Banniere-clefsResMu728-90

Léon Berben et la musique pour clavier de Sweelinck

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) : Intégrale des 82 pièces de l’œuvre pour clavier. Léon Berben : Orgue renaissance Jan van Covelens (1521) de la Grote Kerk d’Oosthuizen (Hollande) ; Orgue renaissance « Niehoff » (1600) restauration Guido Schumacher (1996-2000) de l’église Saint-Jacques de Liège (Belgique) ; Orgue Hans Scherer le jeune (1624) de l’église Saint-Stéphane de Tangermünde (Allemagne) ; Clavecin flamand Keith Hill (1999) d’après Ioannes Rückers (1624). 6 CDs Aeolus AE-11021. Code barre 4026798110215. Enregistré à Tangermünde en octobre 2009, à Oosthuizen en Avril 2010, à Liège en juin 2010, et en décembre 2011 (clavecin). Livret en couleurs de 52 pages bilingue anglais allemand, richement documenté sur les œuvres et les instruments. Durée totale 7 h 22 mn 57 s.

 

sweelinck_berben_aeolus

Jan Pieterzoon Sweelinck a de tout temps fasciné non seulement les organistes et les clavecinistes, nous en offre une nouvelle lecture. 

Véritable fondateur du clavier en Europe, ce « faiseur d’organiste », également surnommé « l’Orphée d’Amsterdam » a rayonné de toutes parts, édifiant les fondations de l’école d’orgue du nord de l’Europe. Il nous laisse une œuvre importante, de tout premier choix, grâce à une écriture savante et novatrice. Grâce à lui des élèves directs dont Samuel Scheidt ou Heinrich Scheidemann en Allemagne du nord conduiront à d’autres génies du clavier, Johann Jakob Froberger ou Johann Sebastian Bach.

Son œuvre, souvent très éparpillée au sein d’une discographie pléthorique, et reprenant souvent toujours les mêmes œuvres, a cependant vu passer quelques perles, par de grands spécialistes dont Ton Koopman. On se souvient aussi d’un coffret intégral paru voici quelques années pour NM Classics réunissant une pléiade d’orgues et d’organistes et qui fit date.

La démarche diffère quelque peu ici avec le présent coffret, la somme de musique étant confiée à un même interprète, , qui s’est déjà fait une place de choix dans le monde de la musique ancienne. On se rapportera encore à quelques albums précédents dont certains sous le même label Aeolus, ont été justement récompensés.
La présentation est particulièrement soignée, avec un magnifique boitier orné d’un abondant livret. L’amateur est comblé, depuis les couleurs sonore des orgues historiques, irremplaçables dans leurs tempéraments anciens, le tout soutenu par un jeu vif, scintillant et profond de la part de l’interprète, particulièrement inspiré.

La prise de son projette les orgues dans leur acoustique originale pour des sensations d’une justesse rare. La musique se promène du profane au sacré et mise en relief au bon moment par l’usage du clavecin.

C’est sans nul doute à ce jour la plus belle réalisation discographique consacrée au Sweelinck claviériste, aux côtés de son importante production vocale.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.