FBS-ResMusica-mégaBannière

La rencontre de Händel et de Rameau à Bordeaux

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concertos pour orgue Op. 4 n°4 HWV 292 en fa majeur, Op. 4 n° 1 HWV 289 en sol mineur, Op. 7 n° 4 HWV 309 en ré mineur ; Ouverture improvisée. Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Pièces de clavecin en concert (1741) Troisième concert : La Lapoplinière, La Timide, Tambourins 1 et 2 ; Quatrième concert : La Forqueray, La Cupis, La Marais ; Ritournelle fuguetta d’Hippolyte et Aricie. Paul Goussot à l’orgue historique Dom Bedos / Quoirin (1748) de l’Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux. Ensemble Zaïs, direction Benoit Babel. 1 CD Paraty 714127. Code barre : 376021365191.
Enregistré à Sainte-Croix de Bordeaux en septembre 2013. Livret bilingue français anglais. Durée totale : 68’20 ».

 

DOM-BEDOS-Rameau-handel-orgue-PARATY-visuel_cd_handelrameau_reelRéunir sous le grand orgue Dom Bedos de Bordeaux les figures emblématiques de Haendel et de Rameau constitue un évènement de taille, porté à son plus haut point par des artistes de premier plan : , heureux titulaire de cet instrument unique, et l’exceptionnel , magnifiquement conduit par .

Depuis sa restauration à la fin des années 90 qui fut un évènement d’importance dans le monde musical de notre pays, l’orgue Dom Bedos de l’Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux n’a cessé de nous émerveiller, soit en direct lors de concerts, ou à l’écoute de disques constituant depuis une mémorable et incontournable collection. Aujourd’hui, les interprètes amis proposent une rencontre virtuelle entre les géants Händel et Rameau, l’un plus tourné vers l’Italie, l’autre plus fondamentalement français, avec son côté spirituel et humoristique bien connu. Le mélange fait mouche : notre curiosité et notre attente sont comblées dès les premières mesures du concerto en ré mineur de Händel. L’orchestre est fruité, charpenté à souhait, parfait sans son style apte à traduire les subtilités baroques du discours. L’orgue s’immisce peu à peu pour nous offrir bientôt son grand plein-jeu légendaire basé sur sa basse de 32 pieds, un vrai choc !

Il ne suffit plus alors que de se laisser porter, Rameau arrivant ensuite de la manière la plus naturelle. On appréciera La Timide avec tous ses affects des plus cachés aux plus libérés, ou la Ritournelle en forme de fugue où se mêlent de manière troublante le joyeux et le tragique. Il y a là tout un travail de reconstitution dans la musique de Rameau à partir des pièces en concert pour le clavecin ici développées pour l’orgue, ainsi que diverses improvisations dans les concertos de Händel, comme le faisait lui même l’auteur lors des représentations à Covent Garden. Certains mouvements originaux sont même écartés au profit d’autres entièrement improvisés dans le style, pour plus d’à propos. Une grande ouverture händélienne sur le grand jeu est du plus grand effet de même que les divers jeux solistes aux couleurs bien françaises qui s’invitent avec bonheur dans la musique du saxon Haendel.

Ce disque nous conduit d’émotions en surprises tout au long de son écoute. On peut parler de grande réussite pour à la fois embrasser les génies d’écriture de Rameau, de Händel, mais aussi celui du moine facteur d’orgues François Dom Bedos, révélé par la restauration exemplaire de Pascal Quoirin. Sur cette matière de choix, au travers d’une splendide prise de son très équilibrée, nos musiciens nous livrent une approche d’exception que l’on ne saurait trop recommander en cette année Rameau.

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.