À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Benjamin Grosvenor, jeune virtuose britannique

Plus de détails

Frédéric Chopin (1810-1849) : quatre Scherzos, Nocturnes en fa dièce majeur op. 15-2, en mi mineur op. 72-1 posthume, en ut dièse mineur ; Chopin / Liszt : Mes joies, Le souhait (extraits des Six Chants polonais) ; Franz Liszt (1811-1886) : En rêve S 207 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Gaspard de la nuit. Benjamin Grosvenor, piano. 1 CD Decca. Réf : 478 3206 ; Enregistré du 23 au 26 avril 2011 Lyndhurst Hall, Air Lyndhurst Studios, Londres. Code barre : 0 28947 83206 5. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale : Non indiquée (environ 75 minutes)

 

Voici un jeune virtuose, dans le sens le plus pur du terme. , né en 1992, étonne avec sa facilité technique saisissante. Aujourd’hui, tant de pianistes possèdent une technique si surprenante que paradoxalement, cela ne surprend presque personne. Mais il sort de cette catégorie : du début à la fin, l’enregistrement montre son talent hors pair, non seulement sa virtuosité incontestable, mais aussi une fluidité naturelle, la clarté de discours, la netteté de phrasés… A peine âgé de 20 ans, on croirait pourtant entendre un pianiste ayant atteint la pleine maturité.

Le programme est tout aussi intéressant que son interprétation. Partant d’un point de vue que les Scherzo de Chopin sont chacun une pièce bien indépendante et ne nécessitent pas d’être joués dans l’ordre de publication, il insèrent entre eux des morceaux courts, en occurrence des Nocturnes. Il couple les Scherzo avec Gaspard de la nuit de Ravel, que l’on entend assez rarement sur un même disque. En transition, deux mélodies de Chopin transcrites par Liszt, exactement dans le même caractère mélodique que les Nocturnes et des parties centrales de Scherzos, et En rêve de Liszt, sous-titré Nocturne. Ces trois pièces annoncent également des caractères pianistiques de Ravel (timbres, couleurs, effets sonores…), sans parler du thème de la nuit.

Dans son exécution, la légèreté aérienne de passages rapides (Troisième Scherzo, Le Souhait, Scarbo) est absolument fascinante. On ne peut que se réjouir d’une interprétation par endroits très originale (coupure nette de certains accords dans Scarbo, dynamique inattendue au début du Deuxième Scherzo) et d’un lyrisme raffiné ; il ne se précipite ni se laisse aller par la force là où de nombreux pianistes tombent dans ce piège (point culminant des Scherzos, Gaspard de la nuit). En bref, il combine la mélodicité et maestria sans jamais rechercher d’effet voyant et c’est ce que nous apprécions hautement.

(Visited 131 times, 1 visits today)

Plus de détails

Frédéric Chopin (1810-1849) : quatre Scherzos, Nocturnes en fa dièce majeur op. 15-2, en mi mineur op. 72-1 posthume, en ut dièse mineur ; Chopin / Liszt : Mes joies, Le souhait (extraits des Six Chants polonais) ; Franz Liszt (1811-1886) : En rêve S 207 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Gaspard de la nuit. Benjamin Grosvenor, piano. 1 CD Decca. Réf : 478 3206 ; Enregistré du 23 au 26 avril 2011 Lyndhurst Hall, Air Lyndhurst Studios, Londres. Code barre : 0 28947 83206 5. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale : Non indiquée (environ 75 minutes)

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.