À emporter, Audio, Musique symphonique

Alexis Kossenko ressuscite l’ancien Orchestre de Dresde

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto en fa majeur RV 569, Concerto en fa majeur RV 568, Concerto en ré majeur RV 562 « per la Solennità di S. Lorenzo », Concerto en fa majeur RV 571, Concerto en fa majeur RV 574, Adagio alternatif du concerto RV 568. L’orchestre Les Ambassadeurs dirigé par Alexis Kossenko ; Zefira Valova, violon solo ; Anneke Scott et Joseph Walters, cors ; Anna Starr et Markus Müller, hautbois. 1 CD Alpha 190. Code barre : 3 760014 191909. Enregistré du 7 au 9 juillet 2012 au Studio de concert Witold Lutosławski de la Radio polonaise à Varsovie en Pologne. Livret de 50 pages en français et anglais. Durée totale : 66’02’’

 

Avec ce disque Vivaldi, et l’ensemble entament une série d’enregistrements consacrés à l’ancien Orchestre de Dresde. Le but du chef est de restituer au public actuel la sonorité de la meilleure formation de la première moitié du XVIIIe siècle qui, basée dans la Saxe, attirait les compositeurs de tous les coins de l’Europe.

Parmi eux se trouvait , le vénitien inspiré, dont cinq concertos ont été enregistrés sur ce premier disque. se réfère pour son choix d’œuvres aux manuscrits écrits à Dresde, et préparés par Johann Georg Pisendel, le premier violon de l’orchestre. Ces manuscrits démontrent que ces œuvres ont été exécutées par cet ensemble. Le concerto RV 577 qui a été dédié à l’orchestre ne figure pas parmi ces manuscrits, il n’a donc pas été enregistré. La sélection de Kossenko est donc évidente, la difficulté a été de déchiffrer l’écriture du violoniste allemand.

Ce qui est important, c’est que Johann Georg Pisendel a changé beaucoup d’éléments dans les partitions d’, en veillant cependant à en garder l’esprit (l’énergie rythmique et les plans harmoniques). Parmi les modifications, il faut énumérer surtout un gigantesque nombre d’ornements qu’il a additionnés à la partie du premier violon. Il a ajouté une instrumentation plus riche correspondant à la composition de son orchestre, et il a composé lui-même une version alternative du deuxième mouvement du concerto RV 568, qui figure également sur le disque.

Quelle était la sonorité de l’Orchestre de Dresde ? Elle était puissante, cohérente, multicolore, mais aussi rêche. Bien que la taille de l’orchestre à l’époque de sa plus grande splendeur soit de nos jours difficile à atteindre pour des raisons financières, Alexis Kossenko parvient dans cet enregistrement à une tonicité, une homogénéité et une variété de couleurs exceptionnelles. L’effet est ainsi obtenu avec 8 violons, 3 altos, 3 violoncelles, une contrebasse, un clavecin, un orgue, un théorbe, 2 cors de chasse (se référant à la passion de la chasse des souverains), 2 hautbois, 2 bassons, un contre-basson (d’une longueur de 280 cm !) et 2 flûtes traversières. C’est en raison des cors et des bassons que quatre des cinq concertos sont écrits en fa majeur.

Pour ce qui est de la partie de violon principale, elle a été confiée à , une artiste bulgare hors pair, qui joue ici sur un Lorenzo & Tommaso Carcassi de 1760, mis à sa disposition par la fondation néerlandaise Jumpstart Jr. interprète avec conviction, noblesse et éloquence, en allant par certains moments jusqu’aux limites des capacités techniques du violon (dernier mouvement du concerto RV 562). Tous les ornements sont ciselés avec une aisance extraordinaire.

L’interprétation d’Alexis Kossenko est pleine d’énergie et de nuances dynamiques. Le chef cherche à un maximum d’objectivité : l’expression de son geste n’est ni exagérée, ni pathétique, et les tempos sont modérés. En ce qui concerne les instruments, ils ont une intonation juste, même dans les passages les plus difficiles techniquement, ce qui est admirable surtout quand il s’agit des vents.

Cet album est exceptionnel dans le paysage de la vaste discographie vivaldienne en raison des sources qui ont été utilisées pour la première fois. Ajoutons que les sessions d’enregistrement ont eu lieu en Pologne, dans le Studio de concert Witold Lutosławski de la Radio polonaise à Varsovie, dont l’acoustique est parfaitement définie. Par conséquent, l’enregistrement se caractérise par la clarté des plans sonores ; les instruments ont une sonorité riche en détails et profonde, et sans réverbération, ce qui aurait été inapproprié pour ce programme.

(Visited 354 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto en fa majeur RV 569, Concerto en fa majeur RV 568, Concerto en ré majeur RV 562 « per la Solennità di S. Lorenzo », Concerto en fa majeur RV 571, Concerto en fa majeur RV 574, Adagio alternatif du concerto RV 568. L’orchestre Les Ambassadeurs dirigé par Alexis Kossenko ; Zefira Valova, violon solo ; Anneke Scott et Joseph Walters, cors ; Anna Starr et Markus Müller, hautbois. 1 CD Alpha 190. Code barre : 3 760014 191909. Enregistré du 7 au 9 juillet 2012 au Studio de concert Witold Lutosławski de la Radio polonaise à Varsovie en Pologne. Livret de 50 pages en français et anglais. Durée totale : 66’02’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.