Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Concert de fin d’été au festival international de Dubrovnik

Plus de détails

Dubrovnik. Rector’s Palace Atrium. 23-IX-2016. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 en si mineur D.759. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Fantaisie pour piano, chœurs et orchestre en do mineur op. 80. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Messe du Couronnement en do majeur KV. 317. James Dick : piano ; Anabela Barić : soprano ; Iva Krušić : mezzo-soprano ; Josip Čajko : ténor ; Marin Čargo : bass ; Oratorijski zbor crkve sv. Marka Cantores sancti Marci ; Dubrovnik Symphony Orchestra, direction : Christoph Campestrini.

A Dubrovnik, pour le concert de clôture de la 4e édition du festival de musique international de la fin d’été, , directeur artistique du festival et chef de l’ ce soir, a choisi des valeurs sûres pour séduire un public venu très nombreux.

Il faut avouer que pour les Croates comme pour les touristes encore nombreux en cette fin septembre, une soirée au Rector’s Palace Atrium reste un moment toujours unique. C’est que la cour intérieure de ce splendide palais gothico-Renaissance du XVe siècle dispose d’une excellente acoustique et présente un agencement atypique : le public est installé sous le portique et le chœur de l’église de Saint-Marc de Zagreb surplombe l’orchestre établi au centre, sur l’élément le plus exceptionnel qu’est l’escalier à balustrades finement taillé dans le style baroque. Mais ce soir, en raison de la forte affluence, de nombreux spectateurs partagent l’escalier avec les choristes, ou bien sont installés à l’étage alors que d’autres ont trouvé une petite place sur les autres escaliers du palais.

En termes de programmation, l’audace n’est pas de mise pour ce concert de clôture. Mais même si ces grands succès populaires assurent la vente de billets, ils sont bien plus risqués pour des oreilles averties. Et pourtant… Comment traduire en de simples mots, sans s’engager dans une analyse musicale pointue, la puissance émotionnelle qui se dégage de la Symphonie Inachevée de Schubert. Le tempo relativement allant de évite de dramatiser avec exagération l’allegro moderato et l’allège de toute lourdeur germanique. Les couleurs instrumentales de l’ sont exaltées par une mise en place orchestrale solide, permettant ainsi d’apprécier un équilibre entre les pupitres trop peu fréquent pour être souligné (exception faite d’un hautbois approximatif dans son dialogue avec la flûte à l’Andante con moto). Dans le second mouvement, le chef d’orchestre étire le temps à travers un legato fluide et gracieux, nous confirmant qu’il est bien l’homme de la situation pour interpréter la musique de Schubert.

La Fantaisie pour piano, chœur et orchestre est un concentré des inspirations de Beethoven. Le jeu passionné de James Dick au piano, à la fois soliste, concertant et accompagnateur, fera transparaitre des trilles déséquilibrés et un changement de pédale un peu trop abrupt dans une approche bien trop sophistiquée à notre goût. Pour équilibrer, sans grandiloquence, souples et légers, l’orchestre et le Chœur de l’église de Saint Marc de Zagreb trouvent le juste propos pour offrir aux auditeurs tout la puissance de l’allegretto, ma non troppo.

Enfin, la plus populaire des messes de Mozart, la Messe du Couronnement en do majeur, met à l’honneur les élèves de l’Académie de Musique de Zagreb. Alors que la projection de la mezzo-soprano Iva Krušić est bien trop limitée pour que l’on puisse apprécier pleinement son timbre de voix, le ténor Josip Čajko et la basse Marin Čargo présentent une belle musicalité et une bonne ligne de chant. Mais ce sera la pétillante Anabela Barić qui marquera les esprits malgré quelques aigus stridents et un chant somme toute maniéré. Suite logique après ses premiers pas dans le rôle de Barbarina dans Le Nozze di Figaro au Croatian National Theatre de Zagreb en février 2016, elle brillera particulièrement dans le solo de l’Agnus Dei.

Alors que le concert est terminé, des sonorités jazzy se font déjà entendre au Rector’s Palace. Dès la semaine prochaine, l’Orchestre symphonique de Dubrovnik sera sous la baguette d’Alan Bjelinski pour le concert d’ouverture du festival Autumn Music Variety. Les portes des remparts resteront donc grandes ouvertes encore quelques temps pour les amoureux de musique. Entre le festival international d’air d’opéras en hommage au chanteur lyrique Tino Pattiera (du 1er au 6 juillet 2016), le festival de musique international de la fin d’été (entre le 26 août et le 23 septembre 2016) et Autumn Music Variety (du 30 septembre au 7 octobre 2016), l’orchestre symphonique de Dubrovnik est à l’initiative de nombreuses soirées musicales dans la perle de l’Adriatique.

Photo : © DSO

(Visited 388 times, 1 visits today)

Plus de détails

Dubrovnik. Rector’s Palace Atrium. 23-IX-2016. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 en si mineur D.759. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Fantaisie pour piano, chœurs et orchestre en do mineur op. 80. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Messe du Couronnement en do majeur KV. 317. James Dick : piano ; Anabela Barić : soprano ; Iva Krušić : mezzo-soprano ; Josip Čajko : ténor ; Marin Čargo : bass ; Oratorijski zbor crkve sv. Marka Cantores sancti Marci ; Dubrovnik Symphony Orchestra, direction : Christoph Campestrini.

Mots-clefs de cet article
[Social9_Share type="horizontal"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.