Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Hommage de Jean-Baptiste Marino, Flaco de Nerja, Fahem à Paco de Lucia

Plus de détails

Montreuil. Planete Andalucia. 12-III-2005. Paco de Lucia : Introduction sur des thèmes de Paco de Lucia ; Callejon del Muro Guajira ; Mi niño Curro (Rondeña) ; A la Peria de Cadiz (cantiñas) ; Aires choqueros (fandangos) ; Solo quiero caminar (tangos) ; Gitanos Andaluces (bulerias). Fahem : Ella (palo libre) ; Encuentro (bulerias). Jean-Baptiste Marino : Rota (Alegria). Improvisation : Solea. Jean-Baptiste Marino, Flaco de Nerja, Fahem, guitares ; Clara Tudela, Alberto Garcia, chant ; Dino Valeria, cajon ; La Miriam, baile.

Planete Andalucia est un lieu magique bien connu des aficionados, totalement consacré à la culture flamenca, où Jean-Paul Ferrand et son équipe concoctent des programmes de concert d’excellent niveau qui font le bonheur des passionnés. L’hommage à Paco de Lucia est en fait le thème de soirées où et Flaco de Nerja nous présentent avec humilité mais néanmoins brio l’héritage de leur père spirituel. Ce soir, ils furent rejoints par le guitariste kabyle Fahem. Et lorsque l’on sait d’origine sicilienne et Flaco de Nerja slovaque, on commence à entrevoir l’incroyable impact qu’a eu Paco de Lucia tant à l’égard de la génération de talent qui l’a suivie que pour le Flamenco lui-même, qui a littéralement fait disparaître les frontières du berceau andalou. Introduction sur le thème de la buleria Almoraima dont le disque éponyme est probablement une des plus grandes réussites de Paco de Lucia, et ce n’est pas peu dire. D’emblée le ton est donné tant sur le très haut niveau technique de nos trois guitaristes que sur la qualité musicale. La soirée promet d’être grandiose.

Flaco de Nerja enchaîne avec Callejon del Muro avec la qualité de jeu qu’on lui connaît, avant de céder la place à , très détendu, pour la fameuse Gajira de Lucia. Fahem suit avec la très belle rondeña Mi niño Curro qu’il interprète avec un jeu d’une grande netteté. Le guitariste nous a avoué beaucoup aimer cette pièce extraite de Siroco et cela s’entend par la chaleur transmise de son interprétation. Flaco de Nerja le rejoint pour un duo de fandangos enjoués et dansants avant que Jean-Baptiste Marino prenne la place de Fahem. La première partie de ce concert se termine sur le célèbre Solo quiero caminar où notre trio de virtuoses est rejoint par Clara Tudela et Alberto Garcia. Si le chant de ces deux protagonistes était indéniablement flamenco par le style, le niveau ne nous a pas paru de celui de nos guitaristes.

Fahem débute en solo la seconde partie sur une pièce de sa composition en forme de ballade. Ce palo libre à l’harmonie hispanisante met en évidence les qualités de composition du kabyle hors des sentiers du flamenco. Un jeu décidément très propre, un excellent picado qui ne peut que retenir l’attention. Notons toutefois que sa guitare ne semble pas adaptée à son jeu. Elle nous paraît décidément trop sonner dans les médiums et ne pas mettre en évidence les attaques de pouces dans les graves et bien dégager les aigus dans les mélodies. La buleriaEncuerto de Flaco de Nerja a immédiatement surpris car le jeu du slovaque est meilleur que lors de la première partie, plus fluide avec une attaque moins « frisée », on sent le guitariste plus détendu. Jean-Baptiste Marino prend la suite avec son alegriaRotaqu’il précède, comme sur son disque A Mi Vera de la miñera Azuleros. Comme d’habitude, rien à redire sur son jeu : propreté, technicité, détachement dans le jeu, rigueur du compas, caractéristiques déjà présentes dans le concert organisé par ResMusica lors du salon Musicora 2005. Le trio se retrouve pour un por buleriasenlevé et festif comme il se doit. Pour finir, une longue solea dansée par La Miriam. Etrangement le visage de la danseuse, en général très expressif dans la danse flamenca, donne un sentiment de détachement qui paraît presque en décalage par rapport sa très belle technique. Quoiqu’il en soit les afficionados surent apprécier à sa juste valeur sa prestation. C’est dans l’accompagnement du chant et de la danse que le guitariste flamenco apprend à maîtriser parfaitement les compas, à savoir quand intervenir et quand s’effacer. Et si Jean-Baptiste Marino et Flaco de Nerja nous ont paru à l’aise dans ce rôle, Fahem nous a semblé plus dépité.

Le rappel réclamé debout par le public ne peut que débuter par la très fameuse rumbaEntre dos aguasdont le thème servit de fil conducteur à un tour d’horizon des grands thèmes de Paco de Lucia, y compris ceux qu’il joua avec Al di Meola et John McLaughlin dans des enregistrements d’anthologie. Ainsi les trois guitaristes de cette soirée se relayèrent, montrant une dernière fois l’étendue de leur talent allant de la technicité de Flaco de Nerja à la propreté d’un Fahem (particulièrement à l’aise dans le style jazzy) et la perfection de Jean-Baptiste Marino. Chapeau bas pour cette grande soirée où la guitare de Paco de Lucia fut dignement représentée. Le Maître n’aurait pas été déçu s’il avait été présent, et gageons qu’il aurait touché les cordes pour échanger quelques notes avec les 3 virtuoses qui étaient venu lui rendre hommage.

www.jeanbaptistemarino.com

www. kaderfahem. com

flaco_de_nerja

www. planeteandalucia. com

Crédit photographique : © Laurent Duroselle

Plus de détails

Montreuil. Planete Andalucia. 12-III-2005. Paco de Lucia : Introduction sur des thèmes de Paco de Lucia ; Callejon del Muro Guajira ; Mi niño Curro (Rondeña) ; A la Peria de Cadiz (cantiñas) ; Aires choqueros (fandangos) ; Solo quiero caminar (tangos) ; Gitanos Andaluces (bulerias). Fahem : Ella (palo libre) ; Encuentro (bulerias). Jean-Baptiste Marino : Rota (Alegria). Improvisation : Solea. Jean-Baptiste Marino, Flaco de Nerja, Fahem, guitares ; Clara Tudela, Alberto Garcia, chant ; Dino Valeria, cajon ; La Miriam, baile.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.