Plus de détails

Couillet. Eglise Saint-Laurent. 05-III-2005. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto pour hautbois, en la mineur RV 461. Joseph Haydn (1732-1809) Concerto pour piano, en ré majeur Hob. XVIII : 11. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) Concerto pour violon n°2 en ré majeur KV 211. Piotr Illitch Tchaïkovski : (1840-1893) Sérénade pour cordes, en ut majeur opus 48. Delphine Delcoux, hautbois. Steeve Ronco, piano. Lorenzo Gatto, violon. Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, 1er violon solo et direction : Jean-François Chamberlan.

Printemps de Saint-Laurent

Pour leur deuxième édition, « Les Printemps de Saint-Laurent- Festival Arthur Grumiaux » de Couillet, banlieue de Charleroi, peuvent déjà compter sur la venue d’artistes au prestige reconnu en Belgique comme le pianiste Roberto Giordano ou le Quatuor Danel. Le Festival portait bien mal son nom pour la journée d’ouverture car c’est un temps hivernal qu’ont dû affronter les courageux mélomanes qui ont rallié la très belle église Saint-Laurent pour ce concert dans lequel l’ est venu accompagner un trio de jeunes solistes belges très prometteurs.

Dans le concerto pour hautbois de Vivaldi, Delphine Delcoux, assez tendue, fait admirer sa grande technique instrumentale et son sens du legato, on aimerait juste un peu plus de liberté et un tempo plus soutenu dans le finale, mais c’est dans l’ensemble un début de concert tout à fait agréable.

Les qualités de Steeve Ronco, pianiste véloce et musicien attachant, sont bien mises en valeur dans l’allegro introductif du concerto de Haydn. Dans le mouvement médian, inspiré et poétique, on peut reprocher au pianiste une certaine uniformité de couleur et une sonorité un peu dure, mais dans le finale « Rondo all’Hungherese », pris dans un tempo très rapide, sa virtuosité fait merveille.

Avouons-le, le concerto pour violon n°2 de Mozart, avec sa galanterie un peu mièvre et son élégance salonarde, ne fait pas partie de nos pièces de prédilection, il est donc d’autant plus méritoire de la part de , tout jeune violoniste de dix-huit ans, élève d’Augustin Dumay à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, de nous avoir captivé dans cette œuvre. La grande beauté de ses phrasés, le lyrisme sobre et délicat de son interprétation ont fait de ce concerto un moment de grâce. On aura admiré un premier mouvement au ton évident, naturel, qui se termine sur une cadence très bien assurée, la sentimentalité vivante qu’il met dans l’andante, et dans le Rondeau final, sa virtuosité qui ne joue jamais sur les effets, mais investit sur l’élégance et la distinction. On notera cependant une sonorité qui donne l’impression de ne pas être encore pleinement épanouie, cependant ce jeune violoniste est néanmoins à considérer comme un des grands espoirs belges pour le Concours Musical International Reine Elisabeth qui se tiendra à partir du mois de mai 2005.

Tout au long de ces concertos, l’ en petite formation (douze cordes, deux hautbois, deux cors), sous la conduite de son konzertmeister Jean-François Chamberlan est un accompagnateur attentif et réactif. Visiblement heureux de jouer, il fallait voir les musiciens marquer le tempo de l’irrésistible finale du concerto de Haydn en hochant de la tête, les membres de l’orchestre profitent à plein du travail de fond réalisé avec Augustin Dumay, leur chef principal depuis 2003. Ce travail axé sur la responsabilisation des musiciens et sur la pratique régulière de la musique de chambre (notamment un merveilleux sextuor de Brahms en début de saison) porte ses fruits, le niveau très élevé des instrumentistes et les invitations prestigieuses à l’étranger en attestent.

C’est donc avec brio que les membres de l’ORCW ont terminé ce concert avec une Sérénade pour cordes de Tchaïkovski lumineuse et pleine de verve, de laquelle on retiendra entre autres joyaux la belle atmosphère rêveuse du deuxième mouvement, dans lequel la délicate transition entre le mystérieux thème secondaire et le thème principal est menée à bien avec une maîtrise parfaite.

Credit photographique : © DR

Plus de détails

Couillet. Eglise Saint-Laurent. 05-III-2005. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto pour hautbois, en la mineur RV 461. Joseph Haydn (1732-1809) Concerto pour piano, en ré majeur Hob. XVIII : 11. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) Concerto pour violon n°2 en ré majeur KV 211. Piotr Illitch Tchaïkovski : (1840-1893) Sérénade pour cordes, en ut majeur opus 48. Delphine Delcoux, hautbois. Steeve Ronco, piano. Lorenzo Gatto, violon. Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, 1er violon solo et direction : Jean-François Chamberlan.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.