À emporter, CD, Musique de chambre et récital

César Franck à la Dalbade retrouvée

Plus de détails

César Franck (1822-1890) : Fantaisie en la majeur ; Cantabile ; Pièce héroïque ; Prélude, fugue et variation ; Premier choral en mi majeur. Lionel Avot à l’orgue Eugène Puget (1888) de l’église Notre-Dame de la Dalbade à Toulouse. 1 CD Hortus 083. Code barre 3487720000836. Enregistré en Juillet 2010. Livret bilingue français/anglais. Durée totale 59’09’’.

 

Heureuse initiative que de proposer ici quelques pièces majeures pour orgue de sur un instrument d’exception nouvellement restauré. L’orgue de la Dalbade de Toulouse est justement célèbre, et reste l’un des plus grands chefs d’œuvres de cette dynastie de facteurs d’orgue installés à Toulouse au XIX° siècle. Nous connaissions déjà cet orgue impressionnant avant sa restauration, au travers d’enregistrements, notamment ceux réalisés par Odile Pierre et Georges Delvallée. Grand instrument symphonique de 50 jeux répartis sur trois claviers et pédalier, dans une acoustique très large, cet orgue entendu en direct dans la nef, procure quelques sensations fortes garanties. On notera à quel point ce genre d’orgue pouvait rivaliser à armes égales, avec les plus beaux Cavaillé-Coll de l’époque. Le splendide spécimen de la basilique Saint-Sernin, tout proche, en témoigne tout à fait.

s’imagine toujours joué sur des Cavaillé-Coll, complètement inféodé à ce facteur, et pourtant ici, l’adéquation reste parfaite, et une écoute en aveugle départagerait difficilement ces deux manufactures qui firent la gloire de l’orgue symphonique.

, élève de Jean Boyer, et à qui il dédie cet enregistrement, débute son récital par les trois pièces de 1878, spécialement écrites pour le nouvel orgue Aristide Cavaillé-Coll du palais du Trocadéro à Paris, qui forment un ensemble pouvant suggérer une symphonie en trois mouvements. On y sent un Franck quelque peu libéré de l’orgue de Saint-Clotilde, s’adressant là à un instrument plus puissant, profond et héroïque. L’interprète aborde ces œuvres avec sobriété, romantisme, et modération dans les tempi, dicté par divers paramètres : acoustique, registrations, et aussi conception personnelle, l’essentiel n’étant pas le tempo en lui-même, mais de ce qui se passe de l’intérieur, au travers d’un discours qui énonce les idées et les phrases jusqu’à leur terme. Le meilleur exemple est le Prélude, fugue et variation, qui chante ici magnifiquement jusqu’à la jubilation de la variation.

Le programme s’achève par le Choral n° 1, en mi majeur, premier volet du testament musical de Franck, puisque composé seulement quelques semaines avant sa disparition, permet ici une mise en valeur maximum à la fois de l’orgue et des qualités musicales de l’interprète. Félicitations également aux facteurs d’orgue Gérard Bancels et Denis Lacorre qui en 2009, ont rendu de manière magistrale, les voix à ce précieux témoin du passé.

Un très beau récital Franck, de plus, remarquablement capté par Roger Lenoir, en toute fidélité avec l’ambiance du lieu.

Plus de détails

César Franck (1822-1890) : Fantaisie en la majeur ; Cantabile ; Pièce héroïque ; Prélude, fugue et variation ; Premier choral en mi majeur. Lionel Avot à l’orgue Eugène Puget (1888) de l’église Notre-Dame de la Dalbade à Toulouse. 1 CD Hortus 083. Code barre 3487720000836. Enregistré en Juillet 2010. Livret bilingue français/anglais. Durée totale 59’09’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.