Kožená, mezzo-soprano ; Rundfunkchor Berlin, direction : Simon Halsey ; Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Simon Rattle. 2 CD EMI. Référence et code barre : 50999 6 47363 27. Enregistré en concert en octobre 2010. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Texte chanté en allemand, traduction en anglais et français. Durée : 86’23

 

En 1986, , alors jeune directeur musical de l’orchestre symphonique de Birmingham avait enregistré cette même symphonie n°2 de Mahler, en prélude à un cycle complet des symphonies qui s’était terminé à Berlin, en 2002, avec l’enregistrement de la symphonie n°5. Mais, années Mahler obligent, le chef anglais remet son Mahler sur le métier. Venant après une excellente symphonie n°9 (récompensée d’une Clef de Resmusica), cette nouvelle lecture est une déception.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le chef a une constance dans son approche, avec des tempi, d’une quasi parfaite égalité entre ces deux lectures séparées par 25 années. Mais, ce qui pouvait séduire, en 1986, chez un jeune chef, à savoir la maîtrise de la forme, peine à convaincre avec un interprète en pleine maturité et porté aux sommets du monde de la musique classique.

Les tempi, très retenus, butent sur la manie du chef à vouloir décortiquer les moindres recoins du texte et à mettre l’accent sur la plupart des détails. Dès le premier mouvement, l’auditeur reste désarçonné devant des choix interprétatifs qui diluent la force de cet «Allegro maestoso», même le sarcastique «In ruhig fliessender Bewegung» tombe à plat à force d’être détricoter en une succession de séquences. Si les amateurs d’un Mahler conquérant et altier façon Metha (Decca), Bernstein (Sony), Solti (Decca) ou Gergiev (LSO Live) doivent passer leur chemin, ceux d’un Mahler décanté ou cérébral devront chercher leur bonheur ailleurs : chez Zinman (RCA) ou Sinopoli (DGG).

Le point de satisfaction réside dans la performance d’un orchestre à la beauté et à la précision démonstratives. On admire la capacité des musiciens à servir une telle prestation de concert, sous une battue, qui décortique et sur-joue le message de cette musique.

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°2 en ut mineur « Résurrection ». Kate Royal, soprano ; Magdalena Kožená, mezzo-soprano ; Rundfunkchor Berlin, direction : Simon Halsey ; Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Simon Rattle. 2 CD EMI. Référence et code barre : 50999 6 47363 27. Enregistré en concert en octobre 2010. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Texte chanté en allemand, traduction en anglais et français. Durée : 86’23

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.