Audio, Musique de chambre et récital, Parutions

Duelles, ou quatre compositrices interprétées par Raphaëlle Moreau et Célia Oneto Bensaid

Plus de détails

Instagram

Henriëtte Bosmans (1895-1952) : Sonate pour violon et piano. Dora Pejačević (1885-1923) : Sonate pour violon et piano opus 43. Grażyna Bacewicz (1909-1969) : Kaprys (1930) ; Oberek. Marguerite Canal (1890-1978) : Sonate pour violon et piano. Célia Oneto Bensaid, piano ; Raphaëlle Moreau, violon. 1 CD Mirare. Enregistré du 17 février au 2 mars à la ferme de Villafavard. Notice de présentation en français et en anglais. Durée : 59:10

 
Instagram

« Duelles », le nouvel enregistrement de et , met à l'honneur quatre compositrices célébrées de leur vivant et dont le nom et l'œuvre sont depuis tombés dans l'oubli.

Dès la première écoute, on est frappé par l'immédiateté de chaque langage et la richesse d'écriture des différentes pièces présentées dans ce programme.

Pianiste néerlandaise, Henriëtte Bosman (1895-1952) a mené une carrière de compositrice et de soliste dans les années 20 avec de nombreux concerts en Europe et notamment au Concertgebouw. Sa Sonate pour piano et violon témoigne d'une maîtrise de la forme cyclique et surprend par l'élégance des harmonies et des développements dont une fugue rondement menée. Le caractère enivrant du thème principal (Allegro Passionato) sied comme un gant au phrasé ardent de et au jeu tout en nuances de . L'alchimie opère entre les deux complices : une complémentarité organique où les intentions sont au service de l'émotion. Une dimension intemporelle parcourt ces pages contrastées d'une poésie parfois planante (Adagio).

(1885-1923) aurait pu vivre une vie d'opulence, issue de la haute noblesse, mais elle choisit un tout autre destin, défiant les conventions de son milieu social et de son genre. Son splendide Concerto pour piano est considéré comme « le premier » d'un compositeur croate et sa Symphonie en fa dièse mineur fut composée pendant la Première Guerre mondiale quand Dora travaillait comme infirmière volontaire. La « Sonate Slave » au charme post romantique, séduit d'emblée par son lyrisme vibrant, ses sonorités quasi orchestrales qui puisent leur source dans le folklore slave. Le chant soutenu de l'Adagio aux accents clair-obscur est aussi convaincant que le bouillonnant Allegro molto vivace avec ses plages d'une grande sensualité.

Autre univers, celui de (1909-1969), violoniste et compositrice polonaise qui a connu l'empire russe, les deux guerres mondiales, l'occupation nazie ainsi que le régime stalinien. Grâce à une bourse, elle poursuit ses études à Paris auprès de Nadia Boulanger et du violoniste André Touret (1932-1933). Les deux miniatures enregistrées dévoilent une grande virtuosité notamment côté violon. Deux pièces de la même veine, virevoltantes, qui donnent le sentiment d'une grande liberté et d'une improvisation malgré une écriture totalement maîtrisée.

(1890-1978) fut la deuxième femme après Lili Boulanger à remporter le Grand Prix de Rome (avec les félicitations de Camille Saint-Saëns) et la première à diriger un orchestre. Sa Sonate pour violon et piano fait partie des œuvres qu'on a l'impression d'avoir toujours connues. Elle n'a rien à envier à celles de Franck et Faure et son essence même s'inscrit dans la lignée des grands compositeurs français. Cette interprétation nous touche avec ce mordant de part en part, et aussi la conduite du discours jamais figé. Le final en est un exemple probant avec son climat fiévreux, éclairé par des touches impressionnistes. Instants suspendus dans un mouvement lent d'une profondeur émouvante.

La réussite de ce disque tient à la symbiose des deux interprètes et à la qualité remarquable de ce répertoire oublié qu'elles se sont approprié avec une authenticité rafraîchissante.

(Visited 135 times, 1 visits today)

Plus de détails

Instagram

Henriëtte Bosmans (1895-1952) : Sonate pour violon et piano. Dora Pejačević (1885-1923) : Sonate pour violon et piano opus 43. Grażyna Bacewicz (1909-1969) : Kaprys (1930) ; Oberek. Marguerite Canal (1890-1978) : Sonate pour violon et piano. Célia Oneto Bensaid, piano ; Raphaëlle Moreau, violon. 1 CD Mirare. Enregistré du 17 février au 2 mars à la ferme de Villafavard. Notice de présentation en français et en anglais. Durée : 59:10

 
Mots-clefs de cet article
Instagram
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.