Plus de détails

Max Bruch (1838-1920) : Fantaisie écossaise, Op.46 ; Concerto pour violon et orchestre n°1, en sol majeur, Op.26 ; Romance pour violon et orchestre en fa majeur, Op.85. Guy Braunstein, violon ; Bamberger Symphoniker-Bayerische Staatsphilharmonie, direction : Ion Marin. 1 SACD Hybride Tudor. Référence 7188. Enregistré en 2011. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 64’53.

 

Konzertmeister de l’orchestre philharmonique de Berlin depuis 2000, Guy Braunstein s’était déjà taillé une solide réputation de chambriste accompli. Il signe, pour le label suisse Tudor, un premier album concertant dédié à avec l’. On ne se sera pas surpris du point de vue du soliste qui semble appréhender ces partitions comme des symphonies concertantes avec violon obligé.

Dans la Fantaisie écossaise, Guy Braunstein trouve le ton juste à travers cette évocation des Highlands de Walter Scott. Le soliste tire un large panel de couleurs et des nuances affinées de son instrument (un rare Francesco Ruggeri de Crémone daté de 1679). Très attentif au dialogue avec l’orchestre, il fait de cette partition un voyage musical des plus réussis. On retrouve cette juste de ton dans la belle Romance, Op.85, à la douce et délicate poésie. L’orchestre de Bamberg, conduit avec tact et finesse du trait par le solide et expérimenté , reste attentif aux inflexions du jeu du soliste.

Dans le Concerto n°1, l’oreille reste un peu sur sa faim. Certes, la musicalité est au-dessus de tout soupçon, mais, à force de refuser toute virtuosité pure, le jeu de Guy Braunstein s’avère un tantinet trop timide et manque d’acuité. Par ailleurs, la concurrence  discographique est des plus rudes : Vengerov/Masur (Teldec) ou Gluzman/Litton (BIS).

On retient de ce disque, la personnalité et la cohérence des options interprétatives de Guy Braunstein.

(Visited 85 times, 1 visits today)

Plus de détails

Max Bruch (1838-1920) : Fantaisie écossaise, Op.46 ; Concerto pour violon et orchestre n°1, en sol majeur, Op.26 ; Romance pour violon et orchestre en fa majeur, Op.85. Guy Braunstein, violon ; Bamberger Symphoniker-Bayerische Staatsphilharmonie, direction : Ion Marin. 1 SACD Hybride Tudor. Référence 7188. Enregistré en 2011. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 64’53.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.