À emporter, CD, Musique d'ensemble

Ulf Wallin trop seul dans Schumann

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Sonates pour violon et piano n°1-3. Ulf Wallin (violon), Roland Pöntinen. 1 CD Bis. Référence SACD-1784. Code barre : 7318599917849. Enregistré à Nybrokajen (Suède) en juillet 2009. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 74’06’’

 

s’intéressa au violon à partir de 1851. Il composa sa première Sonate pour violon et piano du 12 au 16 septembre et la seconde entre les 26 octobre et 6 novembre de cette année. Ce n’est qu’à l’automne 1853 que la troisième verra le jour, à la même période que le Concerto pour violon et la Fantaisie pour violon et orchestre. Pour , «  a non seulement enrichi le répertoire de la musique de chambre du dix-neuvième siècle avec ces œuvres riches musicalement, belles et complexes mais a également bâti un pont entre les dernières Sonates de Beethoven, Schubert et de Mendelssohn avec celles de Brahms ». Moins jouées que celles des maîtres de Bonn et de Hambourg, elles méritent largement d’être entendues et enregistrées avec soin.

Si cette version déçoit, la prestation de Wallin n’est pas en cause. Certes, son lyrisme passionné le pousse à commettre quelques coups d’archets un peu moins « propres » que ceux auxquels on se prend à rêver (nous ne sommes pas ici dans la tradition franco-belge) mais il privilégie l’expressivité à la brillance et réussit parfaitement sa prestation grâce, notamment, à une sonorité chaude, à un superbe legato et à un remarquable sens du phrasé. Malheureusement, se borne à l’accompagner en se contentant de jouer les seconds rôles. Or, si cela peut éventuellement convenir à une lecture de la version « violon-piano » que Schuman a réalisée des 23 premiers Caprices de Paganini (enregistrée, entre autres, par David Garrett et Bruno Canino (DGG)), ces sonates exigent bien plus. Peu (voire pas) aidé par la prise de son, Pöntinen ne fait que soutenir harmoniquement Wallin, qui apparaît comme le moteur musical de l’enregistrement. En ce qui concerne les deux premières sonates, on trouvera, réédités chez Brillant Classics, de bien meilleurs dialogues entre Christian Ferras et Pierre Barbizet. L’interactivité entre les deux musiciens fait ici malheureusement défaut. Voilà ce qui s’appelle un « acte manqué ».

 

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Sonates pour violon et piano n°1-3. Ulf Wallin (violon), Roland Pöntinen. 1 CD Bis. Référence SACD-1784. Code barre : 7318599917849. Enregistré à Nybrokajen (Suède) en juillet 2009. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 74’06’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.