À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Vivaldi et Mozart légendaires

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) – INTÉGRALE DES CONCERTOS ET SONATES opp. 1 à 12 : 12 Sonates en Trio pour deux violons et continuo, op. 1 ; 12 Sonates pour violon, op. 2 ; L’Estro Armonico, op. 3 ; 12 Concerti pour violon, op. 4 ; 6 Sonates pour violon(s) et continuo, op. 5 ; 6 Concerti pour violon, op. 6 ; 12 Concerti a cinque stromenti, op. 7 ; Il Cimento dell’armonia e dell’invenzione, op. 8 ; La Cetra, op. 9 ; 6 Concerti pour flûte, op. 10 ; 6 Concerti a cinque stromenti, op. 11 ; 6 Concerti pour violon, op. 12. Severino Gazzelloni, flûte ; Heinz Holliger, hautbois ; Salvatore Accardo, Felix Ayo, Pina Carmirelli, Italo Colandrea, Anna Maria Cotogni, Walter Gallozzi, Sylvie Gazeau, Franco Gulli, Roberto Michelucci, Luciano Vicari, violon ; Enzo Altobelli, Rohan de Saram, violoncelle ; Bruno Canino, clavecin ; Maria Teresa Garatti, clavecin et orgue. I Musici. 1 coffret 19 CD Newton Classics 8802034. Code barre : 8718247710348. Enregistré entre mai 1959 et novembre 1977 à Amsterdam, en Autriche, Suisse, Italie. ADD. Notices trilingues (anglais, allemand, français) excellentes (Michael Talbot). Durée : 18h52’05

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) – LES GRANDES SONATES POUR VIOLON ET PIANO : Sonates pour violon et piano n°17 K. 296, n°18 K. 301, n°19 K. 302, n°20 K. 303, n°21 K. 304, n°22 K. 305, n°23 K. 306, n°24 K. 376, n°25 K. 377, n°26 K. 378, n°27 K. 379, n°28 K. 380, n°32 K. 454, n°33 K. 481, n°35 K. 526, n°36 « Pour Débutants » K. 547 ; Variations sur « La Bergère Célimène » pour piano et violon K. 359 ; Variations sur « Hélas, j’ai perdu mon Amant » pour piano et violon K. 360. Henryk Szeryng, violon ; Ingrid Haebler, piano. 1 coffret 4 CD Newton Classics 8802022. Code barre : 8718247710225. Enregistré en septembre 1969, et en janvier, mai et septembre 1972 au Mozarteum, Salzbourg. ADD. Notices trilingues (anglais, allemand, français). Durée : 79’54, 72’08, 78’00, 77’03

 

Réjouissons-nous vraiment de cette réédition en un superbe coffret de 19 CDs Newton Classics des enregistrements Vivaldi par , initialement réalisés par Philips. Les deux ensembles romains , sans chef, et I Virtuosi di Roma, sous la direction de Renato Fasano, ont été les deux principaux artisans de la résurrection de l’œuvre orchestrale du Prêtre Roux dans les années 50-60. Les fameuses Quatre Saisons ont évidemment été le catalyseur de cette résurrection, par les antiques gravures de Bernardino Molinari (1942) et Louis Kaufman (1948), sans compter celle très populaire de Karl Münchinger (sa première version, en mono, de 1951) chez Decca.

eux-mêmes, en réaction au jeu plutôt germanique de Münchinger, réalisèrent comme tout premier enregistrement une version initiale en mono des Quatre Saisons en 1955, avec en soliste l’un des fondateurs du groupe, l’admirable violoniste Felix Ayo, et toujours avec ce même soliste, pour les besoins de la stéréo, ils en refirent une deuxième version en 1959, dans le cadre de leur future intégrale des 12 Concertos op. 8, Il Cimento dell’Armonia e dell’Invenzione. C’est cette dernière qui se trouve dans le coffret sous rubrique, et ce sera le début de l’exploration systématique des grands cycles de l’œuvre vivaldienne, d’abord avec Felix Ayo, jusqu’à, présents dans cet album, Franco Gulli et Salvatore Accardo dans les années 70.

En réécoutant ces interprétations qui font maintenant partie de l’histoire de la musique enregistrée, on est étonné, aux côtés des innombrables versions « baroqueuses », d’en retrouver la fraîcheur d’inspiration, la luminosité chaleureuse typiquement méditerranéenne qui s’en dégage, une admirable justesse d’intonation et un naturel de l’expression qui peuvent sembler un peu lisses pour nos oreilles de maintenant, mais qui sont loin de toujours aller de soi dans les interprétations actuelles. En tout cas, toujours d’une musicalité exceptionnelle et infaillible, ces versions I Musici en valent nettement d’autres, étant notamment bien supérieures à certaines versions qui mettent surtout l’accent sur des excentricités et autres outrances extramusicales.

Autre motif de réjouissance que cette publication, toujours chez le même éditeur, de ces « grandes sonates pour violon et piano » de Mozart, véritables joyaux de la musique de chambre classique, précurseurs très nettement directs de celles, admirables, de Beethoven, et qui mériteraient d’être aussi connues et jouées qu’elles.

De la quelque trentaine de Sonates pour violon et piano de Mozart, il existe sur disque une anthologie légendaire des années 50, presque intégrale (27), par la pianiste Lili Kraus et le violoniste Willi Boskovsky, le célèbre concertmeister des Wiener Philharmoniker (EMI). Arthur Grumiaux et Clara Haskil en ont gravé chez Philips quelques-unes des plus significatives en une pureté sonore et stylistique incomparable qui nous fait regretter que ce ne fut pas une intégrale. Sans doute dans le souvenir de ces deux interprètes de génie, Philips choisit les excellents mozartiens , violon, et , piano, pour nous offrir ces versions immaculées non pas de toutes les Sonates pour violon et piano de Mozart, mais des seize dernières grandes sonates, les plus abouties : avant 1766, le tout jeune Mozart avait déjà composé toute une série de sonates essentiellement centrées sur un clavier virtuose face à un simple accompagnement secondaire de violon. Ce n’est que douze ans plus tard, à partir de 1778, qu’il reviendra à cette forme duo, mais en attribuant aux deux instruments une importance équivalente. Mozart y passe progressivement de la structure en deux parties à celle en trois mouvements. Ce sont les seize sonates de cette seconde période (1778-1788) que Szeryng et Haebler nous proposent ici. Dix ans plus tard, Petr Messiereur, violon, et Stanislav Bogunia, piano, allaient nous donner leur version, exemplaire (Calliope), mais l’interprétation de et ne leur est certainement pas inférieure.

En complément, ces deux interprètes nous offrent judicieusement deux séries de variations (non présentes chez le duo Messiereur-Bogunia), forme que Mozart affectionnait particulièrement, au point qu’elle se retrouve fréquemment en mouvement de sonate. Et quel lieu d’enregistrement pouvait donc être plus adéquat que le Mozarteum de Salzbourg ? …

(Visited 657 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) – INTÉGRALE DES CONCERTOS ET SONATES opp. 1 à 12 : 12 Sonates en Trio pour deux violons et continuo, op. 1 ; 12 Sonates pour violon, op. 2 ; L’Estro Armonico, op. 3 ; 12 Concerti pour violon, op. 4 ; 6 Sonates pour violon(s) et continuo, op. 5 ; 6 Concerti pour violon, op. 6 ; 12 Concerti a cinque stromenti, op. 7 ; Il Cimento dell’armonia e dell’invenzione, op. 8 ; La Cetra, op. 9 ; 6 Concerti pour flûte, op. 10 ; 6 Concerti a cinque stromenti, op. 11 ; 6 Concerti pour violon, op. 12. Severino Gazzelloni, flûte ; Heinz Holliger, hautbois ; Salvatore Accardo, Felix Ayo, Pina Carmirelli, Italo Colandrea, Anna Maria Cotogni, Walter Gallozzi, Sylvie Gazeau, Franco Gulli, Roberto Michelucci, Luciano Vicari, violon ; Enzo Altobelli, Rohan de Saram, violoncelle ; Bruno Canino, clavecin ; Maria Teresa Garatti, clavecin et orgue. I Musici. 1 coffret 19 CD Newton Classics 8802034. Code barre : 8718247710348. Enregistré entre mai 1959 et novembre 1977 à Amsterdam, en Autriche, Suisse, Italie. ADD. Notices trilingues (anglais, allemand, français) excellentes (Michael Talbot). Durée : 18h52’05

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) – LES GRANDES SONATES POUR VIOLON ET PIANO : Sonates pour violon et piano n°17 K. 296, n°18 K. 301, n°19 K. 302, n°20 K. 303, n°21 K. 304, n°22 K. 305, n°23 K. 306, n°24 K. 376, n°25 K. 377, n°26 K. 378, n°27 K. 379, n°28 K. 380, n°32 K. 454, n°33 K. 481, n°35 K. 526, n°36 « Pour Débutants » K. 547 ; Variations sur « La Bergère Célimène » pour piano et violon K. 359 ; Variations sur « Hélas, j’ai perdu mon Amant » pour piano et violon K. 360. Henryk Szeryng, violon ; Ingrid Haebler, piano. 1 coffret 4 CD Newton Classics 8802022. Code barre : 8718247710225. Enregistré en septembre 1969, et en janvier, mai et septembre 1972 au Mozarteum, Salzbourg. ADD. Notices trilingues (anglais, allemand, français). Durée : 79’54, 72’08, 78’00, 77’03

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.