À emporter

Dogma, de Lars von Trier à Chostakovitch

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : 24 préludes, op. 34, transcription pour orchestre à cordes par Grigory Korchmar; Quatuor à cordes n°8 op.110, arrangement pour orchestre à cordes. Dogma chamber orchestra, direction: Mikhail Gurewitsch. 1 SACD hybride Berthold Records. Réf. : 912 1830-6. Enregistrement réalisé à Brême (Allemagne). Notice en français, allemand, anglais. Durée : 59’25

 

untitledDirectement inspiré par l’approche du cinéaste Lars von Trier, Le fait partie de ces ensembles qui innovent pour sortir du format sclérosé du concert classique. La transcription en première mondiale des 24 préludes op. 34 de , apporte un éclairage nouveau servi par une interprétation de haut vol.

Créé en 2004 par , le tire son nom et son approche du manifeste Dogma 95 publié en 1995 sous l’impulsion de Lars von Trier , qui entendait se rapprocher de la réalité et s’éloigner de l’obsession pour les effets techniques. Transposé à la musique classique, cela donne un ensemble de solistes qui s’affirment comme tels et confrontent leurs points de vue dans le cadre d’un ensemble collectif, jouent un répertoire qui s’étend du baroque au contemporain, et le concert est un moment de dialogue avec le public qui se poursuit volontiers après la fin du concert. On est donc loin des orchestres traditionnels qui peinent à sortir de la période Haydn à Ravel, et qui finissent leurs programmes par une belle pièce brillante pour déclencher mécaniquement de forts applaudissements.

Enregistrée en première mondiale, la transcription des 24 Préludes op.24 réalisée en 1990 est une démonstration flagrante de la nature fondamentalement orchestrale de Chostakovitch. Composés en 1933 juste après Lady Macbeth, quatre préludes furent transcrits dès 1935 pour violon et piano par Dmitri Zyganov, premier violon du Quatuor Beethoven, et Chostakovitch lui aurait alors crié : « Que le diable nous emporte, ça sonne dix fois mieux qu’au piano! ». Cette transcription aurait probablement rencontré son accord, pour les mêmes raisons, et a d’ailleurs été approuvée par sa veuve Irina Antonovna et ses enfants.

L’arrangement du mythique Quatuor n°8, le quatuor du XXème siècle le plus joué en raison de son lyrisme et de son expressivité, ne présente pas le même intérêt. C’est comme si on arrangeait le Voyage d’hiver pour chœur : le volume sonore enfle, mais on ne gagne rien en intensité expressive et on n’entend rien de neuf, même si l’excellence interprétative est au rendez-vous.

Par son engagement en faveur d’une musique classique décloisonnée entre les époques et les styles, où chaque musicien est un soliste engagé dans une démarche collective, le dogma chamber orchestra est à suivre.

(Visited 84 times, 1 visits today)

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : 24 préludes, op. 34, transcription pour orchestre à cordes par Grigory Korchmar; Quatuor à cordes n°8 op.110, arrangement pour orchestre à cordes. Dogma chamber orchestra, direction: Mikhail Gurewitsch. 1 SACD hybride Berthold Records. Réf. : 912 1830-6. Enregistrement réalisé à Brême (Allemagne). Notice en français, allemand, anglais. Durée : 59’25

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.