À emporter, Livre, Musicologie

Witkowski L’inconnu de Lyon

Plus de détails

Le mouvement scholiste de Paris à Lyon, un exemple de décentralisation musicale avec Georges Martin Witkowski. Actes de colloques, coordination : Isabelle Bretaudeau. Symétrie, Lyon. 394 pages. 30 €. ISBN 2-914373-07-04. Dépôt légal : octobre 2004.

 

C’est à une figure attachante de la vie musicale lyonnaise, le chef d’orchestre et compositeur , qu’est consacré ce livre. Même si l’aspect composite des écrits – il s’agit d’actes de colloques- sautant allègrement de la vie du compositeur à l’influence sur la création musicale française de en passant par l’activité nancéenne de Ropartz peut dérouter le lecteur, l’ensemble de cette parution est loin d’être dénuée d’intérêt. Les exemples musicaux abondent, les analyses d’œuvres sont fines et pertinentes ainsi que les récits historiques. Witkowski est véritablement situé comme «membre de la cité» au sens platonicien du terme, c’est-à-dire concourrant au développement de sa «République». Défenseur zélé des musiques de son temps, il créa à Lyon – ville ou il arriva presque par hasard- un chœur toujours existant (cette année centenaire) et une association de concerts qui allait devenir l’excellent Orchestre National de Lyon. La ville du Primat des Gaules lui doit donc beaucoup au niveau musical, et ce colloque tenu au CNSM de Lyon n’est finalement que justice rendue à un musicien aujourd’hui bien oublié.

L’apport sociologique de ce livre –comme quoi Ropartz n’était pas le seul «maître d’œuvre» en matière de décentralisation musicale– nous renseigne grandement non seulement sur la vie musicale lyonnaise, mais aussi sur comment s’organisaient les concerts et comment la musique «classique» était perçue du public. Dans la mouvance de d’Indy et Bordes, les fondateurs de la Schola Cantorum parisienne, Witkowski attache un point d’honneur à la défense des répertoires passés, même si une exécution de la Missa Papae Marcelli de Palestrina à 150 choristes nous fait aujourd’hui sourire. Néanmoins la curiosité de l’homme mérite d’être soulignée, comme en témoigne le tableau récapitulatif des concerts de la Schola lyonnaise, ou se côtoient Duparc, Dukas, Franck, d’Indy, Roussel, mais aussi Borodine, Beethoven, Bach, Gluck, Haendel, Monteverdi, Rameau ou Janequin. Un catalogue raisonné des œuvres de Witkowski termine utilement cet ouvrage et nous montre combien est méconnue son œuvre.

Plus de détails

Le mouvement scholiste de Paris à Lyon, un exemple de décentralisation musicale avec Georges Martin Witkowski. Actes de colloques, coordination : Isabelle Bretaudeau. Symétrie, Lyon. 394 pages. 30 €. ISBN 2-914373-07-04. Dépôt légal : octobre 2004.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.