Bannière-Web-ResMusica-728x90

François Couperin replacé dans son contexte musical

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

François Couperin (1568-1733) : Messe à l’usage ordinaire des paroisses (1690). Josep Cabré basse-taille. Jean-Pierre Lecaudey à l’orgue Julien Tribuot (1699) de l’église de Seurre (Bourgogne). 1 CD Ligia Lidi 0109259-13. Code barre : 3487549902595. Enregistré en octobre 2012 et mai 2013. Livret bilingue français anglais. Durée totale 68’39 ».

 

couperin_lecaudey_ligiaVoici une nouvelle version de la fameuse Messe à l’usage des paroisses de , œuvre de jeunesse d’un génial compositeur nouvellement installé en 1685 sur l’orgue somptueux de l’église Saint-Gervais à Paris. A cette époque l’ordinaire de la messe alternait les versets d’orgue et de plain-chant, toute la littérature de l’orgue à destination religieuse fonctionne alors de la sorte. Il est heureux de replacer ces pièces d’orgue dans un contexte logique afin de mieux en apprécier le sens et la portée musicale.

Le choix de l’orgue de Seurre pour cette musique est l’un des meilleurs. Construit par le facteur Tribuot en 1699, il est quasiment contemporain des messes de Couperin, et de plus a été restauré de manière exemplaire par Bernard Aubertin voici quelques années dans le pur style de l’orgue classique français. A quelques détails près il rappelle largement l’orgue que Couperin avait à sa disposition à Saint-Gervais à Paris lors de la composition de son livre d’orgue. chante en mains de maître les versets de plain-chant tirés du recueil « Graduale Monasticum » de daté de 1696. Afin de compléter les divers moments essentiels de la messe baroque, le « O salutaris », le « Domine Salvum Regem » de Nivers et le motet « Salve Regina » d’André Campra prennent place logiquement dans le déroulement de cette œuvre.

, propose une approche détaillée, claire, notamment dans l’ornementation, dont il étudie particulièrement les paramètres par rapport aux habitudes du temps et aux écrits contemporains de cette messe. Les registrations aussi, très aérées sur cet orgue mettent en valeur au mieux la polyphonie, portées par une acoustique très équilibrée.

Nous avons là une très belle version de référence, malgré une discographie déjà très abondante en la matière. Chaque version apporte sa pierre, comme ici, par le choix même du plain-chant utilisé, l’orgue, les qualités stylistiques de l’organiste et de la voix. La prise de son est de grande qualité comme toujours avec ce label.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.