À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Trois Quatuors de Marc Mellits superbement enregistrés par le Quatuor Debussy

Plus de détails

Marc Mellits (né en 1966) : Quatuors à Cordes n° 3 « Tapas », n° 4 « Prometheus » et n° 5 « Waníetu ». Quatuor Debussy. Enregistré en novembre 2016. 1 CD Evidence. Livret en français et anglais. Durée : 54’53 »

 

Les Clefs ResMusica

EVCD033-Cover-Mellits-Quatuor-Debussy-HD-1024x1024D’une écriture riche de différents coloris dans laquelle est utilisée toute la palette de possibilités pour ce type de formation, trois quatuors à cordes de composés entre 2008 et 2015 sont présentés en un même album. L’enregistrement réalisé dans la Crypte de Lagorce renforce le caractère tantôt mystique, tantôt dynamique des œuvres, grâce à une prise de son exceptionnelle, idéale pour développer toute la beauté des instruments du .

Composés à la manière de suites de miniatures comme à l’époque baroque, les trois quatuors de cherchent à explorer de multiples univers sonores pour instruments à cordes tout en gardant une écriture lyrique, toujours tonale et même souvent très mélodique, où les parties brusques alternent avec les parties plus douces en de grandes phases dynamiques accolées à d’autres beaucoup plus calmes. Le Quatuor n° 3 intitulé Tapas est une adaptation du trio du même nom et tente de faire découvrir huit plats musicaux plus ou moins épicés, avec une superbe mise en avant de tout le groupe d’instrumentistes dès la première note.

La prise de son chaleureuse renforce la rondeur des instruments de la formation française, parfaite pour illustrer musicalement les images de feu du Quatuor n°4 titré Promotheus, nom en rapport au Titan qui déroba ce bien précieux aux dieux. L’œuvre débute tranquillamente puis se développe en forme de déploration dans un magnifique moderato d’un peu plus de six minutes ; ce mouvement est le plus long des trois ouvrages de l’album. Le son grossit à la manière d’une flamme qui prend de l’importance grâce aux violons, quand les cordes plus graves soutiennent la mélodie principale. Le feu devient violent dans une troisième partie nerveuse où là encore les violons mènent la danse, soutenus par l’alto et les pizzicati du violoncelle. Le quatuor pourrait s’interrompre ici, mais il reste quatre mouvements, plus calmes, à la manière du deuxième, avant un retour aux formes syncopées du troisième mouvement, l’œuvre trouvant par cette construction une habile forme cyclique.

Le dernier quatuor, le n° 5, nommé Waníetu, présente également un modèle de suite à la manière baroque, en sept parties comme le précédent. Son nom signifie « hiver » en langue Lakota. Sa composition en 2015 a été influencée par cette saison, alors que son créateur était à l’époque dans les grands froids de Chicago. Là encore, basé sur de grandes phrases lyriques, il trouve des ressemblances avec certaines œuvres récentes de compositeurs nordiques. La réalisation sous les doigts du convainc toujours autant, mais, enchaînée après les deux autres, la pièce commence à montrer une écriture déjà éprouvée et trop peu différente des deux autres pour susciter le même intérêt. Ce quatuor complète toutefois une belle parution, à conseiller en priorité aux amateurs de musiques modernes qui ne refusent pas la mélodie et le lyrisme.

(Visited 574 times, 1 visits today)

Plus de détails

Marc Mellits (né en 1966) : Quatuors à Cordes n° 3 « Tapas », n° 4 « Prometheus » et n° 5 « Waníetu ». Quatuor Debussy. Enregistré en novembre 2016. 1 CD Evidence. Livret en français et anglais. Durée : 54’53 »

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.