Carmen-banniere-728x90

Karol Beffa met Daniel Pennac en musique

À emporter, CD et livres Jeunesse, ResBambini

« L’œil du loup». Texte et récitant : Daniel Pennac (né en 1944). Musique : Karol Beffa (né en 1973). Orchestre de chambre de Paris, direction : Jean Deroyer. Editions Gallimard Jeunesse ; album 52 pages + 1 CD. ISBN 978-2070645459. Enregistré à Paris en février 2012. 62’04

 

Les Clefs d'or

Publié en 1984, L’œil du loup est un conte pour enfants de Daniel Pennac qui voit la rencontre dans un zoo d’un enfant venu d’Afrique et d’un loup borgne amené d’Alaska. Associant une réflexion sur la dureté de la condition animale et humaine d’aujourd’hui à l’imaginaire du monde de l’enfance, insérant quelques échappées vers l’humour, L’œil du loup est déjà enseigné à l’école primaire.

Sur la base de cette forte reconnaissance, le conte connaît une étape supplémentaire avec la création d’un accompagnement musical par , compositeur trentenaire et dont l’accompagnement musical d’images ou de textes est un exercice qui lui est familier (lire l’entretien donné à ResMusica). La création scénique était donnée le 13 mai au Châtelet à Paris par les mêmes interprètes, Daniel Pennac en récitant et à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris.

Que ce soit en concert ou sur le livre-disque, la musique de Beffa accompagne avec poésie le beau texte de Pennac, avec la modestie nécessaire pour le rehausser sans le paraphraser, sachant s’adapter aux climats (c’est le cas de le dire) de l’Alaska et de l’Afrique évoqués successivement par le conte, mais en finesse, sans tomber dans l’illustration ou l’exotisme bon marché. A bon escient, la musique sait aussi prendre son envol et exister par elle-même, par exemple lorsque le soleil perce les nuages et éclaire la fourrure d’or de la petite louve Paillette. A l’instar de Nicolas Bacri dans Entre terres, propose une musique d’aujourd’hui qui répond avec exigence et efficacité à l’indispensable besoin de faire vivre et communiquer la musique orchestrale auprès d’un plus large public.

Les illustrations de Catherine Reisser encadrent le texte avec une importance donné au trait. En laissant le texte au centre (dans tous les sens du terme), elles reprennent ainsi discrètement le principe des enluminures et donnent une dimension précieuse à la mise en page.

Un livre-disque remarquable par les valeurs humaines qu’il transmet, et par la capacité des différents arts, le texte, la musique et le dessin, à avoir su se combiner de manière harmonieuse. Une réussite qui fait déjà de ce conte un classique.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.