tous les dossiers(1)

Le Chopin splendidement sophistiqué de Trifonov et Pletnev

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Évocations de Chopin : Fréderic Chopin (1810-1849) : Concertos pour piano et orchestre n°1 et 2 ; Variations sur « la ci darem la mano » ; Fantaisie-impromptu opus 66. Rondo pour deux pianos opus 73. Robert Schumann (1810-1856) : Chopin, extrait du Carnaval opus 9. Edouard Grieg (1843-1907): étude « hommage à Chopin ». Samuel Barber (1910-1981) : Nocturne. Piotr Illitch TchaïkovskiTchaïkovski (1840-1893): Un poco di Chopin. Frédéric Mompou (1893-1987): Variations sur un thème de Chopin. DGG 4797518. Daniil Trifonov, Sergei Babayan (pianos) ; Mahler Chamber Orchestra, direction : Mikhail Pletnev. Enregistrements réalisés à Bad Kissingen en juillet 2016 (Rondo), Hambourg en avril 2017 (pièces pour piano solo) et Dortmund en avril et mai 2017 (concertos, Fantaisie-impromptu). 1 CD DGG. Notice trilingue : français, allemand et anglais. Durée : 2 heures 19’

 

trifonov

Dans un album au programme et à la réalisation extrêmement soignés, livre un jeu de miroirs très subtil autour de et de ses deux concertos pour piano. L’accompagnement de , auteur de sa propre réorchestration des concertos, concourt à cette réussite dont l’esthétique raffinée séduit, à condition d’en accepter la sophistication.

Ce superbe album est un magnifique objet sonore, au programme pensé avec beaucoup d’intelligence. Les pièces maîtresses sont les deux concertos, pour lesquels a réalisé sa propre orchestration, donnant une part importante aux bois, et conférant une profondeur et une finesse que l’orchestration originale, assez rustique, de Chopin (que l’orchestre n’a jamais passionné) ne parvenait pas à conférer. Le choix de tempos assez lents permet une attention permanente aux contrechants renforcée par la direction pleine de noblesse et d’une grande hauteur de vue de Pletnev. Dans cet écrin inusuellement raffiné, le piano de Trifonov vient insérer une lecture d’une beauté de timbre et de toucher, d’une subtilité de phrasés qui captivent et séduisent l’auditeur. On peut trouver que le jeune prodige russe met presque trop d’intentions derrière chaque note, mais le résultat est d’une pure beauté plastique sidérante. Les compléments s’avèrent eux aussi d’une grande intelligence ; si les variations sur « la ci darem la mano » dans leur version purement pianistique et le rondo pour deux pianos sont un peu bavards, en revanche l’admirable fantaisie-impromptu permet une nouvelle fois à Trifonov de faire preuve d’un raffinement de phrasé d’une élégance éblouissante.

Enfin, le programme est complété par des hommages à Chopin dus à plusieurs grands compositeurs du XIXe et XXe siècle ; si Schumann, Grieg et Tchaïkovski font … du Schumann, du Grieg et du Tchaïkovski, même en hommage à Chopin, ils l’emportent cependant sur un sentimental Nocturne de Barber, plus salonnard que chopinien, et sur les longuettes variations sur un thème de Chopin de Mompou. Ces choix moins convaincants n’entachent cependant pas l’exceptionnelle réalisation de cet album dont le programme intelligent est traduit avec une qualité technique superlative, à condition encore une fois d’accepter cette esthétique très sophistiquée.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.