Banniere-ClefsResmu-ok

Les Petits motets de Joseph-Hector Fiocco

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Joseph-Hector Fiocco (1703-1741) : « Salve Regina », « Beatus Vir », « Libera me Domine », « Jubilate Deo », « Benedicam Dominum ». Avec : Scherzi Musicali, direction : Nicolas Achten. 1 CD. Musique en Wallonie MEW 1054. Code-barre : 5425008 310541. Enregistré en l’église de Sart-les-Spa du 2 au 4 octobre 2009. Notice de présentation quadrilingue (français, flamand, anglais et allemand). Durée : 59’14’’.

 

Les Clefs ResMusica

Cela ne fait pas très longtemps que l’on s’intéresse à la musique du Bruxellois , qui n’était encore connu il y a une dizaine d’années que pour ses pièces pour clavecin – excellente intégrale réalisée par Ton Koopman à la fin des années 1970… – ainsi que pour sa Missa Solemnis, déjà enregistrée à plusieurs reprises. Depuis, l’industrie discographique s’est penchée sur la musique du père, Pietro Antonio Fiocco (1654-1714), sur celle du demi-frère Jean-Joseph (1686-1746) ainsi que sur les autres compositions sacrées de Joseph-Hector, dont l’inspiration religieuse est peut-être plus personnelle que son œuvre profane pour clavecin, manifestement très fortement influencée par l’écriture du grand Couperin.

De façon quelque peu paradoxale, ces petits motets à la française, composés pour la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, sont en effet fortement marqués par le style italien, sans doute communiqué par le père Marco Antonio, Vénitien d’origine. On en appréciera d’autant plus leur ravissante vitalité, à l’opposé des pièces plus austères que l’on associe parfois aux contrées protestantes du nord de l’Europe. Écrits pour une, deux ou quatre voix, ces petits motets enchantent l’âme et séduisent l’esprit, enlevés comme ils sont par une équipe de musiciens à l’enthousiasme presque juvénile. Parmi les chanteurs, on retiendra tout particulièrement la soprano Marie de Roy et surtout le baryton , grand maître d’œuvre de cette jolie réussite artistique. Jouant tour à tour  du clavecin, du théorbe et de l’archiluth, sachant utiliser sa voix tout comme il sait manier la baguette, cet homme-orchestre insuffle à son ensemble sa passion pour une musique en laquelle de toute évidence il croit, et dont il sait souligner sinon le génie ou l’originalité, du moins l’excellente facture et la savante architecture. La très jolie pochette, ainsi que la qualité du texte de présentation, donnent décidément envie d’en connaître davantage sur la pratique musicale en Wallonie au cours de la première moitié du dix-huitième siècle.

(1703-1741) : « Salve Regina », « Beatus Vir », « Libera me Domine », « Jubilate Deo », « Benedicam Dominum ». Avec : , direction : . 1 CD. Musique en Wallonie MEW 1054. Code-barre : 5425008 310541. Enregistré en l’église de Sart-les-Spa du 2 au 4 octobre 2009. Notice de présentation quadrilingue (français, flamand, anglais et allemand). Durée : 59’14’’.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.