À emporter, Essais et documents, Livre

Intégrale de la correspondance de Maurice Ravel

Plus de détails

Maurice Ravel. L’intégrale. Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens. Manuel Cornejo, éditeur scientifique. Le Passeur éditeur. 45 €. 1 769 p. Octobre 2018

 

Ravel

rassemble un ensemble monumental de correspondances et d’écrits de . Une source inédite et incontournable pour la connaissance du célèbre compositeur.

Par l’importance du compositeur, ses relations variées et la dispersion des sources, constituer une intégrale relevait de la gageure. Aussi l’éditeur n’a-t-il de cesse de préciser les lacunes (au fil des lettres et en dressant une liste des lettres fantômes en annexe), ou l’absence pure et simple de correspondance. La liste des absents donnée en préface est longue et compte des relations importantes du compositeur comme son élève ou , le dédicataire de son Concerto pour la main gauche. Il n’en faut pas moins saluer le travail d’enquête et d’édition de , musicologue passionné de Ravel et président de l’Association des amis de . Les documents présentés proviennent aussi bien des bibliothèques et archives publiques en France (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Mahler et bien d’autres) et à l’étranger, notamment aux États-Unis où le compositeur a séjourné, mais aussi dans les archives privées ou en vente aux enchères. Les chiffres impressionnent : 2 539 lettres, 148 écrits, dont une majorité d’inédits. Après des anthologies (Ravel au miroir des lettres en 1956 ou l’édition d’Arbie Orenstein en 1989) ou des parutions régulières dans les Cahiers Maurice Ravel, c’est donc bien la première édition vaste et fiable.

La majorité de la correspondance comprend des lettres écrites par Maurice Ravel à une grande variété de personnes, sa famille (son frère ou sa marraine pendant la guerre) et ses proches, ses amis de la société des Apaches (le compositeur , le critique Calvocoressi…), et le milieu musical parisien. On trouvera notamment des lettres inédites au chef d’orchestre ou à Edgar Varèse. Ces documents évoquent les épisodes plus ou moins connus de sa vie (son échec au prix de Rome, les voyages en Europe, sa tournée en Amérique, la guerre…) sans vraiment éclairer le processus créatif de l’auteur. Il est heureux d’avoir ajouté certaines lettres envoyées à Ravel (savoureuses lettres de Colette, auteur de l’Enfant et les sortilèges, inattendues lettres de Léon Blum…), ainsi que les nombreuses lettres parlant de Ravel ( à Paul Léon déplorant l’échec de Ravel au Prix de Rome de 1905, à René Dommange déplorant la contrainte de jouer à la main gauche le Concerto pour la main gauche…) et enfin les lettres écrites pour Ravel, qui, malade à la fin de sa vie, ne pouvait plus prendre la plume. À l’instar de nombreuses correspondances de musiciens, celle-ci n’est pas d’une grande teneur littéraire, mais apporte des éléments factuels, tout en donnant vie et épaisseur au compositeur, avec ses tournures, ses mots d’argots, ses anecdotes (ses malheurs en camionnette et son attente à l’hôpital pendant la guerre…) et ses attentions touchantes, notamment pour son frère.

Ses autres écrits et entretiens sont d’un grand apport. Ravel s’avère un très bon critique, dans la Revue musicale ou le Comoedia illustré, honnête et incisif (lisez l’article à propos des Images de Debussy notamment). Les transcriptions de ses cours d’interprétation, ses conférences (citons « Musique contemporaine » à la Scottish Rite Cathedral de Houston en 1928, où il décrypte la notion d’influence dans son œuvre), et les entretiens sont souvent des prétextes à des considérations générales dépassant sa propre œuvre, sur laquelle il ne s’étend pas tellement. Ajoutons de nombreuses annexes plus ou moins anecdotiques (caustique Dictionnaire musical humoristique !).

L’appareil critique est particulièrement abondant et riche, tant dans les notes de bas de page que dans la chronologie étoffée. Une présentation des correspondants en annexe de fin aurait éventuellement facilité la lecture pour certains lecteurs moins avertis. On saura gré à l’éditeur de la présentation ramassée du texte et de la finesse du papier qui permettent d’offrir un livre manipulable. Toutefois, on ne peut s’empêcher de rêver d’une base de données en ligne permettant une recherche et des liens facilités dans cette masse touffue d’informations, une mise en regard de certaines lettres autographes numérisées (peu d’illustrations dans cet ouvrage), voire un travail de fouille de données automatique.

Quoi qu’il en soit, voici une parution de référence, qui peut intéresser le curieux et le passionné de Ravel, mais offre avant tout un matériau unique pour la recherche.

Plus de détails

Maurice Ravel. L’intégrale. Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens. Manuel Cornejo, éditeur scientifique. Le Passeur éditeur. 45 €. 1 769 p. Octobre 2018

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.