Banniere-ClefsResmu-ok

Carolin Widmann, artiste de l’année ICMA 2013

Artistes, Entretiens, Instrumentistes

Le jury ICMA a donné le prix de l’artiste de l’année 2013 à Carolin Widmann, avec la déclaration suivante: « La violoniste allemande s’est transformée en l’une des personnalités musicales les plus remarquables – et les plus intransigeantes -. de notre époque. Sa sensibilité et son intelligence comme interprète lui permettent d’exprimer les émotions les plus profondes dans les sonates romantiques de Schumann ou Schubert, tout en alimentant sa curiosité pour la musique contemporaine et l’exploration de sonorités expérimentales « .

Carolin Widmann a été choisie par la rédaction de ResMusica pour illustrer son Guide des Artistes et Festivals de l’été 2013.

Notre dossier : Cordes et archet

 

« C’est de la torture. Cela paraît glamour de l’extérieur, mais pourquoi voulez-vous faire cela? « 

ICMA: Un violoniste doit trouver son propre son, pour le violon c’est son identité artistique. Pourriez-vous décrire votre idée du son?
: Je pense qu’il n’y a pas un son, il y a un million de sons en fonction de ce que vous ressentez dans la musique. Cela dépend du répertoire, cela dépend encore de la phrase et de l’endroit où vous êtes. Le rechercher c’est le travail d’une vie, et je sens vraiment que notre tâche est de trouver le bon son pour la bonne pièce, et cela pourrait encore changer. Je pourrais ressentir différemment certains endroits de la Chaconne ou dans le Concerto de Brahms aujourd’hui qu’il y a quelques années. Donc le son change tout comme nous changeons, et il ne reste jamais le même. Pour moi la musique est le plus éphémère des arts, elle disparaît dès que le son a été joué, le son part et n’est plus que dans nos mémoires.

ICMA: Le son ne vient pas de rien, le son est le résultat du développement. Pouvez-vous décrire comment vous avez créé votre son?
CW: Ce qui est intéressant avec le violon en particulier, mais peut-être avec chaque instrument, c’est qu’il y a très peu de différence entre un son puissant et un son craqué. Je veux dire que si je joue très fort, le son chante et il est toujours ouvert, si je presse un peu plus, il est mort. Et trouver l’endroit où il se casse est vraiment intéressant, parce qu’il y a de nombreux musiciens qui restent juste au milieu, dans la moyenne. Je n’aime vraiment pas ça, parce que c’est un spectre si étroit, je veux aller à gauche, à droite, en profondeur et là ça devient intéressant. Un autre exemple avec le pianissimo, où est la différence entre le silence et un son pur très faible, c’est là que ça devient intéressant. C’est comme pour les peintres: comment pouvez-vous arriver au blanc sans être blanc, et quel est le noir le plus noir qui a encore de la profondeur? Donc, j’ai vraiment l’impression que nous sommes des créateurs. Nous reproduisons ce qu’un compositeur a écrit, mais ici nous devenons créateurs avec le son.

ICMA: Donc, le son n’est pas une idée abstraite, il est établi dans la relation entre l’instrument et vous. Alors dites-nous quelques mots sur l’instrument que vous jouez.
CW: J’irais jusqu’à dire que le son est vivant. Il s’agit d’une créature vivante que je dois traiter avec le plus grand amour, sinon je le tue, je dois le laisser parler. Je dis toujours que vous ne créez pas, vous le laissez venir, il est déjà là. L’univers est là depuis beaucoup plus longtemps que nous, et le son est déjà là, alors il faut le trouver. L’instrument est notre moyen de le trouver et de le laisser vivre. Et pour moi, il est bien sûr fascinant d’avoir un violon de 1774 qui a vécu beaucoup plus longtemps que moi, qui a beaucoup plus d’expérience que moi, et peut me dire tant de choses. Mon travail consiste à poser la bonne question, pour qu’il me donne autant que possible de lui-même.

ICMA: Donc qui était d’abord: le violon ou l’idée du son?
CW: L’idée du son, bien sûr. C’est une idée métaphysique, absolument, et si vous lisez encore les tragédies grecques, elle est y constamment. Si vous pensez aux sirènes ou à Pan, tant d’histoires de contes de fées contiennent cette idée, qui était là avant les êtres humains.

ICMA: Si vous avez un regard rétrospectif sur votre carrière, y a-t-il des points initiaux où vous vous êtes dites « certainement, oui, je serai une violoniste ».
CW: Oui, et je dois dire que je suis tellement reconnaissante que dans notre société, en Allemagne dans les années 1980 et 90, j’ai été exposée à ces choses comme n’importe quel enfant. Mes parents n’étaient pas musiciens, mes parents ne sont pas millionnaires, mais comme un enfant ordinaire je pouvais voir le Carnaval des animaux par exemple par Saint-Saëns, et j’ai été tellement impressionnée par les violons, les hiboux et les costumes des hiboux, et nous pouvions aller à l’Opéra de Munich voir la Flûte enchantée, nous avons pu voir – ce que je n’oublierai jamais – Freischütz par Carlos Kleiber. Je savais que je voulais être musicienne, le violon est venu plus tard. J’ai vraiment l’impression que c’était d’abord la musique, la musique, la musique des opéras et des concerts, la Matthäus-Passion, ce genre de choses. Mon premier souvenir est que nous allions deux fois par an entendre la Matthäus-Passion, aussi loin que je peux remonter. Cela m’a donné envie de faire quelque chose dans la musique, et le violon arrivé ensuite.

ICMA: Certains musiciens m’ont dit, qu’à certains moments, sur scène ou ailleurs, c’est l’instrument commence à les jouer. Vous souvenez-vous de telles situations?
CW: Je ne voudrais pas limiter cette impression à l’instrument, je dirais que c’est la musique qui nous joue qui devient quelque chose de plus grand que nous. C’est la situation idéale où tout tombe juste, c’est souvent en musique de chambre que je le ressens, quand tout est bon également du point de vue personnel, lorsque nous nous entendons avec mes partenaires, quand aussi les répétitions ont été formidables, et nous avons pensé à tout, alors nous allons sur scène et quelque chose se passe, c’est magique. Vous ne pouvez pas le décrire, et c’est pourquoi je me sens tellement bénie par ma profession.

ICMA: Principalement pour les instrumentistes à cordes, il y a ce corps à corps avec l’instrument, pour tenir le violon ou le violoncelle. Comment trouver la bonne façon de traiter l’instrument?
CW: C’est une posture étrange pour nous, c’est une embrassade déformée, vous voulez embrasser comme ça, mais c’est comme ça, mais néanmoins il s’agit d’une embrassade. Je ressens aussi qu’il est le prolongement de nos corps, il est un prolongement direct de nos poumons, de notre cœur et de notre esprit, qui vont directement dans l’instrument, et de l’instrument ressort dans l’immense auditorium. Quand vous voulez dire quelque chose, vous devriez le faire directement. Sur le piano, vous avez tant d’étapes, vous appuyez sur une touche et à un mètre de distance, cela actionne le marteau et le marteau frappe la corde et ainsi de suite, c’est très mécanique, alors que nous avons notre instrument directement à proximité de notre corps. Parce que vous vous ressentez tellement la musique,  le danger est toujours de vouloir trop faire, et c’est une grande difficulté. Lorsque vous vous sentez la musique tellement, vous pouvez fondamentalement la tuer, c’est le plus grand danger. Donc, vous devez dire tout ce que vous voulez dire, mais d’une manière détendue, ce qui est très difficile si vous vous sentez la musique avec beaucoup d’émotion.

ICMA: Il y a vingt / trente ans nous discutions déjà des écoles de violon, de piano. Ressentez-vous une affinité particulière avec certaines écoles?
CW: Je suis un animal complètement bizarre, je suis un étrange mélange. Je pense que ces discussions sont en train d’être réglées, on ne parle plus d’école, ça date des années quatre-vingt, avec Ivan Galamian, Dorothy DeLay et de l’école américaine contre l’école russe, c’est un reste de la guerre froide. Mes professeurs sont dans la tradition européenne, mais pour moi, le professeur de violon le plus influent était Michèle Auclair, elle venait de l’école française et russe et elle a fait un mélange fantastique pour elle-même de ces écoles. Elle m’a vraiment influencée, en combinaison avec mon éducation allemande. Donc, je suis probablement un produit très original du multiculturalisme.

ICMA: Mon enregistrement préféré est votre Sonate de Schumann. Quand on vous entend jouer la musique de chambre, c’est toujours spécial en raison de votre interaction avec vos partenaires. Pensez-vous que la musique de chambre est ce qu’il y a de plus important pour vous?
CW: Non, j’aime beaucoup également un grand orchestre symphonique avec un concerto si tout est parfait. Si vous avez une conversation avec une seule personne, c’est est beaucoup plus souple, comme vous pouvez l’imaginer. Plus les gens sont nombreux, moins c’est flexible, plus vous avez à préparer les choses en amont. Et ce que j’aime dans la musique de chambre, quand vous avez les bons partenaires, c’est que vous pratiquez, vous travaillez, vous travaillez tout, puis vous y allez. Avec l’orchestre, même le temps de répétition n’y est pas. Si j’ai un concerto de Mendelssohn avec l’orchestre j’ai une répétition, la répétition générale et le concert, comment puis-je faire quelque chose? Il n’y a presque pas de temps à créer avec le chef. C’est pourquoi la musique de chambre offre plus d’opportunité, il n’y a pas ce calendrier rigide, nous pouvons répétons jusqu’à minuit si nous en avons envie. Avec un orchestre c’est plus difficile. Mais j’aime chaque formation. J’aime être sur scène seule, en solo dans une sonate de Bartók et Bach, j’adore ça. Mais j’aime aussi le sextuor ou l’octuor, ou l’orchestre de chambre ou un grand orchestre symphonique, c’est aussi un sentiment fantastique si tout va bien. Si vous vous entendez avec le chef et l’orchestre, cela fait toute la différence.

ICMA: Vous êtes célèbre pour interpréter sur scène et enregistrer la musique contemporaine. Trouvez-vous qu’enregistrer et jouer de la musique contemporaine est beaucoup plus moderne que jouer de la musique classique traditionnelle?
CW: Non, c’est la même chose, la même approche pour moi, absolument. Et je suis également malheureuse si je rate une note, même si personne ne l’entend, mais c’est également une torture de ne pas être aussi bonne que lors des répétitions.

ICMA: Vous êtes aussi enseignante, professeure à Leipzig. Il est très difficile pour les jeunes musiciens de trouver le bon chemin vers les grandes scènes musicales. Quels sont les 3 principaux points que vous souhaitez recommander aux jeunes musiciens, pour leur avenir?
CW: Je ne sais pas si je peux le réduire à trois, mais je sens très important de travailler dur. Les étudiants viennent et me disent: « Oh, je ne pouvais pas m’entraîner, j’ai eu répétition d’orchestre », et alors? Vous répétez à 2 heures du matin, je l’ai fait moi-même, vous avez juste à travailler. Non pas parce que je dis qu’il faut travailler, mais parce que vous voulez faire de la musique qui sonne bien. C’est votre travail, parce que nous avons toute cette musique fantastique de Mozart, Brahms à Boulez. Premier point.
Second point, il faut être vraiment soi-même, ne pas écouter ceux qui disent qui « ceci ne marche pas » « et cela ne fonctionne pas », vous devez trouver par vous-même. Et si cela ne fonctionne pas, trouvez une autre façon, mais écoutez et apprenez, et soyez curieux.
Alors peut-être je retiens ces trois points : travailler dur, être soi-même et être curieux. Vraiment être curieux sur la vie, sur le monde, sur tout ce que vous ne savez pas, tout : la science, la technologie, l’histoire, la littérature, la poésie. La musique bien sûr aussi, mais c’est juste une chose au milieu d’un océan de savoir que nous ignorons.

ICMA: De nos jours, nous savons tous que la musique n’est pas seulement affaire de musique, mais aussi une question d’argent et de marketing. Comment gérez-vous ces choses extra-musicales?
CW: Ouah… Je ne pense pas que je le fais! Si nous avons un entretien, est-ce que c’est du marketing? Je suis intéressée par les questions que vous me posez. Tout ce qui est juste une question d’argent et de marketing, ça ne m’intéresse pas. Il semble que les gens ne m’approchent pas pour ça non plus, pour faire des concerts en plein air pour BMW ou autre chose. Je ne fais pas partie de tout ça.

ICMA: Nous avons beaucoup de musiciens célèbres qui ne sont pas en mesure de parler de musique, trouvez-vous qu’il est important de discuter de la musique?
CW: Je ne pense pas à discuter de musique avec quelqu’un, mais avec moi-même. Il est extrêmement important de savoir pourquoi je fais quoi. C’est ce qui rend la vie intéressante. Pourquoi ai-je décidé de faire cela? Bien sûr, il faut laisser de l’espace pour l’instinct, mais le squelette est de savoir précisément pourquoi vous faites cela. Pourquoi voyager ici, ne pas dormir, c’est de la torture. Cela semble glamour de l’extérieur, mais pourquoi voulez-vous faire ça? Vous avez besoin de vous réveiller chaque matin et de le savoir. J’ai besoin d’avoir l’esprit clair là-dessus. Ce que je veux faire et pourquoi je suis ici pour le faire. Peut-être pour d’autres personnes, mais surtout pour moi, parce que je dois le faire. Et si j’en parle, c’est très bien aussi.

Photo : Promotion / Allmusic

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.