Mieux que les plus belles berceuses du jazz

À emporter, CD et livres Jeunesse, ResBambini

Les plus belles berceuses jazz. Russian Lullaby, Dreams Are Made for Children, Ella Fitzgerald. Lullaby Of Birdland, Goodnight My Love , Sarah Vaughan. Once Upon A Summertime, Blossom Dearie. Lullaby In Blue, Debbie Reynolds et Eddie Fischer. My Sleepy Head (Go to Sleep), Nat King Cole. Over the Rainbow, Judy Garland. My Funny Valentine, Chet Baker. Hit The Road to Dreamland, Mel Tormé. Summertime, Peggy Lee. Lullaby of the Leaves, June Christy. Looking for a Boy, Chris Connor. God Bless the Child, Billie Holiday. Brahms’s Lullaby, Frank Sinatra. Sélection Misja Fitzgerald Michel. Illustrations d’Ilya Green. Traduction de Valérie Rouzeau. 1 livre + CD Didier Jeunesse, collection « Contes musicaux ». ISBN : 978-2-278-06834-0. Dépôt légal : octobre 2012. Durée : 42’21. 23€80

 

Ne soyez pas rebuté par le titre opportuniste et banal des « plus  belles berceuses jazz », car ce livre-disque est beaucoup plus qu’une compilation fonctionnelle de titres à vocation soporifique. Le choix des titres et des interprétations, particulièrement réussi, se répartit entre 1939 avec Judy Garland à 1959 avec Chris Connor, n’oublie pas les voix légendaires d’, ou Billie Holliday, et fera voyager toute la jeune famille dans des rêves envoûtants. Rares d’ailleurs sont les berceuses proprement dites, la plus caractéristique étant la conclusive Brahms’s Lullaby de Frank Sinatra, sans doute trop douce pour être honnête.

Les illustrations prennent soin de sortir du carcan du thème de la berceuse pour traiter de tous les âges de l’enfance et jusqu’aux jeunes couples (blancs ou noirs, il y a même un couple mixte mais pas encore de couple homosexuel, chaque chose en son temps), avec… ou sans bébé.

Une traduction nouvelle et soignée est proposée pour tous les titres, et chaque artiste se voit décrit d’une petite notice courte qui synthétise efficacement son parcours et les caractéristiques de sa voix. Tout cela rassurera ceux qui sont inquiets à l’idée de sombrer corps et âme dans la layette : il n’y a pas que les nourrissons dans les livres de berceuses !

S’il est permis de penser qu’en dépit de leurs beautés ces interprétations permettront effectivement d’endormir les poupons poupins, le soyeux câlin de ces voix légendaires, écoutées en position semi-horizontale, pourrait avoir un autre effet inattendu pour un tel projet, celui du redressement productif de la natalité. Les jeunes mamans auront été averties…

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.