FBS-ResMusica-mégaBannière

Brahms noble et élégant

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Paris, Conservatoire d’art dramatique, 22-IV 2013. Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate pour piano et clarinette n° 1 op. 120, Intermezzi pour piano op. 117, Trio pour piano, violon et violoncelle n° 3 op. 101. Romain Descharmes, piano ; Olivier Patey, clarinette ; Pierre Fouchenneret, violon ; Gauthier Herrmann, violoncelle.

« Les Pianissimes » organise depuis 2005 une série de concerts à Paris et en région lyonnaise ainsi qu’un festival en juin (à Saint-Germain-au-Mont-d’Or), présentant de jeunes pianistes talentueux, français et étrangers. Cette saison, elle a accueilli, entre autres, Guillaume Coppola, Thomas Enhco, Benjamin Grovenor, Florian Noack, et la saison se terminera avec David Violi, le 13 mai prochain.

Pour son avant-dernier concert de l’année, Romain Decharmes est venu avec trois musiciens de sa génération (tous sont nés entre 1980 et 1985) et ils nous ont offert un programme Brahms délicat et élégant. , clarinettiste lauréat des concours internationaux ARD Munich (2003) et Carl Nielsen (2005), interprète la Première Sonate op. 120 sans aucune lourdeur ni gravité, dans un bel équilibre avec le piano. Le mouvement lent, interprété avec une grande beauté, est l’un des plus beaux moments de la soirée. Les Intermezzi exécutés par le pianiste épousent la même sensibilité, sans laisser transparaître le sombre désespoir qui se dégage souvent de la musique de Brahms. La sonorité de , pure et cristalline, est particulièrement belle en pianissimo. Dans le Trio op. 101, où se joint Pierre Fouchenneret (violoniste du quatuor Raphaël) et Gauthier Herrmann (fondateur du Trio Con Fuoco), contrairement au duo clarinette-piano, la sonorité de chacun des trois instruments reste distincte tout au long de l’œuvre, sans qu’ils ne se fondent les uns dans les autres : les cordes donnent l’impression d’être trop sèches par rapport au piano dont la résonnance est pleine. Est-ce dû à l’acoustique de la salle ou aux places que les deux instrumentistes à cordes ont pris, à un tiers de la scène côté jardin ?

En bis, le deuxième mouvement du Deuxième Trio. Toujours la même beauté céleste et raffinée.

Crédit photographique : Romain Decharmes © Jean-Baptiste Millot

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.