Plus de détails

George Gershwin (1898-1937) : Rhapsody in Blue (version pour jazz band), Catfish Row-Suite symphonique ; Concerto en fa pour piano et orchestre ; Rialto Ripples. Stefano Bollani, piano ; Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, direction : Riccardo Chailly. 1 CD Decca. Référence et code barr : 0 28947 82739. Enregistré en 2010. Notice de présentation en anglais, allemand, français et italien.. Durée : 73’37

 

Gershwin à Leipzig ? Si l’affiche peut paraître étonnante, opposant le sens du rythme et des couleurs de l’Américain à la rigueur germanique, il ne faut pas oublier que l’ avait déjà gravé, sous la direction de Kurt Masur et avec la complicité du pianiste Siegfried Stöckigt, un disque Gershwin aussi épatant qu’inattendu (Berlin Classics).

Sous la battue de , qui n’a pas peur des contrastes passant d’une série d’enregistrements dédiés à Bach aux œuvres de Gershwin, l’orchestre remet cela et offre un disque aussi jubilatoire que stimulant.

Comme ils l’expliquent dans l’excellente notice de présentation, sous forme d’entretien, les deux artistes sont à la recherche d’un Gershwin plus «néo-classique», plus technique, que stylistiquement brillant. D’ailleurs, le chef compare le compositeur à un Stravinsky : «je sens Gershwin proche du génie de Stravinsky, pour des questions de culture des timbres, d’orchestration, et par sa constante recherche d’un univers rythmique différent». Le résultat artistique est brillant avec une mise en avant de la richesse de l’orchestration et des idées rythmiques mais toujours dans un carcan qui vise un contrôle du développement. La grande suite de Catfish Row brille sous cette battue anti-démonstrative, c’est l’inverse de James Levine à Chicago pour DGG, démesurément démonstratif. Le chef est aidé par des musiciens à la fois irréprochables et enjoués.

Les partitions avec piano bénéficient de la présence du pianiste Stefano Bollani, venu du monde du jazz, mais qui épouse la démarche philologique du chef italien. Autant la Rhapsody que le Concerto en fa font feux de tout bois dans un festival d’intelligence musicale et de style.

Bien évidemment, ce disque se veut assez intellectuel par rapport à d’autres versions plus sensitives (James Levine, Leonard Bernstein, Wayne Marshall, Earl Wid), mais la cohérence des intentions et surtout la performance des protagonistes l’imposent naturellement comme une référence des années 2010 et confirme l’envergue artistique de .

Plus de détails

George Gershwin (1898-1937) : Rhapsody in Blue (version pour jazz band), Catfish Row-Suite symphonique ; Concerto en fa pour piano et orchestre ; Rialto Ripples. Stefano Bollani, piano ; Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, direction : Riccardo Chailly. 1 CD Decca. Référence et code barr : 0 28947 82739. Enregistré en 2010. Notice de présentation en anglais, allemand, français et italien.. Durée : 73’37

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.