Banniere-clefsResMu728-90

Le trésor des Pénitents Noirs de Villefranche-de-Rouergue

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Bernard-Aymable Dupuy (1707-1789) : Motet Nisi quia Dominus ; Louis-Antoine Lefébure (v. 1700-1763) : petit motet Afferte Domino ; Joseph Laguna (1723-après 1792) : Motet Domine Dominus ; Jean-Joseph Mouret (1682-1728) : petit motet Benedictus Dominus. Marlène Desauvage, Clémence Garcia, Eva Tamisier, dessus. François-Nicolas Geslot, haute-contre. Raphaël Marbaud, basse. Ensemble Antiphona, direction : Rolandas Muleika. 1 CD Paraty. Enregistré en août 2016 à la Chartreuse Saint-Sauveur de Villefranche-de-Rouergue. Notice bilingue français-anglais. Durée : 70:02

 

Occitanie baroque des Pénitents noirs AntiphonaAvec des maîtres locaux, régionaux, nationaux et anonymes, l’ensemble toulousain Antiphona révèle la richesse du fonds musical sacré de Villefranche-de-Rouergue et la vitalité des confréries à la fin du XVIIIe siècle.

Ce disque nous démontre qu’à la veille de la Révolution, la vie musicale en France ne se résumait pas à Versailles et Paris. Lors de la restauration de la chapelle des Pénitents Noirs à Villefranche de Rouergue en 1982, une collection de partitions a été déposée à titre conservatoire aux archives municipales de la ville. Elles y ont dormi pendant trois décennies jusqu’à ce que le regretté musicologue Jean-Christophe Maillard et le chef toulousain ne se penchent sur ce trésor oublié. Ils découvrent qu’au sein de cette confrérie de notables, commerçants, négociants et ecclésiastiques, qui avait accueilli des femmes et s’était élargi aux artisans dès la fin du XVIIIe siècle, on chantait de la musique élaborée et d’origines diverses. En premier lieu, celle des maîtres régionaux dont les partitions circulaient entre les cathédrales et les collégiales, mais on a également copié de la musique éditée à Paris afin d’étoffer l’offre locale.

Si le motet Nisi quia Dominus du toulousain , enregistré ici pour la première fois, ne fait pas partie du fonds rouergat mais est conservé la bibliothèque Imguibertine de Carpentras, on sait que certaines de ses œuvres figurent à la bibliothèque de Rodez et que sa musique dépassait la seule sphère toulousaine. Par sa qualité d’écriture et l’homogénéité de style de chacun des cinq mouvements, ce motet domine les œuvres de ce disque.

À la différence de Dupuy, qui est surtout localisé à Saint-Bertrand de Comminges et Toulouse, le catalan aura connu une carrière itinérante de Béziers à Castelnaudary en passant par Rodez et Carcassonne. Le motet Domine Dominus reprend à huit reprises un seul verset du psaume 8 en variant l’instrumentation, l’effectif, l’écriture instrumentale ou l’harmonisation.

Le fonds de Villefranche recèle de nombreuses pièces dont les auteurs ne sont pas ou pas encore identifiés. L’écriture à trois voix du motet Cantate Domino sur les neuf versets du réjouissant et glorieux psaume 149, valorise de belle manière les voix de dessus, tandis que le Miserere, malheureusement incomplet, comporte un impressionnant solo de serpent, cet instrument qui soutenait la voix dans de nombreuses églises à l’époque. Il en résulte une musique particulièrement expressive et attachante.

Un manuscrit du fonds présente quatre pièces dédiées à la voix de haute-contre parmi lesquelles figurent deux petits motets de et , Afferte Domino et Benedictus Dominus, fort bien servis par . On suppose que la chapelle de la collégiale de Villefranche-de-Rouergue a compté un moment dans ses rangs un haute-contre de haut niveau pour lequel le chapitre a fait copier des pièces virtuoses.

Sous la direction claire de , l’ convainc par sa conviction et son enthousiasme dans ce programme original, qui nous renseigne utilement sur les pratiques et le programme d’une chapelle provinciale à la fin de l’Ancien Régime.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.