Danse , Festivals, La Scène

Deux solos au CND pour les Rencontres de Seine-Saint-Denis

Plus de détails

Pantin. Centre National de la Danse. 16-V-2017. Tremor and more. Conception et chorégraphie : Herman Diephuis. En collaboration avec et interprété par : Jorge Ferreira. Conseil artistique : Dalila Khatir. Création son : Pierre Boscheron. Lumière : Sam Mary. Création. Durée : 30 min.
Les Serrenhos du Caldeirão. Conception, interprétation : Vera Mantero. Captures d’images, scénario vidéo : Vera Mantero. Extraits vidéo de la filmographie de Michel Giacometti. Extraits de texte : Antonin Artaud, Eduardo Viveiros de Castro, Jacques Prévert et Vera Mantero. Création 2012. Première en France.

VERAMANTERO_OS SERRENHOS DO CALDEIR+ÉO_Humberto Ara+›jo-WEB-horizontalAu Centre National de la Danse, le solo Tremor and more de s’aventure aux confins du mouvement dans une chorégraphie du tremblement. Les Serrenhos du Caldeirão, exercices en anthropologie fictionnelle de nous emmènent aux confins du Portugal dans une visite pleine d’humour et de poésie.

Tremor and more de , un solo qui secoue

Le projet part de la rencontre entre le chorégraphe hollandais Herman Diephuis formé à l’École Mudra, qui a fondé sa compagnie, l’association ONNO en 2004, et le jeune danseur de 22 ans Jorge Ferreira, à l’énergie remarquable, maîtrisée et libérée. Herman Diephuis relève le défi d’un solo fondé sur le tremblement, mouvement répétitif par essence, sur une seule musique elle-même répétitive.

Le rythme qui s’amplifie s’empare progressivement de tout le corps, à travers des secousses involontaires. Le danseur expérimente alors une forme de dissociation corporelle. Son regard étonné se pose sur des parties de son corps comme si elles ne lui appartenaient pas, quand elles réagissent de façon indépendante et dynamique aux stimulations musicales. Puis le corps entier devient incontrôlable dans une sorte de transe explosive qui se déploie dans tout l’espace scénique, y compris au sol. Quand la musique diminue enfin, alors qu’elle ne semblait jamais devoir s’arrêter, tout comme la frénésie des mouvements, le corps s’apaise, les tremblements disparaissent. Le danseur se réfugie sous la table comme effrayé par un tel débordement hors contrôle. Jusqu’alors suspendu au tourbillon d’énergie, le public sort secoué à son tour face à la performance physique réalisée par l’interprète.

, femme-arbre en Algarve

La danseuse et chorégraphe Vera Mantero, adepte des solos, nous propose à travers une conférence atypique mêlant chants, vidéos, lectures et un brin de danse, une visite au cœur des terres oubliées de la Serra do Caldeirão. Les Serrenhos du Caldeirão, exercices en anthropologie fictionnelle répondent à une commande autour de la désertification d’une région du sud du Portugal mais également à un intérêt personnel de la chorégraphe pour les problématiques liées aux peuples et à l’environnement, que l’on retrouve dans ses créations.

os_serrenhos_do_caldeirao_foto_humberto_araujo-WEB-80Spectacle choral pour emplir le silence qu’elle a trouvé dans les paysages de l’Algarve, sa voix qui entonne des chants ancestraux ou fait entendre d’autres voix à travers des lectures cohabite avec celle des paysans serrenhos. Le silence du paysage qui défile sur l’écran est une page blanche pour une partition à plusieurs voix. Elle accompagne aussi d’une mélodie perdue les paysans d’aujourd’hui qui ne chantent plus et que l’on voit au travail dans une vidéo. Elle chante pour eux, pour qu’ils travaillent. Et pour qu’elle travaille à son tour en dansant, à la fin du spectacle, c’est au public qu’elle demande à chanter. Cette ultime interaction est à l’image des autres liens qu’elle tisse au cours de la pièce, entre animal et végétal, végétal et humain, corps et esprit ainsi qu’entre les peuples des différents continents.

La vivacité de son esprit et de ses gestes sautillants font rayonner la conférence qui pouvait s’annoncer aride. L’équilibre entre humour et poésie s’exprime pleinement quand elle devient « femme-arbre » et qu’elle joue avec un tronc de chêne-liège, imaginant différentes figures de femme en fonction de la position du tronc.

Attentive au processus créatif, elle met en scène avec légèreté les coulisses de la pièce. Elle aborde ainsi les aspects matériels et explique ses choix artistiques sans exclure la part de hasard qui intervient.

Interprète vibrante de chants hypnotiques qui deviennent l’hymne de la Serra du Caldeirão, Vera Mantero propose un hommage touchant et amusant aux serrenhos et plus largement, aux populations rurales.

Crédits photographiques pour Vera Mantero :  © Humberto Araujo;  pour Herman Diephuis : © Galeria Aê (photographes Ester Texeira et Ananda Guimaraes).

(Visited 214 times, 1 visits today)

Plus de détails

Pantin. Centre National de la Danse. 16-V-2017. Tremor and more. Conception et chorégraphie : Herman Diephuis. En collaboration avec et interprété par : Jorge Ferreira. Conseil artistique : Dalila Khatir. Création son : Pierre Boscheron. Lumière : Sam Mary. Création. Durée : 30 min.
Les Serrenhos du Caldeirão. Conception, interprétation : Vera Mantero. Captures d’images, scénario vidéo : Vera Mantero. Extraits vidéo de la filmographie de Michel Giacometti. Extraits de texte : Antonin Artaud, Eduardo Viveiros de Castro, Jacques Prévert et Vera Mantero. Création 2012. Première en France.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.