Stella Chen, Premier Prix du Concours Reine Élisabeth violon 2019

Stella Chen © CMIREBLa jeune violoniste vient tout juste de remporter le Premier Prix du Concours Musical International Reine Élisabeth violon 2019.

Je n’ai jamais établi de plan de carrière tel que « en 2019, j’irai au Reine Élisabeth ».

ResMusica : Vous avez déjà été récompensée dans d’autres compétitions prestigieuses, pourquoi avez-vous choisi de vous présenter au Concours Musical Reine Élisabeth ?

: En réalité, je n’ai pas participé à tellement de compétitions, je suis une sorte de nouvelle venue dans le monde des compétitions. Mais je connaissais évidemment le Concours Reine Élisabeth, car il n’y a pas d’équivalent. J’ai toujours rêvé d’y participer un jour. Mais je n’ai jamais établi de plan de carrière tel que « en 2019, j’irai au Reine Élisabeth ». Les choses se sont déroulées ainsi et je ne pourrais pas être plus heureuse ! Tout cela ressemble à un rêve.

RM : Est-ce que vous avez pu prendre plaisir à jouer lors du Concours ? Est-ce que vous avez ressenti cela comme un concert ou de façon vraiment différente ?

SC : J’ai apprécié chaque étape du Concours, chaque performance, et même de plus en plus au fur et à mesure. Mais c’est toujours difficile dans une compétition car vous êtes évidemment plus stressé… Mais j’ai essayé et je me suis sentie de plus en plus à mon aise. Le public ici est tellement incroyable et les orchestres tellement fantastiques. Ils ont tous été de formidables collaborateurs.

RM : Vous avez du vous adapter à deux orchestres différents, est-ce que vous pouvez nous dire un mot sur votre travail avec les orchestres ?

SC : C’étaient des expériences différentes, dans des salles de tailles différentes, avec des répertoires différents… Mais c’était avec des musiciens et des gens phénoménaux, tellement encourageants durant les répétitions. Ils souhaitent vous aider autant que cela est possible, et cela dans une période de temps tellement limitée ! Je leur en suis tellement reconnaissante.

« Je suis toujours à la recherche d’un son plus chaud, plus délicat. »

RM : De quelle manière nourrissez-vous une pièce que vous avez déjà tellement jouée ? Comment lui donner un nouvel éclairage ?

SC : Les pièces que j’ai jouées sont des chefs d’œuvre, et j’en découvre plus à leur sujet chaque jour. Il n’y a aucun risque à ce qu’elles deviennent trop faciles ou juste normales car ce sont des musiques extraordinaires. Alors oui, je découvre de nouvelles choses chaque jour.

RM : Vous avez ce son très chaud et riche…

SC : Oui, chaque son est très différent et je suppose que c’est la qualité de son qui me correspond le plus. Je suis toujours à la recherche d’un son plus chaud, plus délicat.

Stella Chen, First Prize in CMIREB violin 2019 @ Emilie VanderhulstRM : Vous menez beaucoup d’activités différentes, je ne sais pas si c’est toujours le cas tant le violon doit prendre la plupart de votre temps. Vous êtes diplômée de psychologie et j’ai même lu que vous aviez pratiqué le patinage artistique…

SC : Effectivement, j’adore cela. Je suis attirée par l’aspect danse du patinage artistique, le pratiquer et le regarder aussi.

RM : Est-ce que ces études ont été importantes dans votre jeu ou est-ce une part complètement différente de votre vie ?

SC : Je ne dirais pas que j’y pense quand je joue ou qu’il y a une corrélation directe entre les deux. C’est important d’apprendre dans beaucoup de domaines différents et au sujet de tout ce qui nous intéresse. Cela fait certainement de moi une personne plus équilibrée que je ne l’aurais été si je m’étais simplement exercé tout le temps au violon. Ce n’est pas facile pour moi de m’exercer tout le temps, c’est une chose étrange à faire. Voilà, c’est ainsi que cela se passe pour moi, mais cela ne veut pas dire que ce soit la voie que tout le monde doit suivre.

RM : Est-ce que vous avez une routine de travail particulière ?

SC : Je n’ai pas de routine stricte. Je fais quelques gammes pour m’échauffer, quelques exercices variés pour me tenir en forme. J’aime surtout travailler la partie musicale.

RM : Vous allez vous voir confier un Stradivarius Huggins 1708 pour 4 ans, mais pouvez-vous nous dire un mot du violon avec lequel vous jouez actuellement ?

SC : C’est un violon qui vient de la Juilliard, un Guarneri del Gesù et, à mon sens, il est merveilleux. J’ai tellement appris de lui. Il a aussi un son très profond naturellement, très riche, ce qui correspond à ma personnalité, donc nous fonctionnons très bien ensemble. Je suis très reconnaissance d’avoir un tel instrument parce que c’est 90-95% de nous. Donc c’est important et aussi tellement bénéfique d’entendre la magie du son de cet instrument.

RM : Et quel est l’archet que vous utilisez ?

SC : C’est un archet français, un Sartory.

RM : Est-ce que vous avez un message pour les jeunes violonistes qui débutent leur carrière ou veulent participer à un concours ? 

SC : Les deux conseils qui m’ont le plus aidée sont simplement : soyez vous-même et souvenez-vous de la raison pour laquelle vous faites cela. Continuez à aimer la musique. Je pense que c’est la meilleure façon de rester inspiré, positif et créatif.

Crédits photographiques : Stella Chen © CMIREB ; Concours © Emilie Vanderhulst

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.