tous les dossiers(1)

Nouvelle intégrale des symphonies de Haydn chez Alpha

À emporter, CD, Musique symphonique, Opéra

Franz Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°60 en ut majeur HOB.I:60 ; Symphonie n°70 en ré majeur HOB.I.70 ; Symphonie n°12 en mi majeur HOB.I.12 ; Domenico Cimarosa (1749-1801) : Il maestro di cappella. Riccardo Novaro, baryton. Il Giardino Armonico, direction : Giovanni Antonini. 1 CD Alpha. Enregistré en mars 2016. Durée : 79’55.

 

Les Clefs Resmusica

HaydnQuatrième volume d’un ambitieux projet, ce nouveau CD enchantera les amoureux de Haydn et de Cimarosa. Interprétation exemplaire pour des œuvres appariées avec goût et intelligence.

Ce bel album du label Alpha est le quatrième numéro d’un ambitieux projet intitulé Haydn 2032, destiné à parachever d’ici le 300e anniversaire de la naissance du compositeur une nouvelle intégrale de ses 107 symphonies pour orchestre. L’idée générale de cette formidable initiative est de ne pas aborder les œuvres de manière chronologique, mais plutôt de les approcher de manière thématique en regroupant les opus selon les idées et les émotions qu’ils suggèrent. L’album porte ainsi le nom de « Il distratto », allusion au sous-titre de la Symphonie n°60 censée peindre en musique différents personnages et situations de la comédie Le Distrait de Jean-François Regnard, créée au Théâtre-Français en 1697. C’est en réalité tout l’orchestre qui est présenté comme un acteur, acteur distrait de surcroît comme le montrent ces moments facétieux où les musiciens s’accordent au beau milieu d’un moment (ayant oublié de le faire préalablement) ou bien commencent à jouer, par pure « distraction », un passage entier de la Symphonie n°45 dite « des Adieux ». On trouvera, couplée à cet opus, la Symphonie n°12 dans laquelle Haydn a inséré une citation presque littérale du premier air de Serpina de La serva padrona de Pergolesi, autre référence au théâtre contemporain de l’époque. La Symphonie n°70, créée à l’occasion de la pose de la première pierre du théâtre d’Esterhàza, complète la partie haydnienne d’un programme avant tout théâtral.

Conformément au concept régissant la série, le CD jette un pont avec une pièce écrite par un autre compositeur contemporain de Haydn ou bien ayant eu des correspondances avec lui. Il s’agit en l’occurrence du mini-opéra Il maestro di cappella de , petit chef d’œuvre de raffinement et d’humour auto-parodique qui met en scène un musicien de l’ancienne école essayant tant bien que mal d’améliorer le jeu de ses instrumentistes. La dimension « méta-opératique » de l’ouvrage complète on ne saurait mieux la thématique théâtrale des trois symphonies retenues pour cet original et ambitieux programme.

L’interprétation est suprême de bout en bout. À la fois intense et léger, connaît son Haydn sur le bout des doigts. Sous la baguette alerte de , les phrases musicales pétillent de mille feux, mettant particulièrement en valeur toute la théâtralité inhérente à la musique de Haydn. Dans la pièce de Cimarosa, le baryton-basse passe la rampe de manière souveraine. Dans son rôle de vieux musicien bourru mais au grand cœur, il s’impose haut la main grâce à une diction impeccable, une voix percutante et bien placée ainsi que par un timbre des plus séduisants. On attend avec impatience les volumes à venir.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.