Nelson Goerner au sommet dans Paderewski

À emporter, CD, Musique symphonique

Ignacy Jan Paderewski (1860-1941) : Concerto pour piano et orchestre en la mineur op. 17. Giuseppe Martucci (1856-1909) : Concerto pour piano et orchestre n° 2 en si bémol mineur op. 66. Nelson Goerner, piano (Steinway) ; Orchestre symphonique national de la radio polonaise (le concerto de Paderewski) ; Sinfonia Varsovia (le concerto de Martucci) ; Jacek Kaspszyk, direction. 1 CD Institut Frédéric Chopin de Varsovie NIFCCD 044. Code barre : 5 907690 736804. Enregistré le 14 août 2010 (Paderewski) et le 23 août 2009 (Martucci) pendant le festival « Chopin et l’Europe » à Varsovie. Livret en polonais et anglais. Durée totale : 72′ 45

 

NIFC GoernerL’Institut Frédéric Chopin de Varsovie (NIFC) édite un album dans lequel rend hommage à la musique d’ et de .

Paderewski était l’un des artistes les plus connus de son époque. Comme la plupart des pianistes virtuoses, il était aussi compositeur, et… fait rare et intéressant, politicien. Il a écrit non seulement des miniatures pour piano et la musique de chambre, mais également des œuvres de grand format, soit un opéra et un concerto pour piano et orchestre. Cette dernière pièce, sublime et empreinte de douceur, élaborée en 1888, est l’une des partitions les plus populaires aussi bien dans l’œuvre d’ que dans toute la littérature pianistique polonaise. Si nous pouvions la comparer à une autre composition dont elle est proche, nous choisirions le Concerto pour piano en la mineur d’Edvard Grieg.

, dont la musique porte avant tout les influences de Brahms et Schumann, était un compositeur, chef d’orchestre, professeur et pianiste italien. Il a laissé un grand nombre de partitions parmi lesquelles on trouve notamment des œuvres pour piano, la musique de chambre, des pages pour orchestre, trois oratorios, ainsi que plusieurs recueils de mélodies pour une voix et piano. Le Concerto pour piano et orchestre n° 2 en si bémol mineur op. 66, préparé dans les années 1884-1885, est une pièce typiquement virtuose, de moindre importance, à notre avis, que celle de Paderewski.

Les interprétations de , bien qu’enregistrées en concerts publics, se hissent au sommet de la discographie. Le pianiste et le chef d’orchestre qui l’accompagne de manière attentive (à la tête des deux meilleurs orchestres symphoniques en Pologne) émerveillent par la douceur et le naturel des phrasés, la transparence des textures et la richesse des nuances. Le pianiste dispose d’une technique impeccable, ce qui lui permet de mettre en valeur la virtuosité, la beauté du toucher et la palette des couleurs aux thèmes dramatiques, mais aussi, surtout pour le concerto de Paderewski, l’ineffable poésie et la tendresse des thèmes lyriques. Le mouvement final de celui-ci, Allegro con spirito, est joué avec brio et enthousiasme, plus rapidement que d’habitude. Ce choix nous semble idéal puisque l’interprétation se fait ainsi remarquer par la légèreté, ce qui correspond parfaitement au caractère de la composition.

Un excellent disque, surtout en raison de la noblesse du concerto de Paderewski.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.