tous les dossiers(1)

Elisabeth Furtwängler : Tous pour Wilhelm…

À emporter, Essais et documents, Livre

Elisabeth Furtwängler. « Pour Wilhelm », suivi de lettres inédites (1941-1954). Préface de Daniel Barenboïm. Editions l’Archipel, Paris, 2004. ISBN 2-84187-646-2. 215 pages. 22, 95 €.

 

Le cinquantième anniversaire de la mort de a permis d’esquisser un hommage à l’un des plus grands chefs allemands du XXe siècle. Quelques événements ont marqué l’actualité musicale du mois de décembre 2004 : Radio Classique a diffusé une série de «concerts hommages», Arte a proposé un documentaire de cinquante-huit minutes A la recherche de l’Allemagne perdue réalisé par Olivier Becker en 2003, et Mezzo nous a invité à suivre le personnage dans une tentative de réhabilitation par le documentaire Epilogue d’Aurine Crémieu dans lequel elle faisait témoigner son épouse Elisabeth Furtwängler ainsi que les personnes qui ont été les plus proches du chef compositeur que l’on peut désormais considérer comme maudit.

fait partie de ces hommes qui traversent l’Histoire en la prenant de front. Sa personnalité entière et profondément humaine se mélange à une très grande intelligence et une sensibilité parfois à fleur de peau. Lorsque les Nazis s’emparèrent d’une Allemagne en plein doute, c’est en musicien pétri de responsabilités qu’il choisit de rester là où la bête commençait à distiller son venin. Son jardin à lui, c’est la culture et tous les hommes qui la font vivre. Il vit et pense la musique mais n’oublia pas d’aider ceux qui à l’époque se retrouvèrent dans des situations terribles. Contraint de s’exiler il resta entièrement attaché à son Art et regretta profondément que son Allemagne ait choisi la pire des solutions politiques.

On ressent aujourd’hui comme une injustice flagrante que cet Homme n’ait jamais pu s’exprimer librement. Car Wilhelm Furtwängler n’a plus jamais été libre à partir du moment où il a semblé aux naïfs et aux calculateurs qu’il pût un jour être à la solde des Nazis. Mais lorsqu’il dirige Wagner devant Hitler son salut à lui c’est celui du chef d’orchestre car le salut Nazi n’a jamais eu aucune raison de lui appartenir. On en restera là. L’affaire UNESCO qui a ébranlé l’actualité du cinquantenaire (Lire notre edito) n’a pas reçu d’écho dans la presse classique. En cela, Furtwängler peut nous apparaître comme maudit à jamais, si ce n’est que le combat continue et que la Société Wilhelm Furtwängler n’aura de cesse de défendre l’honneur de ce véritable musicien tant qu’il ne sera pas définitivement et justement réhabilité !

Le livre souvenir écrit par Elisabeth Furtwängler est une réédition. Il nous plonge dans ce que fût la véritable vie du chef compositeur. Cette épouse aimante et fière raconte LA vérité et nous présente un Wilhelm Furtwängler baigné dans la lumière d’un quotidien haut en couleurs. On découvre le compositeur, le chef d’orchestre, le passionné, le voyageur … Bref, nous voici enfin au cœur de la biographie d’un très grand musicien allemand de la première moitié du XXe siècle. Quelques lettres enrichissent le discours et permettent d’appréhender directement sa personnalité. Le livre est suivi d’une bibliographie complète qui permettra à tous de se faire une opinion juste sur l’homme. On pourra de même apprécier la lecture en musique puisque le livre est accompagné d’un CD Beethoven – Symphonie n°9 par le Philharmonique de Vienne 1953, Direction : Wilhelm Furtwängler.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.