À emporter, DVD, DVD Musique, Musique de chambre et récital

Jacques Loussier Trio Play Bach…and more

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fugue n°5 en ré majeur, Gavotte en ré majeur, Pastorale en ut mineur, Suite pour orchestre n°3, Concerto Brandebourgeois n°5 en ré majeur, Concerto pour clavecin n°3 en ré majeur : III. Allegro. Claude Debussy (1862-1918) : Arabesque, L’Isle joyeuse. Erik Satie (1866-1925) : Gymnopédie n°1. Maurice Ravel (1875-1937) : Boléro. Bonus : Conversation avec Jacques Loussier. Jacques Loussier, piano et arrangements ; Benoît Dunoyer de Segonzac, basse ; André Arpino, batterie ; Réalisateur : Andreas Morell. Producteur et interview : Paul Smaczny. 1 DVD MDR MUSIKSOMMER 2054068 (distribution : Euro Arts). Notice trilingue français, anglais, allemand. Durée : 98 minutes.

 

Les Clefs ResMusica

aime Bach. Depuis longtemps déjà, cet élève d’Yves Nat au Conservatoire National de Musique de Paris rêve de faire swinguer l’œuvre du kantor de Leipzig. En plus, au Conservatoire, ses amis lui demandent toujours un petit Bach jazzy. Loussier sent avec raison que la musique de Bach se prête à un arrangement jazz car la structure de l’œuvre de Bach est proche de celle du jazz : un thème souvent très simple, avec la même césure que le jazz c’est à dire en 8, 16 ou 32 mesures ou multiples de 8, 16, 32 et des harmonies fabuleuses qui ouvrent la voie de l’improvisation. Avec un grand respect pour l’œuvre du compositeur, Loussier commence à travailler son idée qu’il propose à Decca. La firme de disques qui y croit lui propose d’enregistrer immédiatement un disque. Il fonde alors en 1959 avec Christian Garros à la batterie et Pierre Michelot à la contrebasse, deux musiciens que Decca lui propose et qu’il ne connaît pas, le trio « Play Bach ». Bach en jazz! Bach qui swingue! Personne ne s’attendait à ce que l’on fasse des arrangements jazz sur l’œuvre de Bach. Certains crient au sacrilège, d’autres au génie. Bernard Gavoty, le plus célèbre et influent critique de musique classique de l’époque applaudit et parle de révélation. Le premier disque est un immense succès qui devient très vite planétaire. Les heureux possesseurs de Teppaz se précipitent chez les disquaires. Pendant 15 ans, le trio de parcourt le monde et vend plus de 6 millions de disques! En 1979, Loussier qui a besoin de prendre du recul et de travailler à d’autres compositions décide d’arrêter PlayBach.

Mais, pour le tricentenaire de la naissance de Bach, en 1985, on réédite « Play Bach ». Loussier reprend du service avec, cette fois, Vincent Charbonnier à la contrebasse et André Arpino à la batterie. Le succès est à nouveau au rendez-vous. Ce DVD particulièrement bien filmé et au son d’une grande qualité, a été enregistré en l’église St Thomas de Leipzig où Bach a donné à entendre pour la première fois toute la profondeur de son génie musical. C’est là qu’il a écrit de 1723 jusqu’à sa mort en 1750 l’essentiel de ses plus grandes œuvres et témoigné de l’intensité de sa foi. C’est l’occasion pour le spectateur de découvrir cette superbe église où est conservé le cœur du compositeur. Cette adaptation parfaitement structurée et vivante de la musique de Bach, d’une grande richesse de couleurs, coule avec une pureté, une spontanéité et une vie qui emportent le spectateur vers des sommets.

Le solo de contrebasse de la Pastorale en ut mineur, joué par un Benoît Dunoyer de Segonzac intense et fin, est magie pure. Tout au long de ce DVD, on est emporté par la virtuosité de l’improvisation qui donne à l’œuvre de Bach une nouvelle approche toute aussi vivante et actuelle que l’originale. Bach, c’est sûr, ne se retournera pas dans sa tombe. Avec une économie de moyens qui laisse la part belle à l’improvisation, le trio baigne dans une harmonie faite de liberté, de complicité, d’équilibre et d’élégance avec cette discrète virtuosité qui fait tout l’enchantement de cette adaptation parfaitement réussie de la musique de Bach. On aime les nuances et l’émotion d’André Arpino retrouvant tout le naturel et la complexité rythmique de l’œuvre du kantor. Ses baguettes et ses balais sont d’une étonnante souplesse musicale. On se laisse porter par le piano lumineux de . On est captivé par la contrebasse profonde et vibrante de Benoît Dunoyer de Segonzac.

Loussier s’est également penché sur d’autres compositeurs, dans le même esprit que celui qui préside à Bach. Le résultat est une bien belle alchimie musicale. Ca swingue. Et quel swing ! Limpide pour la Gymnopédie n°1 de Satie (c’est plus du Loussier que du Satie). Fin et élégant pour L’Arabesque et L’Isle joyeuse. Quant au Boléro de Ravel revisité par Loussier, c’est un régal.

Le public allemand, sous le charme, particulièrement attentif tout au long de ce concert a réservé une ovation enthousiaste à ces trois grands musiciens. Voilà un DVD à mettre entre toutes les mains.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fugue n°5 en ré majeur, Gavotte en ré majeur, Pastorale en ut mineur, Suite pour orchestre n°3, Concerto Brandebourgeois n°5 en ré majeur, Concerto pour clavecin n°3 en ré majeur : III. Allegro. Claude Debussy (1862-1918) : Arabesque, L’Isle joyeuse. Erik Satie (1866-1925) : Gymnopédie n°1. Maurice Ravel (1875-1937) : Boléro. Bonus : Conversation avec Jacques Loussier. Jacques Loussier, piano et arrangements ; Benoît Dunoyer de Segonzac, basse ; André Arpino, batterie ; Réalisateur : Andreas Morell. Producteur et interview : Paul Smaczny. 1 DVD MDR MUSIKSOMMER 2054068 (distribution : Euro Arts). Notice trilingue français, anglais, allemand. Durée : 98 minutes.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.