Carmen-banniere-728x90

Les sonates de Beethoven pour violoncelle et piano par James Lisney et Alexander Baillie

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

The Beethoven Sonatas, for piano and violoncello. Ludwig van Beethoven : Sonates pour piano et violoncelle op. 5 n°1, op. 5 n°2, op. 69, op. 102 n°1 et op. 102 n°2. James Lisney, piano. Alexander Baillie, violoncelle. 2 CD Genuin. 76’06’’ et 35’02’’. 2003.

 

The Beethoven Sonatas for Piano and VioloncelloLe pianiste anglais est un habitué des concerts « marathons ». Durant l’année 2002 il donne à la London’s Purcell room une série de neuf concerts autour des œuvres de Schubert. Il est alors accompagné de nombreux artistes dont au violoncelle. C’est aussi avec ce dernier qu’il enregistre la même année et en live les cinq sonates pour violoncelle et piano de Beethoven à la Hochschule für Musik Bremen. Il faut près de deux heures aux deux musiciens pour interpréter en ce neuf novembre la totalité de ces œuvres. Ce genre de performance artistique est peu commune aussi le livret propose en anglais et en allemand un entretien avec les musiciens afin de nous éclaircir sur leurs motivations dans le choix de cette copieuse programmation.

Prenons quelques éléments clés de cet entretien. A la question « Pourquoi un nouvel enregistrement ? Il y en a tellement de disponible — comment en justifiez vous un autre ? » les artistes répondent « Chaque version, chaque tentative, a quelque chose de nouveau à nous apprendre … ». Les questions posées se succèdent sans ménager ni l’intérêt des artistes ni l’intérêt du producteur : « Etiez-vous inquiets de faire des fautes d’interprétation durant le concert ? » — sachant que l’enregistrement se faisait en une seule prise, « Cela dépend réellement de ce que vous appelez fautes d’interprétation ! Il y a celles purement techniques qui nous touchent profondément dans notre orgueil de musicien … Puis il y a celles en relation directe avec les intentions de l’interprétation … Celles qui font que le message de la musique passe ou pas. C’est cette dernière catégorie qui demande un réel engagement de la part de l’artiste…Faire que la magie opère à tout instant… ».

Le discours est clair, et maîtrisent leur sujet. Il n’y a qu’à écouter pour se rendre compte de la forte complicité qui les unit dans une volonté tenace de distiller une musique pure — ni mécanique, ni savante — C’est une musique de Live — tendre et humaine. Ajoutez à cela le savoir-faire allemand dans la technique de l’enregistrement et vous obtenez un disque d’exception presque un opéra de chambre !

Il est vraiment dommage que dans notre Europe il faille encore dénicher les talents aux confins des vieilles nations économiques. Il aura fallu que James Lisney nous fasse découvrir lui-même ce disque pour que nous puissions vous le présenter ! La musique est internationale et ne doit pas souffrir des frontières. Avec ce genre de découvertes on ne peut donc qu’être attentif à l’émergence d’une véritable Europe culturelle.

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.