Mot-clef : Orchestre de la Suisse Romande

Der-Rosenkavalier12_vign

A Genève, pas de Maréchale, pas de Sophie pour Octavian

Tout de même très touchant de voir ce petit homme de quatre-vingt-deux ans venir saluer le public après le spectacle qu’il vient de diriger. Depuis plus de quarante ans, Otto Schenk promène sa mythique mise en scène du Rosenkavalier sur les plus grandes scènes du monde. Ici, il aurait pu y envoyer un de ses assistants mais, il a préféré être présent. Diriger lui-même les chanteurs que la distribution lui ...
© GTG/Yunus Durukan

Songe surréaliste à Genève

Rarement monté sur les scènes lyriques, Juliette ou la clé des songes de Bohuslav Martinů pose son rêve éveillé sur le plateau du Grand Théâtre de Genève. Si le compositeur tchèque ne jouit pas de la popularité de ses compatriotes Dvořák, Janáček et Smetana, sa musique reste parmi les plus intéressantes du répertoire de la première moitié du XXe siècle. A l’image de celle qu’il propose dans cet opéra, ode ...
CD_Cascavelle_Klemperer_Haskil_vign

Clara Haskil et Otto Klemperer jouent Mozart en 1956

Cet album Cascavelle reprend ce qui semble être l’intégralité d’un concert Mozart de Clara Haskil, Otto Klemperer et l’Orchestre du Gürzenich de Cologne en 1956, complété par le Concerto de Schumann de quelques semaines postérieur avec Ernest Ansermet et son orchestre de la Suisse Romande. Comme date d’enregistrement la notice indique le 09 septembre 1956 pour Mozart et le 10 octobre 1956 pour Schumann alors que trône en fronton de ...
Le-Comte-Ory2_geneve11 (1)

A Genève, un Comte Ory bâclé

Rarement les applaudissements de tomber de rideau ont été aussi brefs et peu nourris. Deux saluts de toute la troupe sur le devant de la scène et, le rideau baissé, tout était terminé. Sans manifester bruyamment son insatisfaction, comme lors de certaines productions aux mises en scène tapageuses, le public genevois a exprimé sa déception à ce spectacle musicalement, vocalement, théâtralement et scéniquement inabouti. Inabouti musicalement à cause d’un Orchestre de ...
serailgeneve2

A Genève James Bond s’invite chez Mozart

Alors que retentissent les premiers accords de l’ouverture, un parachutiste descend lentement des cintres. Atterrissant sur le mur d’enceinte du palais du pacha Selim, après s’être débarrassé de son parachute, l’homme sort un filin de son sac à dos. Accroché à cette corde, il descend le long de ce mur, fixe une bombe près de la porte du harem, en enclenche la minuterie, avant de remonter sur le faîte du ...
Berliner Festspiele | musikfest berlin 2011

Janowski et Bruckner : le concert des nations

Chaque année, le 24 octobre, la Confédération Suisse, la Ville et le Canton de Genève fêtent la journée des Nations Unies en offrant aux dirigeants et employés des institutions internationales une soirée classique. Pour l’occasion, l’Orchestre de la Suisse Romande reste le cadeau magistral de cette soirée. Cadeau magistral s’il en est quand Marek Janowski dirige son orchestre dans la  Symphonie n°3 d’Anton Bruckner. Dans son programme pluriannuel d’enregistrements avec cet ...
© GTG/Vincent Lepresle

Triomphe des Ballets Russes à Genève

Un Grand Théâtre archi plein pour cette soirée de ballets russes, pas un fauteuil, pas un strapontin de libre. Il faut dire que pour ce spectacle, on avait mis les petits plats dans les grands. D’abord, trois œuvres parmi les plus connues du répertoire, puis la troupe du Ballet du Grand Théâtre de Genève dont la qualité des prestations s’affirme de représentations en représentations et dans la fosse, en accompagnateur ...
pentatone_d'indy_janowski

Marek Janowski, franco-suisse

Il est toujours bienvenu de jouer des oeuvres délaissées depuis les lustres. Pratiquée régulièrement jusqu’aux années 1960, la Symphonie cévenole de Vincent d’Indy est devenue une grande rareté ! Cette nouvelle interprétation  en  est une réussite parfaite, et ce n'est que justice pour cette oeuvre inspirée. Deux caractéristiques retiennent notre attention en particulier. Tout d'abord le rôle de piano, tantôt partie intégrante de l'orchestre et tantôt concertant, dont Martin Helmchen tient ...
mahler2

Mahler : de l’hyperinflation aux années 2010

Si Mahler commençait à s’imposer durablement dans les années 1970. La décennie 1980 fut celle de l’hyperinflation avec une multiplication des enregistrements. Cette fascination pour le compositeur ne fit que s’amplifier et les disques, même en temps de crise de la musique enregistrée, continuent de se multiplier ! La deuxième partie de cette analyse passe au crible les étapes de cette croissance exponentielle. L’hyperinflation des intégrales Entre 1980 et 1995, le ...
chenier2_geneve0911

Andrea Chénier, des plumes mais pas de voix

Pourquoi le Grand Théâtre de Genève est-il incapable de présenter des distributions vocales au niveau des œuvres qu’il présente ? Depuis quelques années en effet, à quelques exceptions près, la scène genevoise souffre cruellement de l’absence de chanteurs dignes de la réputation de cette maison. Si aujourd’hui le temps des Luciano Pavarotti, Piero Cappuccilli, José Carreras, Montserrat Caballé, Ruggiero Raimondi, Samuel Ramey, Thomas Hampson, chanteurs qui ont tous foulés cette scène ...
decca_calleja

Joseph Calleja, le ténor maltais

Eclos sur la scène internationale presque en même temps que le ténor mexicain Rolando Villazon, la carrière de Joseph Calleja reste aujourd’hui encore bien en-deçà de ce que son talent pourrait prétendre. Si sa discographie demeure limitée, si ces apparitions sont rares (en Europe, pour le moins, même si l’on annonce un concert parisien en novembre prochain), le ténor n’en reste pas moins l’un des meilleurs représentant actuels du bel ...
Trois-Oranges_9

L’amour des trois oranges à Genève, un prêt à porter scénique

Créée à La Fenice de Venise en 2001, reprise au Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf en 2002, et en 2007 sur la petite scène vaudoise du Théâtre du Jorat, cette production de L’Amour des Trois Oranges garde encore intacte sa force théâtrale quand bien même son génial metteur en scène est décédé depuis cinq ans. Avec l’idée maîtresse du décor d’Ezio Toffoluti de situer l’action dans le décor du ...
Triste Verdi !

Les Vêpres Siciliennes à Genève : Triste Verdi !

Malgré la désertion d’une partie du public du parterre à l’entracte, il s’est trouvé encore suffisamment de mécontents à l’issue du spectacle pour «bouer» copieusement le metteur en scène et son équipe. Comme lors de La Donna del Lago de l’an dernier, cette production cultive une laideur des costumes et du décor qui n’a d’égale que l’indigence d’une véritable mise en scène. Malgré son choix dramaturgique, ce spectacle passe d’un ...
L’Orchestre de la Suisse Romande, extase brucknérienne

L’Orchestre de la Suisse Romande, extase brucknérienne avec Janowski

Avant de quitter la direction artistique de l’Orchestre de la Suisse Romande, Marek Janowski se veut d’honorer sa promesse d’enregistrer l’intégrale des symphonies de Bruckner. Après ses débuts bucknérien de 2007 avec l’enregistrement de la Symphonie n° 9 en ré mineur, de la Symphonie n°6 en la majeur, et de la Symphonie n° 5 en si bémol majeur, l’Orchestre de la Suisse Romande vient de publier coup sur coup la ...
Le roi est nu

Oedipus Rex par Dutoit : Le roi est nu

Malgré l’étalement des cordes aux pieds du chef Charles Dutoit, malgré la qualité de ces mêmes cordes, malgré l’inspiration de Sergey Ostrovsky, premier violon d’un Orchestre de la Suisse Romande attentif et précis, l’interprétation de cet Apollon Musagète ne sort guère de l’ennui que procurerait l’écoute d’une musique qu’on aurait composé pour un film documentaire sur la descente du Rhin de Cologne à Hambourg en péniche. Non pas que la ...
Vous chantiez ? Eh bien, dansez maintenant !

Orphée et Eurydice version Berlioz et… Mats Ek !

«Vous chantiez ? Eh bien, dansez maintenant !» clame la Cigale de La Fontaine à la Fourmi. Faire danser des chanteurs. C’est le tour de force que le scénographe Mats Ek réussit avec pas mal de brio dans le spectacle de cet Orphée de Gluck/Berlioz. Dans nos lignes, nous avons souvent souligné les extraordinaires capacités du Chœur du Grand Théâtre de Genève. Ici, il confirme une fois de plus ses qualités vocales qu’il ...
Qui après Joan Sutherland ?

I Puritani : Qui après Joan Sutherland ?

S’il a peiné pour trouver le sujet de son opéra, quand Vincenzo Bellini compose I Puritani, il sait qu’il peut compter sur Giulia Grisi, La Grisi, pour interpréter Elvira et imagine qu’un peu plus tard, la non moins célèbre Malibran reprendra le rôle. Il sait aussi qu’il écrit la musique de Sir George Walton pour le célèbre Luigi Lablache et celle d’Arturo Talbot pour l’extraordinaire Rubini. Depuis ces temps glorieux, ...
Des scampis à la sauce chasseur

Anja Harteros à Genève, des scampis à la sauce chasseur

Souvent, nos lignes ont fait écho des progrès accumulés par l’Orchestre de la Suisse Romande depuis que sa destinée a été mise entre les mains de Marek Janowski. Clarté des pupitres, variation des couleurs, précision des ensembles sont les points qui ressortent le plus souvent du travail accompli pendant ces années passées. Ce concert a nouveau mis en avant ces qualités retrouvées. Donc, tout s’annonçait pour le mieux dans le ...
Une Veuve polyglotte

Une Veuve Joyeuse et polyglotte à Genève

Avec ce spectacle de La Veuve Joyeuse de Franz Lehár, Christoph Loy signe un divertissement bien emmené même si parfois déroutant. S’inspirant de la Genève internationale, l’ambassade du Pontevedro où se déroule l’intrigue, se veut polyglotte. Ainsi, la langue française côtoie l’anglaise et l’allemande dans les dialogues adaptés par le metteur en scène allemand. L’idée de cette internationalisation du propos scénique est plaisante et intéressante. Pourtant, comme souvent dans le ...
Elektra anecdotique

Elektra anecdotique à Genève

En 1990, la scène du Grand Théâtre de Genève marquait durablement les esprits avec une production d’Andreï Serban qui plongeait le public aux confins de la folie d’Elektra avec, sous la direction d’une rare finesse de Jeffrey Tate, une flamboyante Gwyneth Jones donnant la réplique à une monumentale Leonie Rysanek. Vingt ans plus tard, allait-on retrouver l’exacerbation des sentiments extrêmes avec la mise en scène de Christof Nel ? Force est de ...
L’extase cohérente

Mahler, Janowski, Iris Vermillion, l’extase cohérente

Orchestre de la Suisse Romande « Aufersteh’n, ja aufersteh’n wirst du ». Quand, dans un impalpable pianissimo, les quatre-vingt membres du Rundfunkchor de Berlin entonnent cette promesse de résurrection au dernier mouvement de la Symphonie n°2 de Mahler, on comprend soudain que l’art musical atteint son apogée. Tant dans l’œuvre sublime du compositeur que dans l’interprétation des musiciens. Il ne reste qu’une quinzaine de minutes avant l’accord final de cette tourmente musicale, de ...
Peut-on tout danser ?

Francesco Ventriglia, peut-on tout danser ?

Peut-on tout danser ? Peut-être était-ce un pari trop grand que de chorégraphier des œuvres aussi fortes que Die Verklärte Nacht d’Arnold Schœnberg et le Requiem de Gabriel Fauré. Reste que l’expérience tentée avec audace par le Ballet du Grand Théâtre de Genève pouvait s’ériger en rêve. Peut-être même qu’avec des musiques aussi magnifiquement lyriques, la danse pouvait les sublimer dans l’expression des corps. Encore fallait-il que la danse raconte ce que ...
Radu Lupu, poète de Beethoven

Radu Lupu, poète de Beethoven

«L’Empereur» ! La dénomination pompeuse de ce concerto en a fait, aux cours de sa carrière, une œuvre emblématique pratiquement incontournable de la démonstration éclatante du déclamatoire fait piano. Comme si l’œuvre de Beethoven voulait refléter ce qu’on sait du compositeur ou comme si d’en faire une interprétation brillante avait pour but de redorer le blason de Napoléon. Radu Lupu semble vouloir tourner le dos à cette imagerie facile et devenue ...
Le Schoenberg tellurique de David Zinman !

Le Schoenberg tellurique de David Zinman !

Festival de Montreux Toute exécution des Gurrelieder, chef d’œuvre du romantisme aux dimensions monumentales, reste un évènement tant les effectifs requis sont hors du commun : grand orchestre symphonique, large chœur mixte, six solistes, soit près de trois cents personnes sur la scène, qui peut se permettre un tel investissement pour satisfaire à ce désir fou ? C’est pourtant le pari que le Festival de Musique Classique Montreux/Vevey et son directeur Tobias Richter ...
Une amourette de « djeuns »

Une amourette de « djeuns » pour le Barbier à Genève

Pour son ouverture de saison, le Grand Théâtre de Genève inscrit à son programme Il Barbiere di Siviglia, le plus célébré des opéras de Rossini. Jusque-là rien de bien particulier. Sauf que l’affaire se corse quand on apprend qu’on entendra le chef d’œuvre de Rossini dans deux versions différentes. La première voit une Rosina en mezzo-soprano, telle que l’avait imaginée Rossini dans sa version d’originale et la seconde avec le ...
Alice au pays des merveilles d’Unsuk Chin à Genève

Alice au pays des merveilles d’Unsuk Chin à Genève

Alice in Wonderland Le Grand Théâtre de Genève transformé en satellite d’embarquement d’un aéroport, vêtus en employés de sécurité, les placeurs reçoivent les spectateurs avec un : «Nous vous souhaitons un excellent voyage !» aussi sympathique qu’inattendu. C’est ainsi que la metteure en scène Mira Bartow convie le public à la suivre dans le périple de ce conte pour adultes. La scène est un hall d’aéroport avec ses escaliers métalliques flanqués d’un ascenseur ...
Triomphe pour Joyce DiDonato, bronca pour Christof Loy

Triomphe pour Joyce DiDonato, bronca pour Christof Loy

La Donna del Lago Certes, il se trouvera toujours quelque universitaire ou quelque intellectuel branché pour affirmer que le public est inculte, voir ignare. Inculte ? Ignare ? Possible. Mais, après avoir salué d’un triomphe la prestation de Joyce DiDonato, la bronca réservée au metteur en scène Christof Loy et au décorateur-costumier montre que malgré sa prétendue inculture et ignorance, le public a pour lui le goût des choses et que, sous prétexte de dépoussiérer ...
Une épopée sans souffle

Peer Gynt version Guillaume Tourniaire, une épopée sans souffle

Dix ans ! Il aura fallu dix ans entre l’enregistrement de ce Peer Gynt et sa mise sur le marché. De surcroit dans un coffret digipack au minima sociaux : les 32 pages de la notice sont consacrées presque exclusivement au catalogue d’Aeon, c’est-à-dire que les paroles mises en musique de la pièce d’Ibsen n’y figurent pas. Ce qui, pour une œuvre vocale, est plutôt gênant. Pourtant, musicalement, cette nouvelle version intégrale de ...
Marek Janowski en psychanalyste de Bruckner

Marek Janowski en psychanalyste de Bruckner

Le régime nazi fort de ses contradictions culturelles (parmi tant d’autres) jugeait les symphonies de Gustav Mahler trop longues pour qu’elles justifient des critères de la préférence nationale. On lui préféra donc celles d’Anton Bruckner (qui ne sont pas toujours plus concises !). Aujourd’hui, ces considérations imbéciles n’ont plus cours. Et ce n’est certainement pas pour des raisons politiques que chez nous, les symphonies de Mahler ont, pendant de nombreuses années, ...
Albert Dohmen, le Dieu de Wagner.

Albert Dohmen, le Dieu de Wagner

Parsifal Au tombé du rideau, le public ne semble pas outrageusement enthousiaste vue la relative brièveté de ses applaudissements. Pourtant la production de ce Parsifal est superbe, les chanteurs magnifiques, l’orchestre et les chœurs somptueux, les décors et les costumes très beaux. Alors ? Alors, peut-être qu’un opéra de cinq heures en milieu de semaine, c’est long ? Trop long pour peut-être avoir encore assez d’énergie pour applaudir à tout rompre ? Si avec son «Trop de ...