À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Saint-Saëns excellemment défendu par le Quatuor Girard et Guillaume Bellom

Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Quintette pour piano et cordes en la mineur op. 14 ; Quatuor à cordes n° 1 en mi mineur op. 112. Quatuor Girard. Guillaume Bellom, piano. 1 CD B Records. Enregistrement public à la Fondation Singer-Polignac le 22 mars 2018. Notice bilingue : français et anglais. Durée : 59:00

 

saint_saens_brecordsSitués aux deux extrémités de la vie d’homme et de créateur de , le Quintette pour piano et cordes en la mineur et le Quatuor à cordes en mi mineur reçoivent une interprétation qui sans aucun doute fera date.

Ce bel enregistrement public réalisé à la Fondation Singer-Polignac délivre une image vitalisée du prolixe compositeur français. Les quatre frères et sœurs du – leur nom de famille – tous formés au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et détenteurs de plusieurs distinctions et réalisations notables, brillent une fois encore par leur sonorité naturelle et soyeuse, par leurs lectures toute d’équilibre, d’aisance, de fluidité et de respect des textes abordés. L’Allegro più allegro initial et le Scherzo : molto allegro quasi  presto qui le suit nous entraînent dans une course effrénée, époustouflante, sans jamais souffrir ou peiner. La pause rythmique attendue dans le Molto adagio nous mène au contact d’un Saint-Saëns apaisé, sans pathos ni lamentation malvenue. La qualité de leur jeu et leur complicité font merveille tout au long de ce mouvement avant de retrouver l’agitation maîtrisée du Final noté Allegro ma non troppo. Une inoubliable illustration du Quatuor n° 1 écrit en 1899.

Pour le Quintette en la mineur composé en 1855 à l’âge de 20 ans seulement, ils sont rejoints par le jeune pianiste , élève du même établissement national et déjà possesseur de récompenses de renom et d’appréciations flatteuses au concert. Leur complicité et leur contrôle de la partition ne connaît aucune baisse de tonus ou d’intérêt. Une tendance à davantage de virtuosité se constate dans l’Allegro moderato e maestoso et le Presto, sans pour autant nuire à l’intérêt de l’écoute tandis que l’Andante sostenuto s’épanche, mélancolique et retenu, empli de noblesse et de générosité. Le Quintette se termine (Allegro assai ma tranquillo)  par un festival de notes radieuses où le pianiste et les cordes s’en donnent à cœur joie. Un régal.

Il est notable qu’entre ces deux œuvres séparées de plus de quarante années, l’esthétique de Saint-Saëns, solidement ancrée dans la tradition classique, n’a guère évolué tout en se maintenant  à un niveau d’excellence inchangé depuis les débuts précoces du musicien. Grâce à des lectures de ce type, devrait définitivement s’imposer comme l’un des compositeurs français des plus essentiels.

Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Quintette pour piano et cordes en la mineur op. 14 ; Quatuor à cordes n° 1 en mi mineur op. 112. Quatuor Girard. Guillaume Bellom, piano. 1 CD B Records. Enregistrement public à la Fondation Singer-Polignac le 22 mars 2018. Notice bilingue : français et anglais. Durée : 59:00

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.