tous les dossiers(1)

Une chronique qui laisse de Glass…

À emporter, CD, Cinéma et musique

Philip Glass : Chronique d’un Scandale (Notes On A Scandal). 1 CD Decca 4758661. Durée : 50’49’’

 

Barbara Covett (Judi Dench), professeur dans un collège londonien, n’a rien d’autre dans la vie que son chat et son travail. Son quotidien est bouleversé par l’arrivée d’une nouvelle enseignante, Sheba Hart, en qui elle voit l’amie idéale. Mais très vite la vieille femme déchante en découvrant que sa jeune amie a une liaison avec un des élèves de l’école… L’affrontement devient inévitable…

Adapté d’un roman de Zœ Heller, Notes On A Scandal, réalisé par Richard Eye est mis en musique par , un compositeur qu’on ne présente plus. Né en 1937, le compositeur est devenu l’un des chefs de file de la musique minimaliste et répétitive américaine. Pour des raisons alimentaires sans doute, s’est consacré depuis quelques années à la musique de film (The Truman Show, The Hours, et plus récemment The Illusionist).

Ne laissons pas le suspense durer plus longtemps. Notes On A Scandal est sans doute ce qu’il a fait de pire dans toute sa carrière – carrière très inégale où se côtoie le meilleur (Itaipu, Powaqqatsi) comme le plus inécoutable (Dracula). Depuis quelques années on entend ici et là quelques musiciens crier haut et fort à qui veut bien l’entendre que est un « imposteur » et « ne sait pas écrire » (sic) : nous nous garderons bien de succomber à ce jugement insultant qui tend à faire oublier qu’il a apporté beaucoup à l’histoire de la musique, mais force est de constater que la partition de Notes On A Scandal est un argument de plus à mettre au crédit de leurs allégations.

Comme par instinct de survie, le compositeur tente ici de changer de style. Mais dès la deuxième plage (The History), on pressent le désastre… Notes bleues injustifiées, dissonances impromptues, mélodie en complète inadéquation avec une basse obstinée bien connue des auditeurs – celle que le compositeur nous ressort à chaque fois. Cette bouée de sauvetage auquel Philip Glass se raccroche immanquablement, dans cette musique de films comme dans les précédentes, démontre également que le compositeur ne fait que régresser depuis quelques années en réutilisant, à l’identique, les schémas qui l’ont fait aimer du grand public. Ce qui est un comble pour le chef de file de la musique répétitive !

Bien entendu, Philip Glass a ses inconditionnels. Certains auditeurs ont apprécié ce disque, qui, il faut bien l’avouer, arrive parfois à distiller un peu d’émotion et contient quelques idées d’orchestration. Mais si l’on est amateur de musique exigeante, les nombreux détails que nous venons de mentionner suffisent à gâcher l’écoute…

Oubliez donc Notes On A Scandal, et profitez-en pour réécouter Powaqqatsi ou d’autres œuvres de la même époque.

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.