Gaetano Donizetti [1797 – 1848]

Donizetti Gaetano [1797 - 1848] naît à Bergame, en Italie, le 29 novembre 1797. Sa famille étant pauvre c’est l’« École charitable de musique » de sa ville natale, fondée par Mayr, qui l’accueille et lui offre sa première éducation musicale. Il y apprend le clavecin et la composition. Dès 1807, soutenu par son Maître, il réussit à intégrer le Conservatoire de Bologne où il travaille auprès de Mattei qui fut également le maître de Rossini. Dix ans plus tard, le jeune compositeur revient à Bergame et écrit des quatuors à cordes et 3 opéras qui ne seront jamais représentés.

Mais en 1818, ses parents s’opposent fermement à sa vocation musicale. Donizetti ne voit alors d’autre solution que de s’engager dans l’armée autrichienne qui tient alors le nord de l’Italie. Il Utilise son temps libre pour composer et fait déjà preuve d’une fécondité et d’une précocité surprenantes. Enrico, Conte di Borgogna est représenté à Venise le 14 novembre 1818 ; on sent nettement, dans cet ouvrage, l’influence de Rossini. Dès 1822, il décide de quitter l’armée pour se consacrer à la musique. Entre réussites et déboires successifs, Donizetti écrit en moyenne trois opéras par an dont Zoraide di Granata (1822), son véritable premier succès, et L’Ajo nell’imbarazzo (1824). En 1827, une première version de Le Convenienze e inconvenienze teatrali (Viva la Mamma) voit le jour sous la forme d’une farsa, sorte d’opéra-bouffe où les parties musicales alternent avec des passages en prose et ou certains rôles sont écrits en dialecte. La même année est créé L’Olivo e Pasquale.

De passage à Paris en 1831, il fait représenter Anna Bolena, créé à Milan en 1830, au Théâtre des Italiens et se pose aux yeux de tous comme le grand rival de Bellini. Une nouvelle version de Viva la Mamma est créée au Teatro Nuovo de Naples, version dans laquelle les parties en prose sont remplacées par des récitatifs en musique et les rôles en dialecte traduits en italien. Puis en 1832, L’Elixir d’Amour obtient un vif succès à Milan grâce à une brillante distribution. Donizetti partagera alors dorénavant son temps entre la France, l’Italie et l’Autriche.

En 1835, la mort de son rival, Bellini, lui laisse le champ libre et Lucia di Lammermoor confirme définitivement sa renommée. Sa personnalité musicale s’affirme et Donizetti mêle dans ses œuvres de grandes originalités à des pages d’une virtuosité vocale parfaitement adaptée aux plus célèbres voix de l’époque. Roberto Devreux est créé à Naples en 1837. Donizetti s’établit à Paris en 1839 après la mort de ses parents et celle prématurée de sa femme et de ses trois enfants. Il fait représenter, à l’Opéra de Paris, Poliuto (interdit par la censure napolitaine) sous le titre des Martyrs. La Fille du régiment est donnée à l’Opéra-Comique l’année suivante et La Favorite obtient un succès considérable sur la scène de l’Opéra la même année. Linda di Chamounix est représenté à Vienne en 1842, où Donizetti est alors nommé compositeur et maître de chapelle de la cour impériale. Puis le compositeur retourne avec subtilité au charme du vieil opéra-bouffe italien, teinté de sentimentalisme avec Don Pasquale, créé au Théâtre des Italiens, en 1843.

Caterina Cornaro, écrit pour Naples en 1844, constitue son dernier ouvrage. En rentrant de Naples à Paris, Donizetti ressent les premières atteintes de la folie. Il doit cesser toute activité à la suite d’une paralysie nerveuse. Le compositeur est alors interné à Ivry en janvier 1846 puis, après plusieurs années de cruelles souffrances, il retourne à Bergame en 1848 afin d’y passer les dernières années de sa vie dans un état de dépression qui le prive de ses facultés ; il y meurt le 8 avril.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.