Audio, Musique d'ensemble, Parutions

Tout sur le cor de postillon avec l’Ensemble Artifices

Plus de détails

Michel Corrette (1707-1795) : Le Courier. Francesco Maria Veracini (1690-1768) : Ouvertura e Giga Postiglione. Louis de Caix d’Hervelois (1677-1759) : La Diligence. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Capriccio sopra la lontanaza del suo fratello diletissimo BWV 992. François Duval (1672-1728) : Rondeau Le Courier. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto o sia il Corneto da Posta RV 363. Reinhard Keiser (1674-1739) : La Poste impériale de la paix ; Prologo Aria vivace. Johann Samuel Endler (1694-1762) : Le Montreur de curiosités. Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Ouverture Les Postillons. Jean-François Madeuf, Jean-Daniel Souchon : Cors de postillon et trompette. Ensemble Les Artifices : Alice Julien-Laferrière, violon et direction artistique. 1 CD Pochette Cartes postales Seulétoile. Enregistré au Conservatoire de Wussous en 2016 et au Théâtre des Copiaus de Chagny en 2020. Livret sous forme de 15 cartes en Facsimile, 2 marque-pages et un poster, en français et en allemand. Durée : 59:00

 

Voilà une belle manière de redécouvrir ou tout simplement se remémorer ce que fut le cor de postillon, petit instrument à vent, rudimentaire, né à la Renaissance pour annoncer l’arrivée ou le passage de quelque malle-poste. et l’ nous emmènent dans ce monde musical insolite.

Apparu au XVIᵉ siècle pour son signal caractéristique à l’approche du système postal, le cor de postillon nous est présenté ici de manière fort originale : un petit coffret, tel une pochette surprise nous livre pas moins d’une vingtaines de gravures, onglets, cartes en tous genres afin de nous permettre de suivre le cheminement des plages du CD illustrant des œuvres musicales inspirées par cet instrument particulier. Au XVIIIᵉ siècle, les plus grands compositeurs le citent abondamment dans leurs œuvres : Bach, Telemann, Vivaldi, Veracini, etc…

Il n’y a plus qu’à se laisser porter et laisser sonner le cor ! Deux notes à l’octave, reconnaissables et facilement identifiables qui ont fait la célébrité de ce petit ustensile. Son effigie se retrouve encore de nos jours sur les boites aux lettres ou sur des timbres de pays du nord et du centre de l’Europe. Il présente le plus souvent l’aspect d’un petit cor de chasse, abondamment représenté sur des gravures d’époque. A partir de ses possibilités musicales fort réduites les compositeurs l’ont introduit dans leurs œuvres, sans doute car il devait bien être familier à leur quotidien. dans ses pièces pour clavecin nomme l’une d’entre elles : Le Courrier. Comme d’autres tout au long de ce CD cette pièce est ici transcrite pour un petit ensemble orchestral. Ce principe d’adaptation se retrouve dans le célèbre Capriccio de Bach BWV 992 qui relate le départ de son frère bien aimé et qui contient à moment donné une Aria di postiglione. Le cor de postillon inspire encore de grands maitres comme Francesco Maria Veracini qui dans l’une de ses Sonates pour violon insère une Gigue pour le Postillon. Vivaldi et Telemann n’échappent pas à cette attirance particulière et nous livrent aussi quelques belles pages rappelant le bel instrument cuivré.

de son violon altier et rafraichissant dirige les musiciens qu’elle a choisi, dont , grand spécialiste des cuivres anciens et qui a contribué à la reconstitution de cors de postillon d’après des originaux ou des gravures anciennes. La belle voix de baryton de vient ponctuer les accents d’une œuvre de louant la Poste impériale de la paix.

Ce programme est un délicieux divertissement où il apparait que le cor de postillon génère un certain humour judicieusement mis en valeur par les interprètes. On revient encore à ce livret étonnant qui sent bon la vielle encre et le papier ancien… On admire notamment la belle calligraphie musicale d’un concerto pour cor de postillon d’un certain . A la fin on déplie une carte du nord de l’Europe qui nous révèle les grands chemins empruntés par les malles-poste ponctuées tout du long des deux petites notes à l’octave (si bémol – si bémol), de quoi faire rêver l’auditeur sur ces temps révolus…

On aura déjà remarqué lors de précédents albums de cet éditeur l’originalité de ses présentations et de ses programmes et en particulier celui-ci qui est particulièrement soigné. Il nous offre encore un petit bonus avec des liens vidéos sur l’album pour compléter parfaitement une nouvelle connaissance sur le cor de postillon.

(Visited 171 times, 1 visits today)

Plus de détails

Michel Corrette (1707-1795) : Le Courier. Francesco Maria Veracini (1690-1768) : Ouvertura e Giga Postiglione. Louis de Caix d’Hervelois (1677-1759) : La Diligence. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Capriccio sopra la lontanaza del suo fratello diletissimo BWV 992. François Duval (1672-1728) : Rondeau Le Courier. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto o sia il Corneto da Posta RV 363. Reinhard Keiser (1674-1739) : La Poste impériale de la paix ; Prologo Aria vivace. Johann Samuel Endler (1694-1762) : Le Montreur de curiosités. Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Ouverture Les Postillons. Jean-François Madeuf, Jean-Daniel Souchon : Cors de postillon et trompette. Ensemble Les Artifices : Alice Julien-Laferrière, violon et direction artistique. 1 CD Pochette Cartes postales Seulétoile. Enregistré au Conservatoire de Wussous en 2016 et au Théâtre des Copiaus de Chagny en 2020. Livret sous forme de 15 cartes en Facsimile, 2 marque-pages et un poster, en français et en allemand. Durée : 59:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.