Flash info

Décès du guitariste Julian Bream

 

, le guitariste et luthiste britannique exceptionnel de l’après-guerre, est mort le 14 août chez lui dans le Wiltshire, à l’âge de 87 ans.

Né le 15 juillet 1933 à Battersea, Julian Bream a commencé à se lier à son instrument de prédilection en pinçant les cordes de la guitare jazz de son père, Henry, dès son plus jeune âge. C’est celui-ci qui lui a enseigné les bases du jeu. À partir de l’âge de dix ans, Julian Bream a commencé à apprendre à faire du piano. Pourtant le jour de son onzième anniversaire, il n’avait pas reçu un piano en cadeau mais une petite guitare espagnole à cordes en boyau…

En 1945, il a remporté un prix pour son jeu au piano, ce qui lui a permis d’être admis au de Londres à douze ans. À compter de 1946, au sein de la même institution, il a également bénéficié de la gratuité des cours de violoncelle. Parallèlement, à partir de 1945, le président de la Société philharmonique des guitaristes, Boris Perott, a donné à Bream des leçons de guitare (un instrument alors pas enseigné au  car considéré comme d’importance secondaire), tandis que son père est devenu le bibliothécaire de la société, ce qui a permis au garçon d’accéder à une vaste collection de partitions rares.

À Cheltenham le 17 février 1947, Julian Bream a donné son premier récital de guitare. À cette époque, il s’est vu inviter par Andrés Segovia à partir en tournée avec lui, ce qui aurait été une expérience d’enseignement intense pour le jeune musicien, incluant des leçons privées, mais sa famille n’avait pas les moyens financiers pour se le permettre. Malgré ces obstacles, il a fait ses débuts au Wigmore Hall en 1951.

En 1954, après deux ans de service militaire, Bream a accepté tous les emplois musicaux qui se présentaient à lui, y compris la musique de fond pour des pièces radiophoniques et des films. Les films commerciaux et le travail pour la BBC ont été importants pour lui tout au long des années 1950 et au début des années 1960.

Julian Bream a beaucoup enregistré pour les labels Westminster Records, RCA Victor et EMI Classics, à la guitare comme au luth. Ces gravures lui ont valu plusieurs prix, dont quatre Grammy Awards. Ses récitals étaient très variés, comprenant des transcriptions des œuvres du XVIIe siècle, de nombreux morceaux de Johann Sebastian Bach arrangés pour la guitare, des pièces populaires espagnoles et de la musique contemporaine. Au cours de sa carrière, Bream a eu une influence considérable sur la renaissance des compositeurs de l’ère Tudor. Sa virtuosité a inspiré de nouvelles pages à Britten, Walton, Tippett, Henze, Takemitsu et d’autres. Il a joué un rôle significatif dans l’amélioration de la perception auprès du public de la guitare classique en tant qu’instrument respectable. (MC)

 

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.